Sports

A 96 ans et après 744 courses, le papy du marathon est mort

Entre deux marathons, Don McNelly avait aussi trouvé le temps d'écrire un livre et de se lancer dans l'apiculture.
20.2.17

Quand certains, encore dans la fleur de l'âge, crachaient leurs poumons au bout de trois kilomètres de jogging, Don McNelly lui, continuait à enchaîner les marathons alors qu'il frôlait le centenaire. Le runner américain ne l'atteindra jamais, puisqu'il est mort dimanche 12 février, à l'âge de 96 ans, après 744 marathons et 117 ultras. Une performance qui lui avait valu d'accéder à une certaine notoriété aux Etats-Unis, où il a passé toute sa vie.

Publicité

Don définissait sa passion pour la course comme une « addiction positive », comme il l'avait confié à USA Today. « J'ai besoin de mon shoot de course à pied, sinon je me sens mal », expliquait-il alors. Mais ce qui surprend le plus avec Don McNelly, c'est que cette obsession du running ne l'a jamais empêché de faire des milliers de choses, bien au contraire. En 96 ans, celui que sa famille qualifiait de polymathe a en effet eu le temps de faire beaucoup de choses, toutes plus excentriques les unes que les autres : engagé dans la marine américaine pendant la Seconde guerre mondiale, viticulteur, mélomane averti, écrivain, apiculteur, ce grand ami des bêtes avait même été désigné «ambassadeur des éléphants» au zoo de Rochester, dans l'Etat de New York.

C'est finalement Juanita Tischendorf, sa biographe et sa première admiratrice, qui résume bien le sentiment qu'un homme tel que Don McNelly suscite auprès du commun des mortels : « Peu de gens peuvent espérer accomplir en trois existences autant de choses que lui en une vie. »

Don McNelly avait un record à 2 heures 51 sur le marathon. Il meurt sept ans après avoir tenté sa 745eme course sur la distance. C'était à Harrisburg, en Pennsylvanie, et le papy du running avait dû abandonner après 19 kilomètres