Sports

A l'école des sumos

Ces jeunes adolescents mangent, dorment, s'entraînent et étudient ensemble tous les jours. Leurs matinées sont réservées à l'entraînement, tandis que leurs après-midis sont dédiés aux études.

par Daniel Ali
18 Novembre 2016, 10:00am

En 2014, je me suis rendu à Nou — un petit village de pêcheurs situé au nord du Japon — afin de visiter une école de sumos. Cette discipline japonaise remonte à près de 2000 ans. Un entraînement quotidien rigoureux est nécessaire afin de préparer les élèves à des combats où tout peut se jouer en quelques secondes, et cette école est réputée pour entraîner les futurs champions du pays.

Je suis arrivé à Nou le jour de la rentrée. On m'a présenté les élèves, dont la plupart ne devait pas avoir plus de douze ans – tous avaient quitté leur famille pour se rendre ici. J'ai rejoint le groupe aux alentours de 7h du matin, alors qu'ils s'apprêtaient à marcher jusqu'au dohyō (le ring où se déroulent les combats), dans un bâtiment perdu au beau milieu des montagnes enneigées des Alpes japonaises.

Pendant toute l'heure qui a suivi, les nouveaux élèves ont appris à faire connaissance et à endosser leurs mawashis (pagnes). Mais l'allégresse a vite laissé place à la concentration. Une session d'entraînement de trois heures s'est ensuivie, durant laquelle chaque élève a tenté de repousser ses limites physiques.

Ces jeunes adolescents mangent, dorment, s'entraînent et étudient ensemble tous les jours. Leurs matinées sont réservées à l'entraînement, tandis que leurs après-midis sont dédiés aux études. Pendant six ans, ils devront rester dans cette école et s'entraîner au quotidien, afin de caresser l'espoir de devenir des sumos professionnels.

Vous pouvez découvrir le reste du boulot de Daniel sur son site ; il est également sur Twitter.

Cet article a initialement été publié sur VICE.