Life

Comment se faire un tatouage « handpoke »

Trois tatoueurs professionnels nous donnent des conseils pour les débutants.
KE
SG
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
19.2.21
tatouage handpoke
Photo : Tiana Roy 

Si vous avez passé du temps sur les réseaux sociaux au cours de l'année écoulée, vous avez probablement vu quelques tatouages faits maison. Que ce soit pour retrouver un sentiment de contrôle dans les limbes qu'est la quarantaine liée au coronavirus, un acte d'impulsion apocalyptique face à l'incertitude de l’avenir, ou simplement une nouvelle façon de rompre la monotonie du quotidien, les tatouages « handpoke » sont devenus très populaires depuis que nous sommes tous coincés à la maison. 

Publicité

En quelques clics, vous pouvez trouver des kits de tatouage DIY qui comprennent tout ce dont vous avez besoin pour commencer : des aiguilles, des gants et des pochoirs. Comme beaucoup de monde, j'ai moi aussi succombé à la tendance. J'ai regardé quelques tutoriels sur YouTube et je me suis lancée. Je dois dire que ce n'était pas ma meilleure idée. Mon tatouage s’est révélé être un sinistre rappel de mes limites artistiques ; des petits points noirs mal alignés qui luttent pour former ce que nous ne pouvons pas, en toute bonne foi, appeler des lignes. 

Afin de rendre mon prochain tatouage DIY un peu moins misérable, j'ai demandé à trois tatoueurs professionnels de me donner des conseils pour les débutants.

Qu’est-ce qu’un tatouage handpoke ? 

Le handpoke est un tatouage réalisé à la main, en piquant la peau avec une aiguille et de l’encre. Si cette technique est certainement plus facile pour les débutants que les tatouages à la machine, elle n'en est pas moins légitime : elle est tout aussi permanente et possède un style qui lui est propre.

« Je trouve que les tatouages à la main peuvent être aussi beaux que les tatouages à la machine », dit Vivien Su, une tatoueuse de 21 ans qui travaille à temps partiel à Singapour. Elle a commencé à tatouer à la main l'année dernière, alors que le pays était confiné, et a récemment ouvert son propre studio. 

Vivien compare le tatouage à la main à « un dessin sur une feuille de papier », et le tatouage à la machine à « un dessin sur un iPad ». Si la machine donne probablement un aspect plus net, elle avance que les deux types de tatouages offrent des effets différents. 

Quel motif choisir pour un premier handpoke ?                  

« Préférez quelque chose de simple, dit Vivien, dont le premier handpoke est un petit éclair. Je pense que c'était une bonne idée pour une première. Les lignes sont épurées et il y a peu de détails. »

tattoo, diy, homemade, stick and poke, hand poke, machine, quarantine

Photo : Vivien Su

Pour son premier tatouage DIY, la tatoueuse malaisienne Chua Yi Min, 29 ans, a dessiné un petit chat sur la face interne de sa cuisse. Mais elle recommande aux débutants d'opter pour de petits motifs simples, composés de lignes droites.

tattoo, diy, homemade, stick and poke, hand poke, machine, quarantine

Photo : Chua Yi Min

« Un mot, c’est toujours bien pour commencer », dit Patrick, un tatoueur de 39 ans basé à Londres qui se fait appeler @european.son.420 sur Instagram. Le premier tatouage qu'il s'est fait était un petit « X ». 

« Quand vous commencez, prenez votre temps, surtout si vous n'êtes pas très familier avec la technique, dit Vivien. Comme le tatouage à la main prend déjà beaucoup plus de temps que le tatouage à la machine, allez-y tout doucement. »

Quelle partie du corps vaut-il mieux tatouer ?

« Tout dépend de vos priorités », dit Vivien, qui suggère les avant-bras et les cuisses pour une expérience moins douloureuse. Essayez de trouver un endroit où la peau est déjà tendue pour un premier tatouage. Vivien a fait son premier handpoke sur sa cheville même si c'était une « zone très douloureuse », simplement parce que la peau étirée à cet endroit est plus facile à piquer. 

Patrick recommande également les cuisses : « Si vous le faites sur le bras, vous n'aurez qu'une seule main pour tatouer et ce sera très difficile. Choisissez plutôt la cuisse. »

Le handpoke est-il hygiénique ?

Le tatouage fait maison comporte son lot de risques pour la santé, allant des staphylocoques aux maladies à diffusion hématogène. Veillez à prendre des précautions d’hygiène (comprenez : ne réutilisez jamais une aiguille usagée), et n’hésitez pas à demander conseil à Internet. « Ce sont des choses que vous pouvez chercher sur Google », dit Patrick, ajoutant que le matériel doit être complètement stérile. 

Comment s’y prend-on, exactement ? 

Commencez par une esquisse. Yi Min conseille de rester détendu et naturel. Ensuite, il est important d'étirer la peau à l'endroit où vous allez tatouer. Pendant qu'une main tatoue, l'autre main étire la peau.

Lorsque vous piquez la peau, l'aiguille préalablement trempée dans l'encre doit généralement être inclinée à 45 degrés, bien qu'il n'y ait pas de règles strictes à ce sujet. Selon Vivien, il est plus difficile d'être précis si l'aiguille perce perpendiculairement à la peau. La direction dans laquelle vous piquez est également importante. « Si la ligne est droite, je commencerai par le bas et je remonterais lentement, c’est plus facile de cette façon », explique-t-elle.

Publicité

Voici maintenant la partie délicate : jusqu'où faut-il aller ? Si vous ne tatouez pas assez profondément, l'encre risque de s'écouler au lieu de rester sous la peau. En revanche, si vous y allez trop profondément, l'encre peut s'étaler et donner au tatouage un aspect un peu flou. Selon les trois tatoueurs, savoir à quelle profondeur aller est une question de pratique. Mais ils sont d'accord pour dire qu'il vaut mieux commencer doucement.

« Vous pouvez toujours revenir en arrière et ajouter de l'encre, mais vous ne pouvez pas enlever l'encre incrustée dans votre peau, dit Vivien. Je préfère de loin faire revenir mes clients pour une autre séance afin d’apporter des modifications, plutôt que de forcer un peu trop et qu’ils se retrouvent avec des lignes trop épaisses. »

Il est également important de noter que la peau de chacun est différente. Cela signifie que vous devez adapter votre séance de tatouage en fonction de la réaction de votre peau. Yi Min dit qu'elle repasse généralement deux fois sur le tatouage pour combler les lacunes, mais jamais plus de quatre.

tattoo, diy, homemade, stick and poke, hand poke, machine, quarantine

« Si vous passez trop de fois sur le tatouage, vous allez avoir mal. La partie tatouée va gonfler », explique-t-elle. Si votre peau devient vraiment rouge et bosselée, il est préférable de la laisser tranquille. 

Ne vous inquiétez pas trop s'il y a des espaces vides entre les points. Au lieu de vous précipiter pour le retoucher, donnez un peu de temps à votre nouveau tatouage : l'encre pourrait s'étaler un peu sous la peau au cours des deux prochaines semaines, remplissant ces petits espaces.

Comment prendre soin de son handpoke ? 

Lorsque le tatouage est terminé, couvrez-le avec du film alimentaire pendant au moins cinq heures. Patrick suggère d’éviter les bains, les piscines et le soleil pendant au moins deux ou trois jours. Après tout, « un tatouage est une blessure », dit-il.

Il est normal que le tatouage démange et s'écaille, selon Yi Min. Et si vous repérez des espaces entre les points qu’il faut remplir, elle suggère d'attendre deux à quatre semaines avant de faire des retouches, afin que la peau ait le temps de guérir et de se préparer pour la prochaine séance. Pendant cette période, évitez les activités qui pourraient irriter ou tordre la peau fraîchement tatouée.

Du point de vue artistique, il peut être très tentant, et très démoralisant, de comparer son modeste tatouage fait maison à des tatouages réalisés à la machine par des professionnels. 

« J'étais très dure envers moi-même quand j'ai commencé à faire des handpokes. Je pense que je m’étais fixé des attentes irréalistes, dit Vivien. N’imaginez pas que vous allez créer une belle pièce super détaillée si c'est votre première fois. »

Publicité

Après tout, c'est souvent plus une question de créativité. « Je pense que la culture du tatouage à la main est un peu moins formelle que celle du tatouage à la machine. Elle est plus accessible, c’est pourquoi tant de gens s'y mettent, rappelle Vivien. C'est pour s’amuser avant tout. » 

tattoo, diy, homemade, stick and poke, hand poke, machine, quarantine

Photo : Koh Ewe

C'est vrai pour moi. Deux sessions et cinq affreux tatouages plus tard, je suis devenue un peu plus à l'aise avec le handpoke. Je ne suis pas trop gênée par l'aspect de ces tatouages, qui sont de mauvaise qualité par rapport aux tatouages réalisés par des professionnels, leurs points bruts témoignant des longs après-midi passés dans ma chambre à glander.

tattoo, diy, homemade, stick and poke, hand poke, machine, quarantine

Photo : Koh Ewe

« Beaucoup de mes tatouages ne sont pas très bien faits, mais ce sont ceux que j'aime le plus, dit Patrick. Quand on se tatoue entre potes, on passe un beau moment et on en garde un beau souvenir. Même si c’est juste un point ou un truc minuscule, avec un peu de chance, dans dix ans, on se souviendra de ce jour-là. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.