Mark Zuckerberg nie fermement être un reptilien

Le patron de Facebook l'a affirmé hier : non, il n'est pas secrètement un lézard humanoïde. Faut-il le croire ?
16.6.16

Si l'on grattait suffisamment longtemps la peau du patron de Facebook, trouverait-on des écailles ? Un lézard géant se dissimule-t-il sous les traits du jeune milliardaire ? Tous les puissants de ce monde sont-ils des reptiles humanoïdes capables de prendre n'importe quelle forme et gouvernant secrètement notre monde, comme l'affirme le délicieux David Icke depuis le début des années 1990 ?

Mark Zuckerberg assure que non. Et c'est précisément ce qu'affirmerait un reptilien. Pourquoi se dissimuler pendant des siècles, si c'est pour répondre "eh oui, bien vu ! Damned !" à la première personne qui vous demande : "êtes-vous secrètement un gros reptile flippant ?" ? Car c'est ce qui est arrivé à Zuckerberg mercredi, au cours de sa toute première session de questions-réponses via Facebook Live, au cours de laquelle les internautes ont pu lui poser toutes les questions qu'ils voulaient pendant une petite heure. Et l'un d'entre eux, n'écoutant que son courage, a mis les pieds dans le plat : "Mark, les rumeurs selon lesquelles vous êtes en réalité un lézard sont-elles vraies ?"

On a alors senti une légère nervosité du côté de Zuckerberg, qui s'est mis à bredouiller : "Euh… Je vais devoir répondre "non" à cette question. Je ne suis pas un lézard. Mais continuez à poser des questions de qualité, ça s'annonce très bien si on démarre comme ça", a-t-il lâché dans un sourire qui se voulait sarcastique mais en disait long sur son inquiétude. Comme le remarque Gizmodo, les questions semblaient avoir été pré-sélectionnées, ce qui indiquerait que Zuckerberg souhaitait réellement insister là-dessus. Exactement ce que je ferais si j'étais reptilien et que je sentais le souffle chaud des masses sceptiques dans ma nuque, prêtes à me démasquer pour de bon. D'ailleurs, qui vous dit que je ne suis pas reptilien ? Et vous, d'abord ? Prouvez-le !

Ce n'est pas la première fois qu'un puissant est soupçonné d'appartenir à la caste des reptiles humanoïdes. En 2011, Louis C.K. avait accusé Donald Rumsfeld, l'ancien secrétaire d'État américain à la Défense, d'être un "lézard mangeur d'hommes", ce qui avait suscité une certaine émotion chez Rumsfeld. En 2014, c'est le Premier ministre australien, John Key, qui avait dû affirmer publiquement ne pas être un reptilien après que l'un de ses citoyens ait posé formellement la question via l'Information Act. Il était allé jusqu'à consulter un vétérinaire pour faire certifier qu'il n'était pas un lézard.

Outre leurs multiples apparitions dans diverses oeuvres de science-fiction, les reptiliens sont apparus dans l'imaginaire conspirationniste au début des années 90, quand l'ex-footballeur professionnel anglais David Icke a annoncé au monde avoir l'intime conviction que des reptiles humanoïdes originaires de l'ancienne Babylone nous gouvernaient en secret. Ils seraient les descendants d'humains s'étant accouplés avec les Annunakis, des reptiles extraterrestres à l'apparence proche des dragons. Leur but serait d'influencer nos sociétés humaine pour y faire régner la peur, le conflit, et la division. Selon lui, Hillary Clinton et George W. Bush (entre autres) seraient des reptiliens, et la mort de Lady Diana aurait été un sacrifice humain réalisé sur un ancien site religieux.

Bien évidemment, on n'est pas obligé de le croire. Mais plus de 4% des Américains, eux, sont absolument convaincus que les reptiles humanoïdes dirigent secrètement le monde. Sur YouTube, on trouve des centaines de vidéos décortiquant les faits et gestes, ainsi que les expressions (et notamment le clignement des yeux !), de diverses personnalités pour "prouver" qu'elles sont des reptiliens. Sauf qu'elles, en général, ne ressentent pas le besoin de répéter qu'elles n'en sont pas vraiment… À vous de juger.