FYI.

This story is over 5 years old.

La police de Tokyo inaugure la guerre des drones

Les courses-poursuites du futur auront-elles lieu dans les airs ?
Capture d'écran : vidéo de démonstration de la police de Tokyo.

Dans deux semaines, c'est Noël, et statistiquement, il y a de bonnes chances que vous connaissiez quelqu'un qui se fera offrir un drone. Selon le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), il circulerait actuellement en France environ 200.000 drones civils, auxquels il faut ajouter entre 2.000 et 2.500 machines professionnelles. Le problème, c'est que ces derniers temps, les drones ont tendance à voler là où ils ne devraient pas. Depuis septembre 2014, le SGDSN a ainsi recensé plusieurs dizaines de survols de centrales nucléaires, et tout un tas de drones se baladant allègrement au-dessus de sites militaires, d'ambassades, de ministères… Alors que, rappelons-le, vous n'avez même pas le droit de promener votre drone aux alentours de la Tour Eiffel.

Publicité

Autant dire que ça ne fait pas franchement rire la police, qui voit le contrôle des airs lui échapper à cause de machines beaucoup plus difficiles à repérer qu'un hélicoptère ou qu'un avion de chasse. Au-delà de leur furtivité, les drones présentent également un autre défi pour les forces de l'ordre : il est très délicat de les abattre. Les armes à feu et les canons à eau sont par exemple pratiquement inopérants, en raison de la vélocité des machines. Quant aux technologies visant à brouiller les signaux, elles sont pour l'heure difficiles à utiliser en zone urbaine. À vrai dire, jusqu'ici, on n'a rien trouvé de mieux que des chiens, des guépards et des rapaces pour les défoncer efficacement.

Mais la police tokyoïte a peut-être la solution. Ce jeudi 10 décembre, le Département de la Police Métropolitaine de Tokyo a annoncé la création d'un escadron de "drones intercepteurs", chargés d'empêcher les intrus de survoler des zones sensibles telles que la résidence du Premier Ministre, où un drone contenant de la terre radioactive avait été retrouvé en avril dernier. Ces drones assez massifs (jusqu'à 3 mètres de long) seront équipés de filets afin de capturer les machines des contrevenants qui auraient refusé de les poser. Vous pouvez voir une vidéo de démonstration sur le site de The Mainichi.

La police de Tokyo a donc déjà commencé à former une équipe spéciale chargée du pilotage de ces drones, ce qui signifie que l'on pourrait assister très prochainement à des poursuites de drones dans le ciel de la ville. La question est donc désormais : les courses-poursuites de drones remplaceront-elles les courses-poursuites de voitures dans les films de flics du futur ? Filmera-t-on le futur Eddie Murphy en train de conduire avec une télécommande ? Un drone pourra-t-il un jour drifter ?