FYI.

This story is over 5 years old.

Photography

Des sculptures de Ghetto Blasters pour colorier l'histoire du Hip-Hop

Quand l'esprit Hip-Hop rencontre celui d'Art Basel Miami.
8.12.15

Depuis ses débuts au milieu des années 70, le ghetto blaster est passé par de nombreux états avant de finir aujourd’hui par être le symbole d’une époque qu’on aime aimer en se disant que tout de même, le Rap, c’était mieux avant. The Boombox Projectest un projet développé par le photographe et réalisateur Lyle Owerko, et ce, juste après les attentats du 11 septembre. Le but était alors de se concentrer sur ce que l’humanité avait produit de meilleur. La série originale montre plusieurs ghetto blasters, de différents modèles et de différentes époques afin d’illustrer l’évolution du mouvement entre les 70’s et le début des 90’s. Le projet est alors publié sous la forme d’un livre : The Boombox Project: The Machines, the Music, and the Urban Underground, on y trouve des anecdotes de LL Cool J, de Fab 5 Freddy et une préface de Spike Lee.

Publicité

À l’occasion de Art Basel Miami et suite à une collaboration avec le studio Pretty In Plastic, Owerko se remet aux Boomboxes avec une série de reproductions en fibres de verre. L’oeuvre s’appelle Vox Machina et est disponible en bleu cobalt, noir asphalte, rouge normal et blanc ivoire. Réalisés en série limitée, tous les exemplaires sont signés et peuvent être accompagnés par une cassette géante. Une série un peu plus proche de l’esprit d'Art Basel Miami que de celui des débuts du Hip-Hop. On imagine déjà retrouver une de ces Vox Machina dans l’entrée de Pharrell.

Découvrez les ci-dessous :

Tout Lyle Owerko sur son site. Pour ce qui est de Pretty In Plastic c’est ici.