Creators

81 minutes, 13 œuvres d’art et 500 millions de dollars : le plus gros casse de musée de l’histoire des États-Unis

L'histoire énigmatique du vol qui s'est déroulé au Gardner Museum de Boston en 1990.
27.4.17

« Belle ». C'est comme ça qu'on surnommait Isabella Stewart Gardner, la richissime Bostonienne qui fit construire au début du XXe siècle le palace de style vénitien dans lequel elle vécut et aménagea ce qui est encore aujourd'hui le très admiré Gardner Museum. Les quelque 2500 trésors qu'elle a collectés toute sa vie durant y sont toujours exposés tel qu'elle l'avait souhaité et rien n'a pu être déplacé même après sa mort en 1924. Rien ou presque, car le 18 mars 1990 sa volonté allait être bafouée.

Publicité

Juste après les douze coups de minuits, deux cambrioleurs déguisés en agents de police pénètrent dans le musée fermé. À l'entrée du bâtiment, ils persuadent le veilleur de
nuit de leur ouvrir, affirmant avoir été appelés pour vérifier une « anomalie ». En quelques minutes, ils neutralisent les deux gardiens présents ce soir-là, débranchent l'alarme et commencent un shopping à 500 millions de dollars. Pendant 81 minutes, ils vont découper, briser des vitres, desceller, puis disparaître avec un butin inestimable : trois Rembrandt (dont Le Christ dans la tempête sur la mer de Galilée), Le Concert de Vermeer, trois dessins de Degas, Chez Tortoni de Manet, un aigle en plaqué bronze ayant appartenu à Napoléon, ainsi qu'un vase de la dynastie Shang. Curieusement, ils laissent derrière eux des œuvres bien plus précieuses, notamment La Piéta de Raphael qui se trouvait pourtant juste à côté des Degas… Mais peu
importe, ils disparaissent. Littéralement. Pendant 25 ans.

Lire la suite sur Creators.