Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
LE NUMÉRO PEINE DE MORT

Calvin qui ?

Cassez-vous les créateurs, 
Jennifer Herrema porte 
mes fringues.

par Loïg Hascoat
11 Décembre 2013, 9:20am


Photos : Melchior Ferradou-Tersen

Dans les années 1990, Jennifer Herrema était la chanteuse de Royal Trux, l’un des groupes les plus sous-estimés de l’histoire des groupes sous-estimés. En plus d’écrire des morceaux incroyables qui parlaient de comètes et du dieu Osiris, elle avait également un style d’une puissance infinie qui, par un curieux hasard, lui a permis de devenir égérie pour Calvin Klein – au même moment que Kate Moss et Mark Wahlberg. Quoi d’autre ? Elle est en partie responsable de la création de l’expression « heroin-chic ». C’est une légende vivante, et une fille dont je suis amoureux depuis que je suis en âge d’avoir des sentiments.

Aujourd’hui, elle fait du weed-rock avec son nouveau groupe, Black Bananas. C’est l’album que j’ai le plus écouté en 2012. En parallèle, elle continue sa vie dans la mode via sa ligne de fringues pour Volcom et sa passion pour les lunettes de soleil, lesquelles lui barrent le visage 18 heures par jour, tous les jours, depuis vingt ans.

Alors qu’elle passait à Paris pour jouer avec Black Bananas, je lui ai demandé de devenir égérie pour ma propre marque de fringues. Puis j’ai repensé au fait que je n’avais pas de marque de fringues. J’ai seulement un penchant pour les vêtements trop colorés et mal assortis (je suis daltonien). Peu importe, Jennifer a accepté de porter quatre de mes looks préférés, ceux qui font le plus rire mes méchants collègues quand j’arrive au bureau.
 

Ça, c’est une vareuse de la marine française que j’ai pécho en fripe juste devant chez moi, et c’est un bonnet que j’ai piqué à mes parents, en Bretagne. Il y a encore le nom de mon cousin Yannick cousu sur l’étiquette. Avant d’enfiler cette parure, Jennifer a émis un truc à propos de mes « sapes de marin merdiques » présumées. Mais elle était morte de rire, c’est pourquoi j’ai interprété ce commentaire comme un compliment.







Ça en fait, ce ne sont pas des fringues que je porte d’habitude ; j’ai piqué le tee-shirt Duchamps et la casquette au concert Volcom. Ce petit larcin a enthousiasmé Jennifer. On ne le voit pas sur cette photo, mais Jennifer porte mes Jordan 1 jaunes et noires – que Melchior, derrière l’appareil, trouvait « trop nulles ». J’ai expliqué à Jennifer que le jour où je les avais achetées, j’avais l’impression d’avoir réussi ma vie. Bizarrement, elle avait l’air de s’en foutre.


 

J’ai acheté ce perfecto à Emmaüs il y a une dizaine d’années, et c’est l’un des items les plus importants du style Loïg Hascoat. Je le porte un jour sur deux, et les jours où je ne le porte pas je suis triste. C’est la première fringue que Jennifer a choisie. « Il est trop beau. J’avais le même avant, mais je l’ai perdu. Ou plutôt non, je l’ai troué après un concert de Trux il y a quinze ans. Je ne sais plus comment j’ai fait. » La marinière appartient à une ex-petite copine. Quand je l’ai dit à Jennifer, elle a fait un regard étrange, genre : « T’es vraiment en train de me faire porter les fringues de ton ex, là ? » Ouais, c’est ce que je suis en train de faire Jennifer – désolé.






Le tee-shirt et la casquette défoncent tout. Twister Sisters et Municipal Waste sont deux groupes que j’adore et c’est pourquoi je tiens à arborer leur logo le plus -souvent -possible – les fringues sentent un peu, du coup. Jennifer n’a pas osé me dire qu’elle n’aimait pas le thrash et mon odeur corporelle, mais je l’ai lu dans son regard. Elle n’était pas gênée pour autant. Moi non plus. Aussi, ma petite sœur m’a offert la chemise que Jennifer porte sur cette photo, enroulée autour de sa taille. Je lui ai demandé si elle la trouvait cool, et elle m’a répondu : « Ouais kid, elle est putain de cool cette chemise. » Est-ce qu’elle s’en foutait ? Possible. Est-ce que c’était le plus beau jour de ma vie ? Sans doute.

 

Si vous vous intéressez à Royal Trux, Black Bananas, les fringues de Loïg et la musique en général, faites un tour sur la nouvelle plate-forme musique de VICE, Noisey.com