FYI.

This story is over 5 years old.

Vice Blog

On est allé voir l'ossuaire de Sedlec

J'ai pris le train en direction de Kutná Hora afin de voir l'ossuaire de Sedlec, une église minutieusement décorée avec les os de plus de 40 000 victimes de la peste.
22.10.10

J'ai pris le train en direction de Kutná Hora, un petit village à 70 kilomètres de Prague, afin de voir l'ossuaire de Sedlec, une église catholique romaine minutieusement décorée avec les os de plus de 40 000 victimes de la peste. Également appelée l'église aux ossements, elle a été construite vers l'année 1400 sur un énorme site funéraire et remise en état en 1870, par un sculpteur sur bois tchèque, Frantisek Rint. Je ne suis pas familier avec son travail, mais en me basant exclusivement sur cette église, je pense pouvoir affirmer avec certitude que c'était un sacré weirdo. Cette œuvre d'art un peu freak m’offrait certainement assez de matière pour écrire un article convenable, mais une fois seul dans mon compartiment, je me suis demandé si une église décorée d'ossements humains pouvait constituer un article assez ironique pour vous. Et là, les membres du Dillinger Escape Plan ont débarqué. Enfin, trois membres sur cinq, ainsi que leur tour manager et leurs potentielles copines. Quand je leur ai demandé où ils allaient, Jessica, leur (sublime) tour manager m'a dit qu'ils se dirigeaient vers l'église en question. La suite n'est qu'appréciation historique.

VICE : Alors, qu'est-ce que vous avez pensé de cette église un peu glauque ?
Ben : C'était intéressant de voir qu'elle n'avait rien de morbide. Les crânes sont présentés comme des couronnes. Ça ne fait pas du tout irrespectueux, c'est plus comme si on honorait les gens qui sont morts. Une sorte de grand hommage.
Liam : Aussi belles que puissent être les églises européennes, ça me rend triste de penser à l'argent qui a été dépensé, à tous les gens qui sont morts pour construire ces églises et réunir l'argent dans ce but. Il y a eu tellement de vies sacrifiées au nom d'une chose surnaturelle. La religion est censée te soutenir quand tu meurs, mais de toutes les églises que j'ai visitées, celle-ci est bien la seule à confronter ses visiteurs à la mort.

Il y a un mort dans chaque église pourtant. Sur le mur.
Ben : Pour je ne sais quelle raison, le gros crucifix de l'église me fait bien plus flipper que tous ces os.

En Occident, on a cette drôle de réticence à propos des restes humains, personne n'a envie de les toucher ou même d'en faire des chandeliers. Cette église va un peu à contre-courant, tu vois ce que je veux dire ?
Ben : Je vois ce que tu veux dire. Je ne crois pas qu'il y ait une vie après la mort. Je préférerais qu'on fasse quelque chose de beau avec mes os plutôt que de pourrir sous terre ! Autant qu'on fasse quelque chose de cool avec mon squelette.

Billy, tu n'as encore rien dit. Une punchline en réserve ?
Billy : Je me pencherais sur tout ça plus tard, parce que là j'ai tellement faim que mon expérience la plus religieuse serait d'aller à McDonald's. Boum ! Oublie ça.