Dans les backstages du Bad Bonn
LE NUMÉRO DE LA VACHE SACRÉE

Dans les backstages du Bad Bonn

Une série de dessins réalisés par des groupes de musique en l'honneur de la meilleure salle de concerts suisse.
01 juin 2016, 5:00am

Partition du morceau des Flaming Lips « Sad Song for Janiek », par le groupe.

Cet article est extrait du « Numéro de la vache sacrée »

Katharina Reidy et moi sommes les deux graphistes et coéditrices du livre Bad Bonn Song Book. Nous avons grandi dans les villages aux alentours du club le Bad Bonn, en Suisse, et y avons passé notre adolescence. Là-bas, nous avons écouté les meilleurs groupes du monde. Aujourd'hui, nous travaillons régulièrement avec le Bad Bonn : nous réalisons les posters de leurs concerts ou ceux de leur festival annuel, le Bad Bonn Kilbi.

Notre projet de livre est devenu concret lorsque Daniel Fontana, le fondateur et programmateur du Bad Bonn, a rencontré l'éditeur zurichois Patrick Frey. Katharina Reidy, Daniel Fontana et moi avons alors réfléchi à la forme éditoriale qui retranscrirait au mieux l'atmosphère du lieu. Nous avons demandé aux groupes, sur trois années consécutives, de nous donner une partition de l'un de leurs morceaux. Ce qui nous intéressait dans ce projet – au-delà du témoignage fantastique que représentent ces feuilles manuscrites pour le Bad Bonn – c'était de voir comment les musiciens écrivent leur musique et retranscrivent leur univers musical sur un morceau de papier.

Le Bad Bonn de Düdingen, dans le canton de Fribourg, est mené par Daniel Fontana et Patrick Boschung. Daniel s'occupe de la programmation et Patrick des finances. Le club existe depuis 1991. Il est connu pour ses prises de risques en termes de programmation. Il s'agit d'une prise de risques qui n'est pas vraiment calculée, ni volontaire, mais je sais que Daniel Fontana préfère suivre ses goûts et son instinct plutôt que de penser au nombre d'entrées. Il a du nez et fait confiance aux groupes qu'il aime. Il demande aussi conseil autour de lui, et aux groupes qui passent. De fait, il se plante rarement.

Ensuite, il y a le lieu lui-même. Sa position géographique est particulière, puisqu'il est situé entre deux régions séparées par la langue – l'une parle français, l'autre allemand – à Düdingen, à environ 20 minutes de la capitale Berne. À la base, le Bad Bonn était un bistrot de campagne ; aujourd'hui encore, des ouvriers viennent y boire leur bière après le travail. On trouve toujours ce même mélange entre les gens qui viennent pour les concerts et ces piliers de bar qui se pointent pour regarder les matchs de hockey. Je crois que cette pluralité empêche le lieu de devenir un truc pour intellectuels, comme c'est parfois le cas dans les salles où l'on programme de la musique dite pointue.

Je pense que c'est aussi cela qui plaît aux groupes. Ils se sentent à la maison, à leur place. Tous ont été séduits par l'idée de participer au projet. Il fallait les attraper au bon moment ; c'est-à-dire plutôt dans l'après-midi après le sound-check que le soir après leur concert.

Ce dont nous ne nous doutions pas en revanche, c'est que la plupart des groupes n'écrivent pas leur musique ; c'est pourquoi, quand nous leur avons demandé de nous donner une partition, ils étaient assez gênés. De fait, ces derniers nous ont dit qu'ils ne savaient pas vraiment quoi faire pour nous. Pour la plupart, leur relation à la musique tient plus à l'expérimentation. C'est ce qui rend leurs notes d'autant plus passionnantes. Dans le livre, on retrouve donc des partitions classiques, mais aussi des tablatures, des dessins, des schémas ou des bandes dessinées. Finalement, c'est un peu comme un livre d'or que chacun signerait à la fin des vacances.

Nous ne voulions pas faire un livre d'archives classique. Ce genre de bouquin qui retracerait les vingt-cinq années du club à travers des photographies qui auraient, en fin de compte, pu être prises dans n'importe quelle autre salle. Nous voulions un livre disons, plus spécifique. Et puis de toute façon, il faut dire que ce n'est pas vraiment le genre de la maison de garder nos archives bien propres et bien rangées.

Le livre Bad Bonn Song Book est publié aux éditions Patrick Frey.

Dessin de R. Stevie Moore pour son morceau « A Sort of Way ».

Partition du morceau de Sebadoh « I Will », par le groupe.

Paroles du morceau des Sleaford Mods, « Bronx in a Six », par le groupe.

Dessin de Jeffrey Lewis pour son morceau « The French Revolution ».

Tablatures du morceau de Lee Ranaldo de Sonic Youth, « Descent », par lui-même.

Paroles du morceau de Suzanne Vega, « Tom's Diner », par elle-même.