Culture

Dans la ville nucléaire cubaine bloquée dans les années 90

Certaines personnes vivent encore à proximité d'une centrale nucléaire désaffectée, construite avant l'effondrement de l'Union soviétique.

par Yuri Segalerba; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
16 Octobre 2019, 6:34am

Toutes les photos sont de Yuri Segalerba

En 1976, Cuba et l’URSS signent un accord pour construire plusieurs centrales nucléaires dans la ville de Juragua, près de Cienfuegos, à 230 kilomètres au sud-est de La Havane. La construction du premier réacteur commence en 1982 sous la supervision de Fidel Castro Díaz-Balart, le fils aîné du leader cubain Fidel Castro. Le projet comprend également la fondation d’une ville calquée sur celle de Pripyat, située à trois kilomètres de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

La Ciudad Nuclear, également construite en 1982, est conçue pour abriter des milliers d'employés, dont certains ont séjourné en Union soviétique pour étudier la physique nucléaire et apprendre le russe. Les 30 000 personnes qui y posent leurs valises espèrent faire partie de ce qui est alors qualifié par les deux gouvernements de « projet du siècle ».

Mais au début des années 1990, quelques mois après la dislocation de l’Empire soviétique, la construction de la centrale est officiellement interrompue. Depuis, la population de Ciudad Nuclear est tombée à 7 000 habitants, et la ville, abandonnée ou presque, semble suspendue dans le temps, caractérisée par ses bâtiments soviétiques alignés le long de la côte cubaine.

1565109379540-DSC01578

J'ai visité Ciudad Nuclear pour la première fois en 2013. J’ai photographié la centrale pour mieux comprendre ce qui restait du projet. J’y suis retourné cinq ans plus tard, en 2018, afin de rendre compte de la ville et de ses habitants, dont beaucoup se souviennent affectueusement de l'époque de la construction comme celle d’une croissance économique. La vie était belle, m'ont-ils dit. Mais la plupart d'entre eux éprouvent de la rancœur, à juste titre, à l'égard de ce qui s'est passé depuis et de cette vision grandiose qui ne s'est jamais réalisée.

Lors de mon deuxième séjour, je me suis rendu compte que, bien que le village soit resté plus ou moins le même, les choses autour de la centrale ont changé. Un mur a été construit autour du réacteur inachevé, protégé par des gardes en uniforme du haut de leurs petites tours de guet. J'ai essayé de leur demander si je pouvais entrer, en vain : ils ne bougeraient pas. Plus personne n’y a accès aujourd'hui.

Plus de photos ci-dessous :

1565108813018-DSC_0551
1565108966970-DSC_0428
1565109003493-DSC_0454
1565109025354-DSC_0461
1565109106153-DSC_0465
1565109127301-DSC_0587
1565109147504-DSC_8796
1565109166745-DSC_8804
1565109187694-DSC01194
1565109212399-DSC01269
1565109235610-DSC01332
1565109255586-DSC01519
1565109273702-DSC01536
1565109295207-DSC01541
1565109317336-DSC01564
1565109335828-DSC01565

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et Flipboard.

Tagged:
cuba
urss
VICE International
tchernobyl
juragua