FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Bombay a encore droit à sa gay pride, pour l'instant

Des centaines de personnes se sont rendues au défilé ce week-end, alors qu'une loi coloniale qui criminalise les relations sexuelles « contre nature » a fait son retour dans le code pénal indien .
3.2.15
Toutes les photos sont de Suranjana Tewari

Des centaines de personnes se sont rendues samedi à la marche annuelles des fiertés annuelle, pour demander l'égalité des droits pour la communauté Lesbienne, Gaie, Bi et Trans (LGBT) en Inde.

Vêtus de tenues très variées, les participants ont dansé sous d'immenses drapeaux arc-en-ciel, promené des ballons multicolores dans les rues de la capitale économique de l'Inde en chantant « Homophobia Bharat chorro, » un slogan que l'on peut traduire par « Homophobie, dégage de l'Inde. »

Publicité

La marche, qui existe depuis sept ans, a eu lieu a un moment crucial pour la communauté LGBT indienne.

En décembre 2013, la Cour suprême a rejeté une loi de 2009 qui décriminalise les relations sexuelles entre homosexuels. La section 377 a alors été réinstaurée dans le code pénal indien. Ce texte date de la période coloniale. Il interdit les relations sexuelles « contre nature », et prévoit une peine de prison qui peut aller jusqu'à 10 ans.

Les marches de fierté se sont tenues depuis dans les villes du pays, malgré la loi. Mais le jugement de 2013 a fait peur a beaucoup de ceux qui avaient décidé de vivre une sexualité plus ouverte après les réformes de 2009.

« L'Inde est indépendante depuis 66 ans, mais nous n'avons toujours pas la liberté d'expression, » a déclaré à VICE News un professeur en ingénierie qui était au défilé. « C'est important de sensibiliser la société. »

Un couple qui s'est marié à la parade. (Photo de Suranjana Tewari)

Le professeur a épousé celui qui est son compagnon depuis quatre ans, lors d'une cérémonie hindoue traditionnelle, qui s'est tenue avant la parade. Le couple déclare avoir voulu rendre son union officielle en ce jour particulier parce qu'ils se sentaient en sécurité grâce au soutien de la communauté. Bien qu'ils n'aient pas voulu donner leurs noms, les deux disent qu'ils se sentent capables de parler de leur histoire à leur famille maintenant qu'ils sont mariés.

Beaucoup des participants ont choisi de cacher leur identité par peur d'être reconnus par leurs employeurs.

Publicité

« Si mes collègues apprennent mon orientation sexuelle, ils pourraient venir me provoquer et me forcer à démissionner, » explique Nikhil, qui portait un masque pour couvrir son visage. « Sans la décision de la Cour suprême, j'en aurais déjà parlé à mes parents. »

Il y a des régions d'Inde qui restent profondément conservatrices, et la communauté gay doit faire face à des discriminations. Les militants rapportent que les attaques contre les homosexuels et le harcèlement policier ont augmenté depuis la réinstauration de la section 377.

Certains participants avaient peu d'espoir que le gouvernement actuel retire cette loi. Le parti nationaliste de droite Bharatiya Janata (BJP) a remporté une victoire écrasante l'an dernier. Le Premier ministre Narendra Modi ne s'est pas encore exprimé sur l'homosexualité, mais certains de ses collègues sont déjà intervenus sur le sujet.

(Photo de Suranjana Tewari)

Le mois dernier, un ministre du BJP, à Goa, a annoncé que le gouvernement prévoyait d'ouvrir des centres de traitements pour les gays de la région.

« Nous allons les rendre normaux. Nous allons mettre en place un centre pour eux, comme les centres pour les Alcooliques anonymes, » avait déclaré Ramesh Tawadkar aux journalistes. Le ministre des sports et de la jeunesse avait ajouté, « Nous allons les former et leur donner des médicaments. »

Ces prises de position continuent de peser sur certains membres de la communauté LGBT indienne.

Publicité

Quand Shaurya, 36 ans, a parlé à sa famille et ses amis de sa partenaire Kushi, elle a été ostracisée. Le couple doit faire deux heures de route depuis son petit village pour se rendre à Bombay et pouvoir rencontrer des gens de la communauté LGBT.

« Je me fiche de la société, quoiqu'il arrive nous serons ensemble jusqu'à notre dernier souffle, » a confié Shaurya à VICE News. « Mais nous aimerions pouvoir nous marier légalement, et avoir un enfant. »

Les transgenres étaient parmi les plus acclamés à la parade. Beaucoup d'entre eux portaient des saris brodés et des bijoux pailletés.

Shaurya et Kushi racontent qu'elles doivent faire deux heures de route jusqu'à Bombay si elles veulent voir des amis qui les comprennent. (Photo de Suranjana Tewari)

Le mouvement transgenre a gagné un combat important l'an dernier, la Cour suprême indienne a jugé que les transgenres pouvaient légalement être reconnus comme un troisième genre neutre. Une ville de l'État du Chhattisgarh, dans le centre du pays, a depuis élu le premier maire transgenre du pays.

La marche de samedi a bloqué la circulation dans les quartiers sud de Bombay, et bien que les organisateurs aient demandé l'autorisation de la police pour organiser la parade, elle a dû être écourtée. Ça n'a pas découragé les manifestants.

« On est très heureux de la participation cette année, » a déclaré Bushan Kulkarni, l'un des organisateurs. « Cette année, la parade est plus grosse que les années précédentes. »

Beaucoup de commerçants, de chauffeurs et d'habitants sont venus regarder les festivités.

« Je crois qu'ils sont gays, » a dit un vieil homme à un ami.

« Chacun son truc, » a-t-il répondu, quand on lui a demandé ce qu'il pensait du défilé.

Le thème cette année était le « fakr » — ce qui signifie être fier de ce que l'on est. Beaucoup de familles sont venues soutenir leurs proches.

« Je défile pour sensibiliser les gens, parce que mon fils est gay, » a déclaré Shaila, une femme frêle de 74 ans, guidée dans la marche par ses enfants. « Pour la première fois dans ma vie, je me bats pour une cause juste. »

Suivez Suranjana Tewari sur Twitter: @suranjanasays