Un visiteur du Salon du Bourget en train de tester un système de visée associé à un missile MISTRAL. (Pierre Longeray/VICE News)

On a trouvé de tout au salon du Bourget

Depuis ce lundi, se tient le Salon international de l’Aéronautique et de l’Espace. Voici ce que l’on a retenu en passant dans les rayons.

|
juin 17 2015, 4:15pm

Un visiteur du Salon du Bourget en train de tester un système de visée associé à un missile MISTRAL. (Pierre Longeray/VICE News)

Depuis ce lundi, se tient dans la banlieue nord de Paris, à l'aéroport du Bourget, le Paris Air Show ou Salon international de l'Aéronautique et de l'Espace, en version française. C'est un rassemblement protéiforme où se croisent, entre autres, passionnés d'aviation, acheteurs de jets privés, responsables de compagnies aériennes et de nombreuses délégations militaires du monde entier, venues faire des achats ou simplement repérer. Dans cet immense espace on expose bien sûr des avions mais aussi beaucoup de matériel militaire aérien, sous les formes les plus diverses, comme les missiles, avec un goût très prononcé pour les drones militaires, particulièrement nombreux pour cette édition 2015.

Petit passage en revue du meilleur du Salon du Bourget depuis l'antivol pour jet privé, jusqu'à l'hélicoptère russe transporteur de tractopelle.

Mi-26T 2 — Une pelleteuse dans un hélicoptère

Le fabricant d'hélicoptères russe, Russian Helicopters, présentait un prototype de son Mi-26T 2, le grand frère de l'un des plus gros hélicoptères du monde, le Mi-26T. La nouvelle version permet de réduire le nombre de personnel nécessaire pour l'appareiller et elle est capable d'effectuer des vols de nuit. Pour donner une idée de la capacité de contenance du Mi-26T 2, la maquette présentée au Bourget dévoile un tractopelle dans le ventre de l'hélicoptère russe. L'hélicoptère-cargo peut aussi servir au transport de carburant (notamment du kérosène) ou de matériel de travaux de construction.

UGL-H30 — Le drone qui roule

Le fabricant de munitions UVision dévoile ici son UGL-H30 — un petit véhicule sans conducteur (un « UGV » pour Unmanned Ground Vehicule) capable de lancer des missiles intelligents qui peuvent repérer leur cible.

Cette nouvelle gamme de missiles-drones peut aussi mener des missions de surveillance, sans embarquer de munitions, mais elle emporte un petit parachute à la place, pour se poser délicatement une fois la surveillance terminée. Le militaire derrière les commandes du UGL-H30 peut à la fois contrôler le véhicule et les missiles.

Vigiplane — L'anti-vol pour jet-privé

La compagnie Blue Green Technology présente un système d'antivol pour jet privé, baptisé Vigiplane. Le petit boitier jaune truffé de caméras et détecteurs s'installe en « moins de 2 minutes » sur la roue avant de l'avion. Il crée une zone de protection autour de l'appareil, et prévient le propriétaire si un intrus a pénétré dans la zone. Il peut même envoyer une photo de l'individu, pris sur le fait, sur votre smartphone. La plaquette de présentation de l'antivol précise que le système vous protège contre les vols de carburants, le « vandalisme dû à la jalousie » ou encore le fait de transporter des substances illégales contre votre plein gré.

Le SpaceLiner — Pour relier Melbourne à Londres en 90 minutes

Le Centre spatial allemand de l'aéronautique et de l'espace, le DLR, présentait son SpaceLiner, un concept d'avion suborbital hypersonique, qui permettrait de relier l'Australie à l'Europe en 90 minutes. Le départ se ferait à la verticale, comme pour une navette spatiale. Le SpaceLiner se décompose ensuite en deux étages : une fois le propulseur détaché, le reste de l'appareil mis en orbite fait du vol plané. Cinquante personnes peuvent être installées dans l'avion, pour voler à 20 fois la vitesse du son. Pour ce qui est du prix du billet, on serait sur la même échelle qu'un ticket pour un vol en navette spatiale, type Virgin Galactic. Comprendre, très, très cher.

AR3 Net Ray — Un drone pour sauver les migrants

Tekever est une compagnie d'origine portugaise spécialisée dans les drones dont le dernier modèle, le AR3 Net Ray, a été choisi par la Marine portugaise pour effectuer des missions de surveillance pour le compte de Frontex, chargé de la protection des frontières européennes. La principale mission de Frontex est à la prise en charge de migrants qui tentent de traverser la Méditerranée sur des embarcations de fortunes. L'AR3 Net Ray est équipé d'une caméra thermique ce qui permet de repérer de jour comme de nuit les embarcations, et même des individus tombés à la mer, afin de lancer l'alerte. Il possède une autonomie de 12 heures et peut aussi servir dans les cas de marée noire pour repérer les nappes de pétrole.

Camcopter S-100 — Le drone hélicoptère

La compagnie autrichienne Schiebel expose son Camcopter S-100 — un drone hélicoptère qui peut servir pour des missions civiles comme militaires. Grâce à son hélice, l'appareil peut effectuer des décollages et atterrissages à la verticale, permettant de s'adapter à tout type de missions terrestres et maritimes. L'appareil peut décoller sur n'importe quel terrain, selon Schiebel. Le S-100 peut aussi effectuer une mission en totale autonomie, sans opérateur pour le diriger.

NOVA — Le concept d'avion écolo

L'Onera est le centre français de la recherche aéronautique, spatiale et de défense. Il présente au Bourget le concept NOVA pour rendre l'aviation civile moins polluante, en promettant de réduire de 15 à 20 pour cent la consommation des avions de ligne. Le design du fuselage de l'avion est plus large que celui d'un avion classique pour augmenter le portage de l'appareil et donc réduire la quantité de carburant nécessaire. Autre spécificité du projet NOVA, c'est le placement à l'arrière de moteurs très puissants de type UHBR. Ils sont aussi intégrés au fuselage de l'avion, ce qui permet de réduire la consommation des moteurs.

[Nom encore inconnu] — Le drone de combat franco-britannique

La Direction générale des armées (DGA) française présentait sur son stand un prototype de drone de combat développé avec le Royaume-Uni, et ayant pour vocation de devenir un programme européen. Ce drone, successeur du prototype nEUROn, a été conçu pour remplir des missions complémentaires de celles poursuivies par les avions de chasse Rafale français. Le drone de combat permettra de pénétrer les espaces les plus défendus et de frapper avec précision des cibles ennemies, pour préparer et protéger l'arrivée des Rafale sur zone. L'armée française devrait pouvoir s'en servir courant 2025.

Suivez Pierre Longeray sur Twitter : @PLongeray

Plus de VICE
Chaînes de VICE