Publicité
Tech by VICE

Le Bitcoin vient de se scinder en deux versions distinctes

Le premier "hard fork" de l'histoire de la cryptomonnaie a donné naissance à Bitcoin Cash, un clone concurrent du Bitcoin original.

par Jordan Pearson
02 Août 2017, 12:58pm

Image : Ruth Hartnup/Flickr

Le Bitcoin est en train de connaître un schisme. Hier, la monnaie virtuelle la plus populaire du monde s'est scindée en deux versions : l'originale, qui existe depuis 2008, et Bitcoin Cash, une nouvelle venue présentée comme plus accessible par ses défenseurs.

Cette séparation est survenue dans l'après-midi du mardi 1er août, quand un groupe de bitcoiners parvenus a déclenché un "hard fork", un événement sans précédent dans l'histoire de la cryptomonnaie. La communauté du Bitcoin tentait de l'empêcher depuis deux ans. La semaine dernière, il semblait même définitivement écarté.

À l'origine, le hard fork était prévu pour le matin du 1er août. Les bitcoiners l'ont attendu dans l'angoisse jusqu'à l'après-midi : quelques subtilités techniques ont repoussé l'événement de six heures. À 14h20, heure de la côte Est des États-Unis, la séparation a été officialisée par la création du premier bloc de données transactionnelles de Bitcoin Cash.

Si les blocs du Bitcoin traditionnel ne peuvent pas contenir plus d'un mégaoctet d'informations, ceux du Bitcoin Cash en accueillent jusqu'à huit. Du haut de ses quelques deux mégaoctets, le bloc inaugural du nouveau challenger pesait déjà deux fois plus lourd que ceux de son aïeul. Cette différence de masse est au coeur de la séparation entre Bitcoin classique et Bitcoin Cash.

Désormais, deux versions presque identiques du Bitcoin vont devoir coexister. Chacune a ses règles et ses fidèles. Toutes les personnes qui possédaient des fonds en bitcoins traditionnels avant la scission ont automatiquement reçu le montant de leurs économies en Bitcoin Cash. Pour survivre, cette nouvelle monnaie va devoir se battre.

La valeur du bitcoin a perdu 200 dollars pour atteindre les 2 700 dollars par unité dans les heures qui ont précédé le schisme. Au moment de la publication de cet article, la cryptomonnaie semblait absorber le choc sans plus de dégâts. De son côté, le Bitcoin Cash montre des signes de vie sous son extrême volatilité. La bourse en ligne Kraken a crédité les comptes de ses clients avec la nouvelle cryptomonnaie et autorisé sa circulation juste avant la création de son bloc inaugural. En 10 minutes, le prix du Bitcoin Cash est passé de 400 à 140 dollars avant de rebondir à 200 dollars.

Le succès du Bitcoin Cash dépend largement des mineurs, ces individus qui créent les blocs transactionnels à l'aide de fermes de serveurs. Le nombre de mineurs ayant adopté la nouvelle monnaie est encore difficile à estimer mais il semble faible : le temps qu'ils achèvent un bloc, les fidèles du Bitcoin traditionnel en avaient déjà bouclés des dizaines. Manifestement, le Bitcoin Cash manque encore de puissance de feu.

La séparation Bitcoin-Bitcoin Cash est un événement inattendu qui boucle un débat long de deux ans. Cette "guerre civile" qui a scindé les cryptomonnayeurs en deux camps concernait la manière dont le Bitcoin pouvait changer pour accueillir plus de monde sans perdre en efficacité.

À la fin de l'année 2016, les blocs qui contiennent les informations sur les échanges de bitcoins ont été débordés par le nombre de transactions. Les personnes qui souhaitaient envoyer ou recevoir des bitcoins devaient attendre des heures, voire des jours avant que la blockchain ne digère l'opération réclamée. Imaginez que vous payez par carte à l'épicerie du coin et que le paiement met deux minutes à passer. Lorsque les astres sont défavorables, le Bitcoin est bien pire.

Bien sûr, une solution a été proposée aux bitcoiners les plus riches : moyennant une grosse "taxe", un mineur pouvait se débrouiller pour inclure votre transaction dans le prochain bloc. Les grandes institutions financières qui se sont lancées dans le Bitcoin pour rationaliser leurs activités ont les moyens de régler ces taxes, pas les personnes qui utilisent la cryptomonnaie pour payer leur sandwich ou leur déodorant.

Après une longue période de débat, le développeur bitcoin Pieter Wulle a proposé le Segregated Witness (ou "Segwit"), une nouvelle règle qui permettrait de dégager un tout petit peu d'espace dans les blocs Bitcoin traditionnels. La majeure partie de la communauté a apprécié l'idée.

En juillet, les bitcoiners ont mené à son terme une vaste campagne visant à convaincre les derniers mineurs résistants d'adopter le segwit. La mesure de Pieter Wulle devait être introduite le 1er août au cours d'un "soft work", une modification des règles du Bitcoin qui ne fracture pas le réseau de la cryptomonnaie. Pour fonctionner, un soft work doit être supporté par l'ensemble de la communauté. Malheureusement, le segwit ne faisait pas vraiment l'unanimité et l'entreprise chinoise Bitmain a développé un "hard fork" en cas d'échec de la méthode douce.

Mardi dernier, c'est ce plan de secours qui a été scindé la communauté du Bitcoin en deux soeurs ennemies.

Né comme une solution de secours, le hard fork a été transformé en Plan A et baptisé Bitcoin Cash par un groupe d'utilisateurs et de développeurs persuadés que le Segregated Witness ne suffirait pas à résoudre le problème de taille des blocs Bitcoin. Le "Cash" est supposé signifier que cette version de la cryptomonnaie est destiné au grand public, et pas seulement aux institutions financières ou aux grandes entreprises.

Il serait aisé et confortable de percevoir le Bitcoin Cash et le hard fork dont il est issu comme des aberrations. Pourtant, ils ne sont que la manifestation d'un caractère enfoui dans l'ADN du Bitcoin depuis le début.

La cohésion du Bitcoin ne repose pas sur l'argent mais sur la foi. Le protocole bitcoin, lorsqu'il a été révélé au monde il y presque dix ans par un anonyme ou un groupe connu sous le nom de Satoshi Nakamoto, était râpeux et anticonformiste. Le Bitcoin accusait les banques et les régulateurs financiers d'être des rapaces. Il les a battus à leur propre jeu à l'aide d'une monnaie qui est devenue aussi réelle que les billets verts, même si elle n'est qu'une abstraction jaillie des mathématiques et des ordinateurs. C'est une bonne vanne, assez chargée en libertarisme pour attirer d'authentiques militants.

Ces racines anarchistes sont peut-être à l'origine du hard fork et de Bitcoin Cash, le vertige du jeu qui pousse les gens à injecter des milliards de dollars dans une monnaie virtuelle aussi. Quand tout le monde vous crie de rentrer dans le rang, comme pendant le débat qui a agité la communauté du Bitcoin pendant deux ans, le truc le plus "bitcoin" que vous puissiez faire est de leur répondre par un bon gros doigt.

Des semaines, peut-être même des mois vont devront s'écouler avant que nous puissions mesurer l'impact de Bitcoin Cash. Quoi qu'il arrive, nous avons déjà vécu un moment historique.