Paris

Assaut à Saint-Denis : l'opération est officiellement terminée

Depuis 4 heures 20, ce mercredi matin, la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire et le RAID mènent une opération à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) dans le cadre de l’enquête sur les attaques qui ont touché Paris vendredi dernier.
18 novembre 2015, 9:55am
Saint-Denis (Etienne Rouillon / VICE News)

Depuis 4 heures 20, ce mercredi matin, la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire et le RAID menaient une opération à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) dans le cadre de l'enquête sur les attaques qui ont touché Paris vendredi dernier.

À 11h40, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a annoncé depuis l'Élysée que l'opération était officiellement « terminée ». Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve doit s'exprimer prochainement pour donner « l'ensemble des précisions » sur l'opération de ce mercredi matin.

À voir : L'opération à Saint-Denis en photos

Des hommes de la police judiciaire marchent rue de la République, à Saint-Denis, non loin de la rue du Corbillon où l'assaut a été donné.(Etienne Rouillon / VICE News) 

**2 morts et 7 interpellations **

Pendant plus d'une heure au petit matin, des témoins ont entendu des rafales de balles par intermittence dans le centre ville de Saint-Denis (au nord de Paris). Aux alentours de 7 heures du matin, plusieurs médias français rapportent les propos de sources policières selon lesquelles Abdelhamid Abaaoud, l'un des organisateurs présumés des attentats de vendredi dernier, serait la cible de cette opération de police. Ce qui n'a pas été confirmé depuis.

Lors d'un point presse qui s'est tenu à Saint-Denis à 12 heures 15, peu après la fin officielle de la phase d'assaut, le procureur de la République François Molins a déclaré que trois personnes avaient été interpellées au sein de l'appartement. Dans un deuxième temps, « une jeune femme s'est fait exploser », a indiqué le procureur. Un autre terroriste a été retrouvé mort « atteint par des projectiles et des grenades », et deux personnes « se cachant dans les gravats » ont enfin été interpellées.

Par ailleurs, à proximité de la zone, la personne ayant mis l'appartement à disposition des terroristes présumés et une de ses connaissances ont également été interpellées.

En tout, deux des suspects sont morts, cinq d'entre eux ont été interpellés dans l'immeuble visé par l'opération, et deux autres personnes ont été interpellées à proximité. L'identité de toutes ces personnes n'a pas encore pu être confirmée.

Cette opération a été menée « dans le cadre de l'enquête judiciaire ouverte vendredi soir » après les attentats qui ont touché Paris et Saint-Denis, a confirmé François Molins. Le procureur a indiqué que des renseignements obtenus « par téléphonie, par la surveillance et par des témoignages » avaient pu « laisser penser que Abdelhamid Abbaoud pouvait se trouver dans un appartement à Saint-Denis ». L'homme est activement recherché par les forces de l'ordre depuis plusieurs jours, étant soupçonné d'avoir organisé les attentats du 13 novembre.

On ne sait pas encore si Abdelhamid Abbaoud se trouvait effectivement dans l'appartement visé par l'opération de police, ni s'il fait partie des personnes interpellées. D'autres informations seront communiquées dans la deuxième partie de l'après-midi, a fait savoir le procureur de la République.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui était également présent sur place lors du point presse, a précisé que 110 policiers du RAID et de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) avaient été mobilisés pour cette opération. 5 policiers du RAID ont été légèrement blessés au cours de l'assaut. Un chien policier a été tué.

**Une opération en plein coeur de Saint-Denis **

L'opération se déroule autour des rues du Corbillon et Fontaine. La préfecture de Seine-Saint-Denis annonce que les écoles et collèges du centre-ville vont rester fermés pour la journée.

Ambiance de guerre à Saint- Denis. Militaires hurlent ' arrête toi' aux voitures. Centre ville en état de siège — sylvia zappi (@sylviazappi)November 18, 2015

Présent sur place, VICE News a rencontré Iftene, 68 ans, qui est arrivé à Saint-Denis en 1973. Il habite près des lieux du raid, et explique à VICE News qu'il avait été réveillé vers 4 heures du matin par la première explosion, suivie rapidement par d'autres détonations. Il habite à quelques immeubles de là où se déroule le siège.

Iftene a allumé la télé pour savoir ce qui se passait, et a ensuite entendu des tirs d'arme automatique. Il était en milieu de matinée à la mairie de Saint-Denis, où il espérait voir sa cousine et ses trois enfants, qui ont été évacués de leur maison à cause de l'opération de police. Ils habitaient rue de Corbillon, là où l'assaut a été donné.

_Suivez VICE News sur Twitter : _@vicenewsFR