Publicité
Etats-Unis

Un policier américain fait une overdose après avoir fouillé un toxicomane

La voiture du suspect était pleine d'une poudre blanche – une substance qui s'apparenterait à du fentanyl ou à du carfentanil, utilisé pour endormir les éléphants.

par Keegan Hamilton
17 Mai 2017, 10:29am

Dans une ville gangrenée par une épidémie d'opiacés, un policier a pu retourner au travail ce mardi, après avoir frôlé la mort à cause d'une overdose survenue lors d'un contrôle de routine.

L'officier Chris Green avait été appelé en renfort vendredi soir à East Liverpool, dans l'Ohio, pour aider à fouiller un véhicule dans lequel de la poudre blanche était dispersée sur le tableau de bord et les sièges – une substance qui s'apparenterait à du fentanyl synthétique, ou peut-être du carfentanil, aussi utilisé comme tranquillisant pour les éléphants. Green portait des gants en latex par mesure de sécurité, mais il les a enlevés pour fouiller le conducteur, Justin Buckel, 25 ans.

« Quand je suis arrivé sur les lieux, il en avait plein sur lui », a déclaré Green au East Liverpool's Morning Journal. « Je l'ai mis à terre, et c'était la seule fois où je ne portais pas de gants. Autrement, j'ai suivi le protocole. »

De retour au commissariat dans la soirée, Green remarque quelques éclats de poudre blanche sur son uniforme. Il les balaie d'un revers de main – ce qu'il a immédiatement regretté. Sous les yeux médusés de ses collègues, il s'effondre.

« J'ai commencé à dire n'importe quoi », a-t-il raconté au Morning Journal. « J'ai senti mon corps s'éteindre tout doucement. Je pouvais les entendre parler, mais je ne pouvais pas répondre. J'étais en état de choc. Je me disais : "C'est impossible, je ne peux pas faire une overdose" ».

L'épidémie d'opiacés touche fortement East Liverpool, et le naloxone, antidote des overdoses, fait désormais partie de la panoplie de tous les policiers locaux. Les collègues de Green lui ont administré une dose avec un spray nasal et l'ont emmené à l'hôpital, où les docteurs ont ajouté trois doses supplémentaires pour le soigner complètement.

Green devait revenir au travail ce mardi, mais il a confié au journal local qu'il sentait toujours les effets de l'overdose dans le week-end. « J'ai l'impression que ma tête est prise dans un étau, qu'on m'a donné un coup de pied en pleine poitrine au niveau du coeur et que mon estomac subit la diarrhée en permanence. »

Les produits sont si forts que toucher ou inhaler une minuscule dose peut être fatal.

La police attend toujours les résultats du labo pour déterminer la composition exacte de la poudre blanche touchée par Green. La DEA avait mis en garde contre les drogues synthétiques extrêmement puissantes comme le fentanyl, le carfentanil et autres composants qui pourraient menacer la santé des policiers dans le pays. Les produits sont si forts – 100 fois plus puissants que l'héroïne dans certains cas – que toucher ou inhaler une minuscule dose peut être fatal.

« Dans ce monde dangereux, les policiers ne savent même pas sur quelle substance ils peuvent tomber », a déclaré à VICE News le porte-parole de la DEA, Russ Baer, l'année dernière. Une dizaine d'overdoses dans l'Ohio serait liée aux opiacés synthétiques. « Dans le marché de la drogue à grande échelle, les dealers et les gens qui achètent ces substances ne savent souvent pas vraiment ce qu'ils vendent ou achètent. Cela peut être de l'héroïne, du fentanyl coupé à l'héro ou juste du fentanyl pur ».

Les overdoses ont tué 3 050 personnes dans l'Ohio en 2015, un record. 1 155 de ces morts étaient liées au fentanyl, plus du double par rapport à l'année précédente. Les données de 2016 ne sont pas encore disponibles, mais des rapports préliminaires suggèrent que cela pourrait être « bien pire ». East Liverpool, ville située au bord de la frontière avec la Pennsylvanie, à 40 kilomètres de Pittsburgh, a fait les gros titres l'année dernière à propos du trafic de drogues. La police avait posté sur Facebook la photo d'un couple mort d'overdose avec leur enfant sur la banquette arrière.

« Je n'aurais jamais pensé devoir un jour gérer plus de cas liés à l'héroïne que ceux liés à la marijuana »

« Je n'aurais jamais pensé devoir un jour gérer plus de cas liés à l'héroïne que ceux liés à la marijuana », a déclaré à VICE News Fred Flati, agent de police à East Liverpool, lorsque le post est devenu viral. « Certaines nuits, on doit gérer trois voire quatre cas d'overdoses, pareil pour la police de quartier. »

La situation dans l'Ohio reflète une tendance nationale, avec un taux d'overdoses galopant, lié à la mode des drogues synthétiques, peu chères et très fortes. Les dealers importent la marchandise depuis le Mexique – où des cartels la produisent et la mixent avec de l'héroïne – ou directement depuis la Chine.

« Les États-Unis ont un problème d'addiction aux opiacés », a déclaré Baer. « Mais c'est un problème global. Il concerne la Chine, autant que les États-Unis, le Mexique et le Canada. Nous devons travailler ensemble pour l'endiguer ».

Green n'est pas le premier policier à souffrir des effets des drogues synthétiques. Deux détectives ont été hospitalisés en août dernier dans le New Jersey après avoir inhalé accidentellement des drogues au cours d'un test. Le mois suivant, 11 officiers du SWAT sont tombés malades dans le Connecticut après avoir été exposés à de la poudre de fentanyl lors d'une descente de police. Un chien policier K-9 est mort en novembre après en avoir reniflé au cours d'une opération antidrogue en Floride.

Buckel, le suspect de l'affaire d'East Liverpool, a été arrêté et risque une lourde peine. Son passager, Cortez Collins, 24 ans, a également été arrêté. Les deux hommes sont en prison, libérables sous une caution de 100 000 dollars, selon des sources locales.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR