Publicité
mariage arrangé

Au Bangladesh, une ado contre le mariage des enfants

« Ma cousine est devenue grand-mère à l’âge de 28 ans. »

par Tim Geyer; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
07 Août 2018, 7:50am

Meghla. Photo : JED Bruxelles

Cet article a été initialement sur VICE Allemagne.

Meghla a deux actes de naissance. L’un d’eux a bien failli ruiner sa vie. Selon l’acte original, elle vient tout juste de fêter ses 18 ans. Mais sur celui qui a été falsifié, elle en a déjà 22. Il lui a été délivré par un fonctionnaire corrompu afin que sa famille puisse la marier à l'âge de 13 ans.

Selon l’UNICEF, une fille sur cinq est mariée avant l'âge de 15 ans au Bangladesh. Dans les zones rurales, 71 % des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans, contre 54 % dans les zones urbaines. Bien que l'âge légal du mariage soit de 18 ans pour les femmes et de 21 ans pour les hommes, la loi a été modifiée en 2017 et il est possible de se marier bien plus jeune. Pour cela, il suffit de faire valoir des « circonstances particulières », sans pour autant en préciser la nature.

Aujourd'hui, Meghla travaille pour l'organisation humanitaire World Vision et aide les jeunes filles à échapper aux mariages arrangés. Elle a récemment participé aux Journées européennes du développement (JED) à Bruxelles, où 8 000 personnes se sont rassemblées pour proposer des solutions innovantes aux défis mondiaux les plus urgents. On en a profité pour lui poser quelques questions.

VICE : Bonjour, Meghla. Comment avez-vous su que vous étiez promise en mariage ?
Meghla : Ma mère me l’a annoncé de but en blanc quand j’avais 13 ans. Mon futur époux avait 30 ans et vivait à l’étranger. Je ne le connaissais pas, ma mère non plus. Je ne voulais surtout pas me marier, je voulais seulement aller à l’école. Mais ma mère a tout arrangé sans même m’en parler. J’ai alors essayé de la faire changer d’avis mais j’avais l’impression de parler à un mur. Et puis mon père était décédé, du coup je ne pouvais pas me tourner vers lui.

Pourquoi voulait-elle ce mariage ?
À 13 ans, j'ai découvert la World Vision et j'ai commencé à assister à leurs ateliers au Forum des enfants et des jeunes. Grâce aux cours, j'ai beaucoup appris sur l'inégalité entre les sexes, le mariage et le travail des enfants. Ma famille n'aimait pas que j'aille seule aux réunions et a jugé que j'avais besoin d'un mari pour s'occuper de moi.

« J'ai une grande famille et tout le monde a fait pression pour que je me marie, mais je n’ai pas capitulé »

Qu’avez-vous ressenti ?
Ma sœur, mon frère et mes cousines se sont mariés alors qu’ils étaient encore enfants, tout comme ma mère avant eux. Aujourd’hui, ils sont tous malheureux. Une de mes cousines s’est mariée à 14 ans et a eu quatre enfants. Puis elle est devenue grand-mère à l’âge de 28 ans. Ça m’a donné un aperçu de ce qui m’attendait et je ne voulais pas que ça m’arrive. Je voulais vivre mes rêves et faire des études.

Comment vous en êtes-vous sortie ?
Ma mère a menacé de se suicider quand je lui ai dit que je ne voulais pas me marier. J'ai eu tellement peur que j'ai accepté. Le jour du mariage, j'ai passé un examen à l'école. Après cela, je ne suis pas rentrée à la maison – je me suis cachée toute la journée avec un ami. Quand je suis finalement rentrée à la maison ce soir-là, mon oncle m'a giflée. Ma mère est partie et ne m'a plus parlé pendant trois mois. On m’a interdit d'aller à l'école. J'ai une grande famille et tout le monde a fait pression pour que je me marie, mais je n’ai pas capitulé. Ma mère a fini par se rendre compte qu'elle avait tort.

Comment des parents peuvent-ils faire ça à leurs enfants ?
Souvent au Bangladesh, les parents ne voient pas l'intérêt d'envoyer leurs enfants à l'école parce qu'ils doutent qu'ils obtiendront un emploi à la fin de leurs études. Dans leur tête, si l’enfant se marie, alors ça devient le problème de quelqu’un d’autre.

Depuis que vous avez évité un mariage arrangé, vous avez aidé d'autres filles à faire de même. Comment ?
Nous avons différentes approches au Forum des enfants. Nous organisons des ateliers où nous invitons des jeunes filles et leurs parents, et je partage mes expériences avec eux. Nous travaillons également avec les écoles locales et la police, ainsi qu'avec des personnes influentes dans la région qui nous aident à sensibiliser le public. Dans ma ville natale, 40 % des filles se marient avant l'âge de 18 ans. C'est pour ça que ce problème me tient autant à cœur.

Pouvez-vous nous donner un exemple de la façon dont vous avez empêché un mariage forcé ?
Il y a cinq mois, une de mes amies devait se marier. Elle avait 13 ans et son fiancé 18. J’ai appris la nouvelle deux heures seulement avant le début de la cérémonie. Il était trop tard pour convaincre les familles de reculer, alors nous sommes directement allés voir la police. Après une longue discussion, nous avons réussi à convaincre la police d'empêcher le mariage. Au cours des 18 derniers mois, le Forum des enfants a arrêté 13 mariages, alors que j'ai réussi à en arrêter sept. Nous en sommes très fiers.

Vous venez de prendre la parole devant beaucoup d’hommes politiques européens. Comment peuvent-ils aider ?
L'UE doit s'impliquer davantage, non seulement pour sensibiliser les gens sur ce qui se passe au Bangladesh, mais aussi pour user de son influence afin d'apporter des changements aux lois du pays. Il faut aussi éduquer les Bangladais, en particulier dans les zones rurales. Enfin, nous devons veiller à ce que chaque enfant puisse aller à l'école et grandir dans un environnement sain. Laissons les enfants être des enfants.