Life

10 questions que vous avez toujours voulu poser à un organisateur d’orgies gay

Combien de préservatifs sont utilisés en une nuit ? Comment mettre de l'ambiance ? Où faut-il s'inscrire ?
16 juin 2020, 8:12am
organisateur orgies gay
Illustration : Prianka Jain 

J'ai eu l’occasion de rencontrer des hommes exerçant des professions étranges sur certains sites de rencontres : petit ami à louer, hippothérapeute – ce n’est pas ce que vous pensez –, photographe de cadavres. Mais Raman* sort vraiment du lot. J’ai trouvé son profil sur Romeo, l’un des sites de rencontres gay les plus célèbres en Inde.

Il se décrivait lui-même comme un employé de banque ordinaire, mais aussi... comme un organisateur d'orgies pour homosexuels ? Honnêtement, je trouvais ça un peu louche, mais il a lancé la conversation. Les orgies sont courantes à Mumbai, où il vit. Il y en a pour les riches, pour la classe moyenne, pour les hétéros et pour les homos. Et certaines personnes, comme Raman, font de gros efforts pour les organiser.

VICE : Salut, Raman. Comment t’es-tu lancé dans le business des orgies ?
Raman : Pour moi, ce n’est pas seulement un business, je me vois plus comme un médiateur. En 2014, j'étais en Angleterre pour un projet professionnel, quand j'ai vu une annonce en ligne pour une orgie. Elle était pour les hétéros, mais j’y suis allé quand même. C’était extrêmement bien organisé. Il y avait même un vestiaire. De retour à Mumbai, j'ai accompagné des amis gays à beaucoup de fêtes libertines différentes, mais elles ne portaient que sur le sexe. Je voulais faire de mes orgies une expérience saine, et j'ai donc commencé à en organiser en 2016.

Comment mettre de l'ambiance dans une orgie ?
Je mets des lumières tamisées et des bougies parfumées. J'ai un tas de playlists pour ces soirées. C'est surtout de la musique instrumentale comme Kenny G. Les gens ont le droit de passer leur propre musique, à condition de me la communiquer par écrit au préalable. Je l'écoute d'abord pour savoir si elle vaut la peine d'être écoutée par tout le monde. Et bien sûr, je mets à disposition des préservatifs et du lubrifiant. Je laisse d’abord les gens faire un peu connaissance, boire un verre. Avec les gays, il est facile de briser la glace. Ils savent qu'ils sont là pour avoir des relations sexuelles et ils s'y mettent presque immédiatement. Moi, je reste dans le coin et je m'assure que tout le monde est à l'aise. Je suis toujours bien habillé.

« Je suis très maître des événements. Je n'ai pas besoin de drame, nous célébrons simplement la beauté du sexe avec les autres »

Où ces soirées ont-elles lieu ?
Dans la banlieue de Mumbai. Je préfère les chambres d'hôtels parce que personne ne vient frapper à la porte. J'ai également organisé quelques orgies dans des stations balnéaires, avec piscine et tout le reste. Quand j’ai commencé, il y avait à peine cinq ou six invités. Aujourd’hui, nous accueillons des groupes d’une vingtaine d’hommes. Les hommes de toutes formes, tailles, âges et couleurs sont les bienvenus. Nous ne sommes pas sélectifs.

Où puis-je m'inscrire pour la prochaine ?
La plupart des inscriptions se font sur des sites de rencontres. J'ai un compte sur Roméo, Scruff et Grindr. Je reçois un tas de messages et je dois ensuite passer en revue les profils un par un. La plupart d'entre eux sont déjà venus, c'est donc plus facile maintenant. Mais avec les nouveaux, nous sommes très prudents.

Combien coûte l’entrée ?
Selon l'endroit, le prix d'entrée est compris entre 8 et 12 euros. Les snacks et les boissons ne sont pas proposés. C'est déjà assez casse-tête comme ça à organiser. Je dois aussi payer des gens pour gérer la sécurité et éviter d'avoir des flics à notre porte. Je gagne au moins 100 euros par mois. Ce n'est pas beaucoup, mais je ne l'ai jamais fait pour l'argent.

Quelles sont les règles de base ?
J'insiste sur les MST. Les invités doivent obligatoirement nous fournir les résultats de leur dernier dépistage. Dès qu'ils arrivent, je leur attribue une chambre avec d'autres personnes pour qu'ils se préparent. L'orgie principale se déroule dans une salle plus grande. Et bien sûr, le consentement est primordial.

S’est-il déjà passé des choses étranges ?
Je suis très maître des événements. Je n'ai pas besoin de drame, nous célébrons simplement la beauté du sexe avec les autres. Mais une fois, un mec a emmené son nouveau petit ami à l'orgie, sachant que son ex serait là aussi. Cela a créé beaucoup de tension, et l'ancien a essayé de tabasser le nouveau, et j'ai dû leur demander à tous les trois de s'habiller et de partir.

Combien de préservatifs sont utilisés en une nuit ?
En moyenne, 30 à 40. Parfois, les gens sont assez gentils et nettoient après eux.

La drogue et l'alcool sont-ils de la fête ?
J'interdis fortement les drogues. Pas de poppers, pas de marijuana, pas de cocaïne. L'alcool, en revanche, est autorisé. Mais vous achetez et buvez votre propre alcool. Les orgies sous drogue ont tendance à mal tourner, et la première règle pour mes orgies est la sécurité.

As-tu peur que tes proches découvrent ton activité ?
Mon Dieu, oui. Ce serait la fin du monde. J'ai parfois peur que ma famille ou mes amis découvrent le deuxième téléphone que j'utilise spécifiquement pour les appels, les messages et les e-mails liés aux orgies.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.