Quantcast

Même ivres, les femmes auraient un radar à psychopathes

Une équipe de chercheurs s'est penché sur une question essentielle : une femme peut-elle repérer un être machiavélique, même après trois whisky-coca ?

Sirin Kale

Sirin Kale

Cet article a été initialement publié sur Broadly.

L’alcool est une mauvaise chose, qui nous pousse à faire de mauvaises choses (comme manger une boîte de 48 chicken McNuggets en solo dans un Uber), mais une nouvelle étude démontre qu’il y a une faculté qu’elle ne fait pas perdre aux femmes : celle de repérer les narcissiques, les machiavéliques et les psychopathes.

Une équipe de recherche menée par le Dr Gayle Brewer, de l’université de Liverpool, s’est penchée sur les effets de l’alcool sur la perception des personnalités dites de la « triade noire » : le narcissisme, le machiavélisme et la psychopathie. Leur conclusion ? La boisson n’empêche pas une femme de repérer les manipulateurs, même après s’être enfilé quelques verres de vodka.

Après que des recherches précédentes ont montré que les visages d’hommes possédant beaucoup de traits caractéristiques des personnalités de la triade noire plaisent généralement moins aux femmes, l’équipe du Dr Brewer a voulu savoir si l’alcool faussait leur jugement. À cette fin, on a montré à 96 femmes de 18 à 26 ans des visages d’hommes modifiés de façon à leur donner beaucoup de caractéristiques faciales propres à la triade noire. Il n’y a pas de caractéristiques distinctes pour la psychopathie ou le narcissisme ; les chercheurs ont à la place utilisé une technologie de modification permettant de créer approximativement ces caractéristiques.

« On prenait par exemple un visage d’une personne avec un haut degré de psychopathie, explique le Dr Brewer, et on appliquait ses traits à un visage témoin. »

Elle insiste sur le fait que l’équipe n’a pas utilisé des visages d’hommes auxquels on a diagnostiqué la psychopathie ou le narcissisme. On a plutôt utilisé des photos d’hommes possédant plusieurs traits caractéristiques de la triade noire d’après les résultats qu’ils ont obtenus à un test de personnalité (nous possédons tous ces traits à un certain degré).

Comme dans les recherches précédentes, son équipe a observé que les femmes ne sont pas attirées par les visages d’hommes dont les caractéristiques faciales de la triade noire sont très marquées. Les femmes les percevaient et y réagissaient négativement, et ce, même après avoir bu de l’alcool. « Quand on montre ces visages, ils sont jugés moins attirants et plus menaçants », résume le Dr Brewer.

Son hypothèse, c’est qu’une habileté innée et inconsciente à percevoir les traits de la triade noire donne aux femmes un avantage résultant de l’évolution. « Dans une perspective de sélection naturelle, nous avons acquis la capacité de percevoir qu’une personne est plus menaçante, moins fiable, ou qu’elle représente un risque psychologique ou physique », poursuit-elle. À présent, elle aimerait mettre à l’épreuve cette hypothèse avec des femmes qui ont connu de mauvaises relations de couples. « Il serait vraiment intéressant de voir si les femmes qui ont fréquenté des hommes menaçants sont plus sensibles à ces traits. »

Bien entendu, il y a un inconvénient à cette habileté : vous ne pouvez pas mettre sur le dos de l’alcool votre décision de coucher avec un ami narcissique – là, il s’agit simplement d’un manque de jugement de votre part.