En Chine, les étudiants se dénudent pour obtenir des prêts

Les usuriers contraignent leurs clients à envoyer des photos d’eux à poil à titre de garantie.

|
03 décembre 2018, 8:55am

Image via YouTube/TomoNews US

Les systèmes de microcrédit ont révolutionné notre façon de dépenser. Vous mourrez d’envie d’avoir le dernier iPhone légèrement mis à jour ? Souscrivez un contrat de paiement mensuel et divisez le prix en plusieurs versements faciles à gérer. Vous avez toujours rêvé d’un jacuzzi mais vous êtes trop pauvre pour vous l’offrir ? Inscrivez-vous à Afterpay et, pour une série de mensualités de 10 dollars, il pourra être à vous dans 60 ans.

C’est la voie de l’avenir, et les étudiants chinois foncent tête baissée. Selon une étude réalisée par la société de technologie financière Ant Financial, 45 millions des gens sur les 170 millions nés après 1990 en Chine possèdent un compte de microcrédit Ant Check Later. Et ils n'utilisent pas seulement cet argent pour acheter de gros produits comme des télévisions ou des Teslas. Certaines sociétés permettent également aux gens de faire de petits achats quotidiens – comme acheter un hamburger – sur une base mensuelle à long terme.

Dans un pays où le coût de la vie est élevé et où les chances d'obtenir une carte de crédit sont relativement faibles, cette nouvelle forme de commerce électronique a ouvert un monde de possibilités pour de nombreux jeunes chinois. Et parce que nous sommes en 2018, le système a bien évidemment un côté obscur. Vous pourrez acheter une énorme boîte d’Oreos et la rembourser en versements mensuels de 41 centimes par an pendant trois ans, mais d'abord, vous devrez peut-être envoyer des nudes.

Certains prêteurs malhonnêtes ont compris que les jeunes acheteurs avaient désespérément besoin de prêts et leur demandent des photos dénudées à titre de garantie. Si les paiements ne sont pas effectués à temps, les prêteurs menacent de divulguer les photos à la famille et aux amis de la personne endettée. Beaucoup demandent également des intérêts sur le prêt initial, enfouissant davantage les victimes dans l’endettement et les obligeant à envoyer davantage de photos et de vidéos. Ce type de transaction est connu en Chine sous le nom de « services de prêts nus ».

En 2016, un total de dix giga-octets de photos dénudées de 161 jeunes femmes – qui montraient toutes une pièce d'identité avec photo – ont été divulgués en ligne par des prêteurs. La plupart des victimes avaient entre 19 et 23 ans et empruntaient généralement entre 1 000 et 2 000 dollars, selon le China Youth Daily. D'autres auraient eu la possibilité de coucher pour rembourser leur prêt.

Le problème est si répandu en Chine que l’année dernière, les autorités de régulation financière du pays se sont engagées à sévir contre les micro-prêteurs sans licence, rapporte Reuters. Un groupe de travail multi-ministères a déclaré : « Entre le développement rapide des systèmes de prêt, des problèmes de surendettement, de réemprunt, de recouvrement abusif, de taux d'intérêt anormalement élevés, etc., les atteintes à la vie privée sont devenues légion. »

Depuis lors, de nouvelles règles ont été introduites interdisant aux organisations et aux personnes non agréées d’offrir des services de prêts. Mais selon les médias locaux, le problème sévit toujours sur les médias sociaux.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Plus de VICE
Chaînes de VICE