Publicité
Food by VICE

Henry Michel regarde Top Chef - S09E09 : La guerre des restaurants !

Cette semaine, les candidats s'affrontent à Arcueil dans la traditionnelle épreuve du restau imaginaire – avant de finir sur un gros coup de carotte.

par Henry Michel
29 Mars 2018, 2:29pm

Capture d'écran : M6.

Chaque semaine, notre chroniqueur débriefe le dernier épisode de la meilleure émission du PAF, en toute subjectivité.

Chers topchefos, l'heure est grave : la guerre des restaurants est déclarée !

Épisode emblématique de la compétition, la « gdr » permet à trois binômes de candidats de créer leur établissement « pop-up » le temps d'une soirée, avec pour mission de séduire quelques pistonnés municipaux sur le visuel de leur aménagement, puis sur les plats et le service.

Si ces épisodes ne sont généralement pas les plus emblématiques d'un point de vue culinaire, ils ont souvent le mérite de révéler un petit peu mieux le caractère et l'attitude des candidats. Dans la Guerre des Restaurants, personne n'est à l'abri d'un burn-out en milieu de service ou d'un coup de boule bien envoyé à un client. Comme au bon vieux temps de la restauration !

Les équipes :
Alors que certains binômes naturels (liés par leur coach) comme Camille et Victor avaient parfaitement échafaudé leur plan et préparé leur projet de A à Z, peint la chambre du gamin et décidé du prénom (cela ne vous regarde pas mais c'était « Henry »), la production a décidé de brouiller les cartes et de rajouter un petit peu de sel sur les plaies en mixant les équipes.

- Victor se retrouve en équipe avec Adrien. Les deux candidats, au parcours radicalement différent - d'un côté Dadou enfant d'Auvergne et expert en bouchées fines, et de l'autre, Jacques Vabre 3.0, biomimétiste éthique en dépassement de roaming. Les deux garçons se tapent dans le dos à l'annonce de l'équipe, et se pourrissent calmement au confessionnal en se disant qu'après tout, d'ici Mars ils ne se croiseront plus. Mais étant doués séparément dans leurs domaines, un peu de diplomatie pourrait peut-être donner de beaux résultats. Adrien a une grande expérience du coup du feu, du service, et de la tenue d'un événement, et Victor possède la modernité nécessaire pour twister l'endroit dans les plats et dans le concept du restau.

- Camille* se retrouve en équipe avec Mathew. Espérons que Mathew soit un peu sorti de son passage à vide. Si c'est le cas, c'est un remarquable crossover, probablement plus ambitieux qu'Infinity War.

- Vincent se retrouve avec Clément. Sur le papier, c'est un personnage fort en caractère qui s'associe à un benjamin de milieu de classement, plutôt discret, que l'on a hâte de découvrir un peu plus. Vincent possède son restaurant déjà emblématique, revient de l'élimination, Clément, mine de rien, est toujours en compète et pourrait bien devenir l'Immortel de cette saison. Savastano et Ciro, pour les connaisseurs. Peut-être la bonne surprise de la compèt', à 24/1 en placé.

La ville choisie :
Arcueil™. Je n'ai pas beaucoup d'avis sur Arcueil™, ni de connaissance à son sujet, mais j'ai compris que connaître la ville n'influait finalement en rien sur la composition du jury d'habitants. Il sera blanc, comportera un sosie officiel (après Willy Rovelli l'année dernière, Francis Lalanne cette année), et accomplira l'exploit paradoxal de former un entre-soi inassorti.


Les 4 premiers résultats Google Images sur Arcueil™

Le choix des restaurants
On offre aux candidats trois choix d'établissements prêts à se faire démonter pour un tournage. Chacun possède sa petite touche et ses inconvénients. En cas de choix communs par les binômes, une négociation âpre s'ouvrira. L'année dernière, elle avait duré près de 20 secondes.

Restaurant 1 : Le Rustique


Les plus :
- Un bar-restaurant bien-français-bien-de-chez-nous, qui sent le bois, la poussière, le bon pain, doté de son comptoir traditionnel qui porte en lui de l'histoire, du vécu, du « rentre chez toi dédé t'es bourré », mais aussi de la bonne andouillette moutarde faite avec amour. Un endroit encore préservé de toute sophistication cynique, où le rustique l'est vraiment, où les tatouages des serveurs ont été faits en prison plutôt qu'au Danemark, un bar-restaurant dans lequel on s'imagine entrer en enjambant un berger allemand sommeillant au sol (pas l'animal, littéralement un berger allemand).
- Une grande cuisine.


Les moins :
- Les murs s'effritent, Jérémie Vandernoot pourrait donc logiquement être à l'aise dans cette configuration.
- Le mobilier est démodé, mais pas dans le sens cool du terme. Du moins, cela n'est pas la bonne époque pour ce démodage-çi.
- Des carreaux se sont barrés, et quelques barreaux se sont carrés.

La grande cuisine du paragraphe précédent est en inox et en salmonelle. « On a 48 heures pour la nettoyer ! » se lamente Camille. Le jeune valenciennois n'est pas hypé par l'endroit. Mathew développe une allergie. Victor et Adrien, attirés par l'âme du lieu, se confient mutuellement à voix basse que cet endroit pourrait être le leur.

Restaurant 2 : Le « restau italien »


Les plus :
- Plutôt propre en comparaison du précédent.
- Grande cuisine, avec extension ouverte au public. Les candidats le vivent comme une immense bouffée d'air frais, alors que l'endroit est vraiment laid.


Les moins :
- L'endroit est vraiment laid. La devanture ressemble à celle d'une école maternelle, les colonnes en faux marbre évoquent un vieux film pornographique à thème, et les chaises semblent tout droit provenir d'un office notarial de 1993.
- C'est l'endroit qui m'a le plus repoussé, personnellement. Mais je ne suis pas candidat à Top Chef, et une grande partie d'entre vous non plus.

Restaurant 3 : Le classique


Les plus :
- Très spacieux
- Vue sur le parc
- Lumineux
- Immense cuisine
- Proximité commerces
- Douche à l'italienne

Les moins :
- Personnellement je trouve l'entrée assez infâme, l'extension cubique à ce pavillon d'inspiration classique est très triste.
- Le binôme Vincent-Clément est croc' de l'endroit, mais Camille et Mathew aussi. Le ciel d' Arcueil s'assombrit alors plus que de coutume, et le moment tant redouté de la négociation arrive.

La négociation

- Victor et Adrien choisissent d'emblée le restaurant rustique et laissent les deux autres binômes s'affronter dans ce combat à mort.

- Vincent bombe le torse, et ferme ses mâchoires sur la négo. Pendant que Mathew cherche des feuilles, Camille serre les poings et ne souhaite pas se laisser faire. Le duel ressemble à une confrontation entre un 6eB et un terminale. Clément, calé derrière Vincent, lâche des petites vannes et défie également ses adversaires.

Devant la détermination de Vincent, Camille finit par lâcher l'affaire au bout de 27 secondes et opte pour le restaurant italien. Record battu.

Phase 1 : La Déco et la Carte

Chaque binôme ayant choisi son établissement, il s'agit maintenant de trouver le concept de l'endroit, sa décoration et sa carte.
Pendant toute la progression des candidats, les coachs suivent de très près l'épreuve à l'aide d'un moniteur magique liant les technologies HF les plus pointues pour disposer de l'image montée en temps réel, et prononcent spontanément des commentaires de bon aloi.
C'est ce qui s'est passé, et n'écoutez pas les mauvaises langues qui ont imaginé au visionnage un tout autre dispositif - reconstitué via trucage sur cette image :

Camew (Camille et Mathew)

Le nom de leur restaurant : Show Campagnard !


Commis attribué : Justine Imbert, que l'on est content de retrouver pour une séquence. Soit Justine est de bonne humeur, soit Mathew a trouvé les feuilles - la jeune chef tape des fous-rires fréquents pendant toute la préparation du restau. L'ambiance est très bonne en tout cas.
Le concept : « Et si la campagne rejoignait la ville ? Au Show Campagnard, mangez bon et naturel ! N'écoutez pas les gens qui ne sont pas d'Arcueil : on peut être champêtre, simple et sophistiqué dans la vie ! Le niveau est tellement haut que Camille y est juste serveur ! »
Le style : Tonneaux, fleurs, mousse, verdure, bois, fausse pelouse, poule vivante, statue de vache.

Dresscode : Hawaiian Jean Lassalle


Le menu :
Entrée : « Tartine de maquereau fumé » (en vraie tartine fumée de maquereau, bouillon de maquereau et compotée d'échalote)
Plat : « Côte de porc fermier retour d'Automne » (en vrai carré de porc rôti, courges de butternut rôties et purée de champignons)
Dessert : « Tarte aux coings caramélisés, crème au foin » (en vrai tarte Tatin coing poires, crème anglaise au foin)

Anecdotes de création :

- L'équipe fonctionne très bien, est enthousiaste, et le concept a le mérite d'être simple, ce qui induit beaucoup de bonus : la décoration est facile à trouver, amuse sans trop d'efforts, et le choix du menu est très ouvert.
- Mathew, toujours un peu éteint (selon le montage) lors du choix du concept, semble reprendre des couleurs et de l'enthousiasme en cuisines, mais il semble s'être passé un truc dark en lui depuis quelques épisodes.

L'avis des gens d' Arcueil™
La déco : « Oh la belle vache : c'est génial ça ! » « Vous, Messieurs les ronds-de-cuir… », « C'est très joli, c'est très attirant », « Belle déco à l'intérieur »
La carte : « Côte de porc : ça me parle bien ça ! », « Ça donne vraiment envie », « C’est simple mais ça nous parle », « Pense à moi comme je t'aime, rien ne nous séparera », « J'espère qu'il y a le show dans la cuisine ».

Adrior (Adrien et Victor)

Le nom de leur restaurant : Brut

Commis attribué : Il y avait visiblement une grève chez Thalys pendant le tournage des épisodes, car Jérémy Vandernoot, après avoir été proposé en repêchage la semaine dernière, apparaît à nouveau en commis surprise. Il est sympathique et volontaire, donc pourquoi pas ! (ah, sa sauce bleue…)
Le concept : « Adrien et Victor vous proposent un voyage aux confins de la nuit des temps… À l’époque où porter des fourrures à moitié nu était encore cool. Non, pas l'époque du Palace, encore avant : la préhistoire ! Chez Brut, pas de chichis modernistes, pas de consignes sanitaires. Revenez à l'essence de la nourriture, au mode de vie des tribus pré-Denis Brogniard, où s'est érigée la cuisine comme premier lien social entre l'homme, sa massue et ses dix-sept femmes. »
Le style : Brut est quasiment un projet web - entre le brief initial et le résultat, des centaines de dauphins sont morts. À l’origine, le lieu devait être un endroit paleo-chic, matières « brutes », bois, pierres et fourrures. Au mur, quelques traces tribales de mains devaient évoquer au client, frissonnant, le passage des premiers hommes… Au sol, un matelas de feuilles mortes du square d'à côté et de foin étaient destinés à occuper les enfants entre deux plats : leur premier réflexe aurait d'ailleurs été (100 % de garantie concernant les miens) de les éparpiller en l'air en gloussant, et d'assurer un empoisonnement collectif au bout d'une entrée. Mais le résultat, finalement, ressemblera à une saladerie bio des plus basiques, chaises en plastique et bois clair.

Le menu :

Cueillette - Thé de Champignons/ Œuf/ Salsifis (en vrai thé aux champignons, Œuf brouillés aux noisettes, brunoise de salsifis)
Pêche - Maquereau mariné puis grillé/ pomme de terre/ groseille (en vrai maquereau mariné puis grillé, jus de maquereau, brunoise de pommes de terre, choux de bruxelles aux groseilles)
Chasse - Volaille pochée au foin/ cuisse snackée/ maïs en textures (en vrai : cuisse de volaille snackée, ballotine de volaille pochée au foin, sauce poulette au foin, polenta de maïs)
La traite - Lait fermenté/ granité de riz/ poire( en vrai riz au lait, poire, meringues de lait)

Anecdotes de création :
- Beaucoup de tranches de rires dans cette séquence, où un Victor légèrement surhypé tente de convaincre un Adrien bourvilesque. On est passé à deux doigts d'un « Oh ben dites donc, n'exagérez pas, pas les feuilles par terre, dites donc ! ». Adrien vit un cauchemar personnel en encaissant les briefs de Victor tous plus foufous les uns que les autres. Séquence très drôle.
- Les achats de mobilier se passent mal, car le paleo-chic n'est pas encore tellement répandu, ni dans les magasins de mobilier, ni dans ceux de décoration. Las, nos deux candidats tentent de reconstituer une ambiance s'en approchant, et ça finit en chaises en plastiques.

L'avis des gens d' Arcueil™
- La déco : « J'espère que ça va être pas trop primitif dans l'assiette » « Le côté primate euuuhh LOOOOL » « On voit qu'il y a une cohérence » « Ca me donne envie d'aller voir », « C'est un peu vide », « il manque de la déco au mur, le blanc m'attire pas spécialement ».
- La carte : « Ca donne envie d'y goûter », « C'est original », « J'aime bien l'idée du concept » « Leur carte m'attire plus ».

Clécent (Clément et Vicent)

Le nom de leur restaurant : Viking

Commis attribué : Tara, qu'on est content de retrouver, et qui se retrouve autant à l'aise dans cet apparat nordique qu'un toucan à l'expo Soulages. Bon gré mal gré, elle se plie en gardant silence et respect au dispositif très rôliste de Clem et Vinz.
Le concept : « Et si les Vikings posaient leur base sauvageonne à Arcueil, le temps d'une soirée dégustation et frissons ? Découvrez Viking et sa cuisine nordique, le seul club en chandelles et peau de bêtes d'Arcueil qui ne finira pas en soirée libertine ».
Le style : Viking, mais sans sombrer dans une recherche historique pointilleuse de thésard, hein. Je ne garantis pas que quelques confusions ne soient pas survenues entre le IXe et le XIe siècle. On reste sur de la valeur sûre : peaux, poissons séchés, bêtes sauvages comme le veau, et impressions toiles numériques de Vikings, comme cela se faisait à l'époque.

Le menu :

« Snack de bienvenue des Vikings » - (en vrai maquereau en gravlax)
Entrée : « Retour de pêche de la mer du nord » (en vrai velouté de butternut, dés de haddock fumé, croûtons de pain de seigle, mimolette)
Plat : « Prise de chasse » (en vrai : légumes forestiers, côtes de veau)
Dessert : « Une douceur sous les cornes » - (en vrai : poire pochée et brûlée, crème verveine, crumble au sarrasin et fleur de sel)

Anecdotes de création :
- Le courant passe bien entre Vincent et Clément, et pour la première fois, on découvre un peu mieux la personnalité patiente et sympathique de Clément. Vincent mène bien le drakkar et, sans de véritables acquis époustouflants en décoration, parvient à réaliser un établissement à la lecture aisée et facilement assimilable pour le public. Ça dit ce que ça dit, basta.
- Inversement, les deux larrons jouent l'opacité dans le menu, en ne présentant aucun des plats à la carte – et ça, les gens d'Arcueil DETESTENT.

L'avis des gens d'Arcueil™
La déco : « Le concept est vraiment cool », « Ça attire l'œil », « Tout ce que j'imagine du Viking est déjà là », « le tableau il est super »
La carte : « Pas trop d'indications » « C'est très vague quand même », « Du phoque ? LOOOOOL », « Je suis inquiète », « Moi ça me donne envie de découvrir ».

Le verdict des gens d'Arcueil™

-> « Brut » éliminé au concept et au visuel !
-> Victor et Adrien en dernière chance !
Sensations mixtes pour cette élimination. C'est tout de même plus la guerre des concepts épais que la guerre des restaurants. On regrette de ne pas assister à la dégustation d'un menu qui pouvait être très intéressant, tout en étant soulagé pour Victor et Adrien de ne pas avoir à passer plus de temps ensemble. Jérémy Vandernoot retourne en Belgique pour la 17e fois de cette saison.

Phase 2 : L'ambiance et la dégustation

LE SHOW CAMPAGNARD - Camille et Mathew

Accueil/ambiance :
- Camille joue le rôle d'un hôte malicieux et tremblant, mais sa bonne humeur et sa sincérité plaisent aux clients. Il est généreux et aussi simple que son talent est grand - voilà pourquoi, en quelques semaines, il est devenu sans aucun doute le candidat préféré des réseaux sociaux. À moins qu'il nous fasse une blackface surprise dans l'épisode 10, rien ne l'empêchera d'être porté par le public jusqu'au carré final.


- Où est le show ? Dans une petite animation au bar ouvert (fumage des tartines), dressage du porc devant les clients avec un léger retard étiré pendant 10 minutes au montage. Mais le show ne semble adressé qu'aux chefs étoilés - pour les autres clients, on jette l'assiette à table clope au bec et on flambe à distance. Mais Camille est là pour tenir le rythme.
- Mathew est super smooth et détendu, parfois un peu trop, mais ambiance cool en cuisine. Avec Justine, ils intiment Camille d'être plus théâtral en disant « Acte 1 naninana ».

Dégustation, l'avis des gens d'Arcueil™ et du joui :
- Entrée : « Ça sent bon », « La tartine est très très bonne », « Il a bien mis en avant le maquereau », « Je pensais ne pas aimer et ça se laisse manger tout seul »


- Plat : « C'est dommage qu'on n'ait pas vu la découpe », « La cuisson est super, c'est généreux », « Ce que j'ai là : ça me plaît ! » « Cuisson du porc : sublime ».


- Dessert : « La crème anglaise : je sens pas le foin », « Trop sucré à mon goût », « Rien d'extraordinaire »

VIKING - Vincent et Clément

Accueil/ambiance :
- Super accueil de Clément dans une vraie ambiance de restau/ bar à vin de potes - lui et Vincent « les attrapent dès qu'ils rentrent » : les clients, encore en anorak, dégustent un verre d'hydromel maison. Bon plan pour un apéro gratos à Arcueil et repartir aussi sec se commander une pizze.

- Clément, plutôt réservé selon ses dires, est très détendu et installe une bonne ambiance. Quelques retards et oublis pendant le service. Lui vient alors l'idée de proposer aux clients de dessiner des formes random sur l’ardoise à disposition. Si on m'avait proposé ça dans un restau, j'aurais quitté l'établissement sur le champs.
- Méthode de management moderne entre Vincent et Clément : tout le monde est goal volant. Ils alternent tour à tour cuisine et service. Parfois même, ils servent à deux, sortent fumer des clopes, partent pour aller voir un film à la séance de 22 heures.
- Leur soupe au haddock et à la mimolette m'a rendu hystérique tellement elle faisait envie.

Dégustation, l'avis des gens d'Arcueil™ et du joui :
- Entrée : « Retour de pêche, je le sens pas le retour de pêche », « On en reprend tous ! », « Très original », « Une belle surprise ».


- Plat : « Qu'est-ce qu'elle fait là la feuille de laitue ? », « La viande est super-tendre », « les légumes sont fondants, sont sucrés », « Le jus est raté », « Fautes d'assaisonnement : décevant ».


- Dessert : « Visuellement c'est très beau », « Elles sont où les cornes ? », « Y'a un problème de cohérence avec les appellations », « C'est fin, c'est frais », « le dessert c'est un coup de cœur ! », « C'est très bon », « Ils ont du talent ».

VERDICT

5 points : Show Campagnard
10 points : Viking remporte la guerre des restaurants ?!
-> Vincent et Clément qualifiés pour l'épisode 10 de Top Chef 2018 !
-> Camille et Mathew en dernière chance !

Mon verdict subjectif : Incompréhension pour la victoire de Viking, qui à la dégustation n'a pas particulièrement brillé si l'on s'en tient au montage. Mais l'adage est vérifié - un dessert réussi peut sauver le souvenir d'un repas !
Si cette guerre nous a permis de voir tous les candidats sortir avec un capital sympathie plus élevé qu'au départ, et que les plats semblaient tous très bons et maîtrisés, c'est peut-être la première fois que nous n'avons pas été frappés par une vraie ambition gastro dans les concepts et les plats. Le niveau semblait un petit peu moins élevé que sur d'autres saisons. Et la raison est peut-être encore un peu la même que celle évoquées dans les épisodes précédents : la pression de la compétition. Quel que soit le concept, la carte de la sécurité a été jouée dans les menus déployés. Paradoxalement, seul Brut promettait un petit peu de nouveauté au programme d'un point de vue culinaire. Bref, un petit peu déçu par la guerre de cette année.

Épreuve de la dernière chance : la carotte

« J'suis street avec du popo qu'accroche et j'suis pour la rotca » Mafia K'1 Fry

Adrien

Son plat : « La carotte de la racine à la fane »


En réalité : carotte confite dans un jus fenouil-coriandre-cumin, croûte de peaux de carottes, purée de carottes, vinaigrette de fanes de carottes.

Notes d'épreuve :
Adrien réalise un très beau plat. Dès le début de l'épreuve, il semble particulièrement en feu, et déterminé à sortir un peu de ses habitudes. Il réalise une carotte entière, orgueilleuse au dressage, sur laquelle les goûts doivent absolument être au rendez-vous.

L'avis du jury : « Cette assiette, tout est au cordeau », « Je trouve qu'il y a un équilibre de goûts qui me plaît beaucoup », « Carotte fondante, super-bien cuite, les épices… c'est très très bon », « Ce cuisinier-là, il a un truc à dire : elle est explosive cette carotte », « On s'est fait carotter avec cette assiette ! » (brève de backrooom).

Victor

Son plat : « Carotte dans l'esprit d'un pastrami »

En réalité : pastrami de carottes, sauce béarnaise à la coriandre, purée de carottes à l'orange et huile de fanes de carotte.

Notes d'épreuve :
- Victor a une idée très originale, tout aussi risquée, mais contrairement à ses habitudes (comme il l'avait fait pour les trompe-l'œil) ne verrouille pas aussi bien ses goûts en fin de course.
- La trouvaille visuelle et la cuisson des carottes en tranches sont astucieuses, mais à l'écran, la caramélisation paraît début de cramage, le fumage paraît fin de fumage, le rythme effréné fait peut-être oublier au candidat quelques calages bien nets pour garantir le goût profond et prononcé du pastrami.

(On est loin de la vape intense des fumages habituels)

L'avis du jury : « j'espère que je vais retrouver les sensations et les goûts du pastrami dans cette assiette », « Y'a beaucoup de goût, beaucoup de saveurs, je regrette la texture des carottes », « un peu déçue, les épices on les retrouve pas », « tout s'effondre quand on se met à goûter », « c'est bon, mais ça suffit pas. »

Camille*

Son plat : « Carotte dans son jus »

En réalité : carottes rôties à la coriandre, purée de carottes au gingembre, pickles de carotte, vinaigrette de carottes avec ses fanes.

Notes d'épreuve :
- Une recette crémeuse et gourmande, à la purée chargée en épices, et redressée bien droite par la vinaigrette. Camille met ce qu'il aime de la carotte, avant de penser à la technique, qui survient alors naturellement, du rôti, de la purée, du pickle.
- Le dressage est ok mais un peu seventies et je trouve le jury particulièrement bienveillant à son égard.

L'avis du jury : « c'est une assiette très gourmande », « gros travail qui ramène à la fin à la carotte râpée », « si je fais top chef c'est pour vivre des moments comme ça », « moi je suis touché »

Mathew

Son plat : « Carrot cake, sorbet carotte-gingembre, ganache carotte-chocolat blanc »

Notes d'épreuve :
- C'est décidément la saison du spongecake au micro-ondes (c'est au moins le 3e ou 4e que l'on voit dans la compet) et du chocolat blanc. Mathew mêle les deux dans une recette qui s'avérera ratée (trop sucrée selon le jury), mais qui aurait même pu être éliminée si elle avait été réussie, car il s'agit d'un carrot cake sans grand twist sur le papier, si ce n'est ce sorbet gingembre.
- Le dressage est bien punk.

L'avis du jury : « C'est une prise de risque qu'il faut saluer », « a un moment donné il faut que je puisse visualiser le produit, et là il n'y est pas », « ça sent bien la carotte », « faut saluer le fait qu'il a fait un sorbet en une heure, qui est top », « c'est trop sucré, woa », « je vois pas ce que je viens faire le chocolat blanc là-dedans », « si si : ajouter du sucre LOOOOL » <- Jean-François Piège, redécouvrant le sucre après six mois de disette, est trop méchant.

Verdict du jury

-> Coups de cœur ex aequo : Camille et Adrien !
-> Mathew Hegarty éliminé de Top Chef !

Wow ! Qui aurait pu s'attendre il y a trois épisodes de cela à une sortie aussi précipitée de Mathew ? D'abord candidat favori sur le papier, enchaînant de beaux résultats, une brusque baisse d'intensité depuis le 100e épisode l'a fait partir en torche en seulement six plats. Nous en avions parlé la semaine dernière : ces épreuves de derniers tiers se jouent sur le mental, et Mathew semblait dans l'inconfort depuis quelque temps. Cela lui a été fatal pour rester dans la compétition.

Ce candidat au fort capital sympathie de la part du public manquera à l'émission ! Bonne route Mathew !

Plus que 5 candidats en lice : Vincent, Victor, Clément, Camille, et Adrien. L'épisode de la semaine prochaine sera déterminant, car il donnera lieu au carré final, toujours hautement important en symbolique. D'un point de vue des initiales de prénom, si j'étais Adrien, je ne serais pas rassuré !
Rendez-vous la semaine prochaine !

Les Meilleures Brèves de Backroom repérées par les lecteurs :
« Ça fond en bouche, c'est génial. » repéré par Maxime Antoine
« Y a ma grosse marguerite qui pointe sa tête à la fenêtre » repéré par Emma L.
« Je vais venir les crémer » repéré par 0h00
« Je veux que quand ils tapent dedans ils disent POOOOON ! » repéré par Sadaya
« Je vais vous demander de mettre la main sur la cloche. » repéré par Bénich

Il existe un channel de chat discord où les lecteurs de ce débrief peuvent échanger leurs impressions pendant les diffusions de Top Chef. Si vous êtes cool et bien élevé, venez nous rejoindre !

Mon classement subjectif
Camille Delcroix* 16/20 (=)
Vincent Crépel 15,5/20 (=)
Victor Mercier 15/20 (-0,5)
Adrien Descouls 14/20 (+0,5)
Clément Vergeat 14/20 (+0,5)

Retrouvez également Henry Michel dans son état naturel, @henrymichel