Quantcast
Le guide VICE pour être étudiant à Bruxelles

Terrorisme, temps à chier, Parlement européen ? Tout y a l'air naze, sauf qu'il n'y a rien de mieux que la capitale belge.

On n'en finit pas de parler de la vie nocturne d'Anvers, du centre-ville de Gand et des éternelles flaques de vomi estudiantin qui jonchent les rues de Louvain, il est donc temps d'évoquer la plus grande et – soyons honnêtes, la plus cool – ville étudiante de Belgique : Bruxelles.

La capitale de la Belgique est plus qu'un îlot coincé entre la Wallonie et la Flandre. Contrairement à la plupart des villes étudiantes en Europe, la scène étudiante ne s'y limite pas à quelques rues du centre-ville où les hommes d'affaires en devenir se ruinent allègrement le foie avant de devenir des citoyens responsables et productifs. 90 000 étudiants se répartissent dans toute la ville et cheminent à travers ses rues pavées, en route vers la dernière galerie à la mode, un festival gratuit, un marché aux puces, un restaurant congolais ou une torride soirée bossa-nova. Voici un guide de la vie étudiante à Bruxelles, de ceux qui vous feront sans doute considérer l'idée d'étudier dans la capitale de l'Europe.

NOURRITURE
OK, d'accord, pendant votre première semaine à Bruxelles vous pourrez avaler tous les chocolats, gaufres et frites que votre estomac pourra encaisser avant de rendre l'âme. Mais après, arrêtez les conneries et essayez d'agir comme l'adulte raisonnable que vous prétendez être. Pas moins de 160 nationalités coexistent à Bruxelles, ce qui en fait la deuxième ville la plus cosmopolite du monde. Une mauvaise nouvelle pour les racistes, mais une très bonne nouvelle pour les gens normaux avec un solide appétit. La ville a une telle palette de cuisines à proposer que vos papilles peuvent vous faire voyager chaque jour dans une destination différente – de la harira marocaine à la soupe de betteraves russe, en passant par des currys indiens, des kumpirs turques et des falafels au prix dérisoire.

Comme on peut s'y attendre, il y a aussi plein de restaurants vegans et pseudo branchés. Mais si ce n'est pas votre truc : allez à Matongé. Ce quartier, souvent surnommé le « Petit Zaïre », est un paradis pour les amateurs de fruits exotiques, noix et bananes cuites. Des étudiants d'origine africaine (essentiellement congolaise) s'y sont installés dans les années 1960, mais c'est aujourd'hui devenu une mosaïque de nationalités, avec des étudiants aussi bien nationaux qu'internationaux. Vous pouvez manger du crocodile à l'Horloge du Sud, mais l'endroit qui ravira votre portefeuille d'étudiant fauché s'appelle Au soleil d'Afrique. Bière bon marché, un cocktail appelé Viagra, et tous les plats africains dont vous pourriez rêver.

Si vous vivez à Bruxelles, la meilleure chose à faire est d'ignorer les gros supermarchés. Pourquoi y mettriez-vous les pieds alors qu'un monde de possibilités et d'aventures s'offre à vous ? Faites vos courses chez un marchand espagnol, une boutique marocaine ou faites le grand saut et allez au marché. Les étudiants sur la paille peuvent aller au Zuidmarkt ou au Vosseplein pour boire un thé à la menthe pas cher mais délicieux et traîner assez longtemps le long des étals pour voir les marchands commencer à distribuer de la nourriture gratuite. Il y a un grand marché bio sur la place Sainte-Catherine mais les carnivores doivent aller aux abattoirs à Anderlecht. Si vous n'avez jamais vu d'abattoirs du xix e siècle, c'est votre chance. C'est un grand hall d'acier dont la porte est gardée par deux énormes taureaux de bronze – et aujourd'hui c'est un marché. Assez près, vous trouverez aussi le nouveau Foodmet, une grande halle qui a récemment ouvert une sorte de ferme sur son toit où sont cultivés toutes sortes de fruits, légumes et même du poisson (!). Des vendeurs du monde entier y vantent leur incroyable nourriture, et c'est un festin tant pour les yeux que pour les oreilles.

VIE NOCTURNE
Bruxelles est une destination terriblement sous-estimée par les oiseaux de nuit. Il y a environ un million de bars, plein de salles de concert très cool, des fêtes en plein air et toutes sortes de festivals gratuits. Sans parler des clubs, où l'on peut danser toute la nuit avant de se retrouver soudain sous le soleil du matin, couvert d'une sueur qui n'est sans doute pas exclusivement la nôtre. Fuse est la meilleure boîte techno de Bruxelles. Les plus grands DJ du monde entier viennent y jouer, les plus grands amateurs de techno viennent y danser et avant minuit le droit d'entrée est de 10 euros seulement. Si Fuse fait partie des grands favoris, les experts vous diront que le reste de la scène techno bruxelloise est sur le point d'atteindre des hauteurs berlinesques. Pas dans des clubs à proprement parler – à Bruxelles, ça va, ça vient – mais à travers un flot constant de soirées expérimentales dans des lieux très cool. Recyclart, par exemple, organise des fêtes dans une station de métro abandonnée, dont l'ancien guichet fait office de bar. Chaque dimanche – sauf en été – ils organisent aussi Technoon, où l'on a vite fait de se demander comment on a atterri au Berghain alors qu'on croyait être à Bruxelles.

L'une des soirées les plus réputées de la ville est Groovalicious, qui a lieu une fois par mois. À chaque fois le style est différent – afro beat, arabesque, hip-hop, Balkan pop, manguebeat, musiques brésiliennes. La nuit commence par une performance ou un film lié au genre de la soirée, suivi d'un atelier de danse, que l'on finit par mettre en pratique sur le dance-floor. Ce qu'il y a de bien avec Groovalicious, c'est que la soirée reflète la diversité de Bruxelles. Chaque édition attire des gens différents, qui viennent frimer en exhibant leurs meilleurs pas de danse.

Si vous voulez de la soul, du funk ou du hip-hop, allez au Strictly Niceness, même si Madame Moustache, un lieu gratuit et sans prétention, est aussi très populaire. Il est décoré comme une sorte de cirque itinérant – miroirs déformants, ampoules colorées, installations artistiques sinistres et corps qui se déhanchent jusque tard dans la nuit. Donnez libre cours à l'amateur de disco/garage/popcorn/rockabilly qui sommeille en vous.

Un dernier conseil : les « squats » sont aussi très sympas. Il ne s'agit nullement de fêtes de squatters pleines de hippies torse nu, de chiens et de fumeurs de crack mais simplement de fêtes organisées chez des gens. Vous n'en entendrez parler que si vous y êtes invité, mais c'est un genre de tradition ici : les gens qui ont de grandes maisons louent un bar, font à manger et organisent des concerts ou des jam-sessions. La légende veut qu'un type ait installé un four à pizza chez lui pour cette unique raison. Vous pouvez participer aux frais si vous le souhaitez, mais il n'y a pas d'obligation.

LGBTQ
Bruxelles est l'épicentre de la communauté LGBTQ belge. Chaque année en mai se tient pendant deux semaines le PrideFestival belge, soit divers festivals de cinéma et fêtes dans tout le Kolenmarkt, le quartier LGBTQ de Bruxelles. Il y a plein de bars où aller, mais les plus connus sont Le Belgica et La Fontainas. Les soirées gays Los Ninos et La Démence sont aussi très prisées. Une fois par an, La Démence organise une croisière où toutes les règles qui s'appliquent à nous autres habitants des terres sont jetées par-dessus bord. Des gens viennent du monde entier pour y être.

QUAND VOUS ÊTES SOBRE
Si vous pensez avoir découvert Bruxelles après une balade le long de l'Atomium, de la bourse et de la Grand-Place, détrompez-vous. Il y a tellement plus à Bruxelles que la déception que vous ressentirez après avoir vu notre pitoyable Manneken Pis (et Jeanneke Pis, qui est accroupie sur un rocher de l'autre côté de la place). La ville est fabuleusement chaotique et si vous sortez des sentiers battus de votre vie de campus, vous y trouverez des endroits vraiment cool.

Bruxelles est la Mecque des jeunes artistes et amateurs d'art. À travers la ville, vous trouverez d'immenses fresques de cartoons, marcherez le long des musées et des magnifiques demeures Art Nouveau de Victor Horta. Quand vous en avez fini avec les classiques comme Bozar, le Musée royal des Beaux-Arts, le centre Wiels récemment rénové ou le tout nouveau Musées des arts de rue MIMA, le long du canal, vous pouvez aller découvrir ce qui ravit la plupart des étudiants de la ville : les centaines de galeries, petites et grandes, qui parsèment le centre-ville. Les Garages numériques est une nouvelle organisation dédiée aux arts digitaux, tout le monde peut envoyer son portfolio au Maga, et à Recyclart il existe des espaces de travail pour vos productions artistiques. Chacun est le bienvenu, des photographes aux architectes en passant par ceux qui veulent tricoter des sacs plastiques.

Beaucoup de gens adorent les Marolles, où a lieu chaque jour l'un des plus grands marchés aux puces d'Europe, environné de boutiques d'antiquités, de bars branchés et d'artistes de rue. Les vendeurs du marché savent ce qu'ils font, donc si vous voulez qu'il vous reste un peu d'argent à la fin de la journée, vous avez intérêt à savoir marchander. La rue de Brabant – l'Afrique du Nord de Bruxelles – est aussi l'un des coins très appréciés. Des versets du Coran ou de la musique marocaine s'échappent des haut-parleurs et vous y trouverez des tapis, ustensiles de maison, vêtements, et beaucoup de décontraction.

Si vous avez la gueule de bois, allez au Flagey, dans l'un des parcs ou dans la forêt en plein milieu de la ville. Ou laissez s'exprimer le Belge qui sommeille en vous et allez au Skybar58 – un jardin sur le toit du Parking 58. Et grâce à votre nouveau sport préféré, le « bierglasheffen » – ou lever de bière – vous pourrez faire passer votre gueule de bois.

DES STAGES RIDICULEMENT BONS
Bruxelles est la capitale de l'Europe et la ville parfaite pour trouver un stage génial. En dehors du Parlement européen, de l'OTAN et de 159 ambassades, presque toutes les multinationales ont un siège à Bruxelles. Et chacun sait qu'une fois que vous avez été le stagiaire d'un type prénommé François-Philippe, vous êtes prêt pour le monde des affaires. Vous pouvez aussi faire croire à vos professeurs et mentors que vous êtes un nerd absolu, par exemple en disant que vous passez vos vendredis à l'Institut d'aéronomie spatiale de Belgique. Bruxelles dispose du plus grand nombre de bibliothèques en Belgique, et les étudiants peuvent tout emprunter gratuitement. Beaucoup d'entre elles sont spécialisées dans la recherche scientifique. Certaines collections sont parmi les meilleures et les plus exhaustives au monde dans leur domaine. Dire que vous avez travaillé sur votre thèse à Bruxelles produira toujours une bonne impression, quel que soit l'endroit où vous postulez.

COMPTE EN BANQUE
Bruxelles a beau être une grande ville, elle est étonnamment sympa avec votre portefeuille. Ce qui est plutôt chouette, vu que les étudiants ne sont pas connus pour rouler sur l'or. Tous les cursus sont subventionnés par le gouvernement et les frais sont déterminés par les crédits que vous cumulez, vos études et votre nationalité. Mais la plupart du temps, une année coûte entre 400 et 1 000 euros.

Mais attendez, il y a mieux. À Bruxelles, le logement aussi vous rendra très heureux. Pas besoin de louer un placard à balais sous une cage d'escalier pour 700 euros par mois ; pas besoin de bouger toutes vos affaires de chambre en chambre tous les trois mois. Un studio de base à l'intérieur de la ville coûte entre 300 et 500 euros. Ils ont souvent un toit terrasse – le bon plan pour faire des barbecues avec vue sur les toits. Vous pouvez aussi trouver des chambres dans d'incroyables maisons anciennes avec des plafonds hauts, du parquet et beaucoup de lumière.

QUELQUES PHRASES UTILES
Bruxelles a la réputation de transformer les gens en frimeurs polyglottes. Vous apprendrez le flamand (une sorte de néerlandais, en plus saccadé), le français, l'anglais et, si vous avez de la chance, peut-être même un peu d'allemand. Lorsque vous rentrerez chez vous, les gens de votre village vous accueilleront comme le roi des intellectuels et vos futurs collègues vous mettront sur un piédestal. Ce ne sera pas facile au début – les rues ont des noms différents en français et en flamand – alors pour vous échauffer, on a répertorié quelques phrases utiles.

Bonjour – Hallo
Au revoir – Tot ziens
Comment allez-vous ? – Hoe gaat het ?
Merci – Dank u/Dank je
Putain ! – Kut!

Cet article a été sponsorisé par Be A Student.