Quantcast
Le porno crust punk est aussi sinistre que ce que vous imaginiez

Si vous étiez traumatisé à l'idée d'imaginer des punks à chiens en train de s'accoupler, sachez que certains le font devant une caméra.

Myers et Alms. Photos via leur Tumblr.

Tout a commencé sur Tumblr, comme à peu près 99 % des trucs de nos jours.

« Regarde ce putain de Oogle : SDF porn » est un Tumblr recensant de nombreuses photos de punks sales et autres vagabonds échevelés – quelquefois nus et arborant des plugs anaux –, de Blancs à dreadlocks, et beaucoup, beaucoup de punks à chiens, tous en train de s'adonner à l'art du sexe à plusieurs. Version veste cloutée du fameux site Look at this Fucking Hipster, certains l'ont trouvé lourd, d'autres y ont cherché leurs potes, tandis que certains y sont venus en secret, tard le soir, dans le but affiché de s'astiquer le manche.

Byron Myers, soudeur crust punk de son état et originaire de Philadelphie, s'est dit avec plusieurs potes à lui qu'il serait marrant de lever les fonds nécessaires pour créer un site porno indépendant que des gens comme eux auraient envie de regarder. Ils ont donc recruté un vieux punk new-yorkais nommé Slug (qui, selon ses dires, aurait accordé son dernier fix d'héroïne à G.G. Allin avant son décès) et l'ont laissé s'affairer à la création du site, qui, bien évidemment, est aujourd'hui un succès.

Un peu plus tard, Ashley Alms, 24 ans, a rencontré Myers grâce à Tumblr, et a partagé avec lui son désir de démarrer un site porno à destination des punks à chiens. Alms met en ligne régulièrement des photos d'elle à poil depuis ses 15 ans, et a travaillé quelque temps pour le site porno alternatif God's Girls. En plus de ça, elle en avait marre de vivre à Portland. C'est pourquoi elle a déménagé à Philadelphie pour rencontrer Myers. Le sort en était scellé : Fringe Fuckers était né.

Depuis, le couple a fait quelques films pour leur site avec des amis, d'autres mecs qui refusent de se laver. Contrairement à un shoot porno moyen – qui, souvent, met en scène une fille blanche vêtue de latex et vaguement inspirée d'Emily Strange avec un mec blond maigre, les bras couverts de tatouages tribaux –, l'esthétique des Fringe Fuckers est autre. Elle est en effet strictement dégueulasse.

On voit des gens en train de baiser dans leur chambre, en extérieur, derrière des buissons, et organiser des parties fines dans des caves que même le garageux le plus aguerri trouverait sordides ; mais, comme le photographe new-yorkais Ron Galella l' a dit un jour, « lorsque vous êtes pauvre et fauché, le monde est votre studio ».

Vous voyez ces punks à chiens assis sur le trottoir qui sirotent leurs 8.6 et vous demandent tout le temps une petite pièce ou une clope ? Ce sont eux que vous verrez baiser sur Fringe Fuckers. Ce qui les différencie de la plupart des acteurs pornos d'aujourd'hui, c'est que Myers et Alms le font pour – presque – rien.

« Je n'ai aucun problème avec les gens dont le gagne-pain est de se faire passer pour quelqu'un d'autre. Pour faire du porno, il faut avoir du talent. C'est quelque chose que je respecte, mais je trouve que le porno alternatif manque d'honnêteté », nous a dit Myers lors d'une interview Skype. « Nous, on vit vraiment le genre de vie que l'on dépeint dans nos films. Ce n'est pas comme si l'on se déguisait ; on retranscrit notre mode de vie en documentaire. On n'est même pas payés pour faire ça. »

L'absence de revenu signifie que ceux qui s'impliquent dans le projet le font par conviction. Ils se foutent de l'argent. Tout ce qu'ils en tirent, c'est une bonne gorgée de sperme et un cubi de vin. Les Fringe Fuckers utilisent la plateforme Clipvia pour leurs films, et font payer 5 dollars pour visionner une vidéo de 11 minutes. Myers et Alms reçoivent souvent des messages sur Tumblr d'utilisateurs qui leur demandent de tourner de nouvelles vidéos. Malheureusement, ils ont parfois du mal à trouver le temps ou les gens assez motivés pour s'investir dans leur projet (les punks disent tous qu'ils sont ouverts et branchés pour ce genre de trucs mais la réalité, c'est qu'ils se désistent souvent au dernier moment). Sans rentrer dans les détails, Alms et Myers nous affirment qu'ils utilisent l'argent qu'ils gagnent grâce à Clipvia pour leurs futurs tournages (incluant drogues, alcool et accessoires) et se font un peu d'argent de poche par-dessus. Il ne s'agit en aucun cas d'une véritable source de revenus.

Sur Tumblr, Alms et Myers ont trouvé pas mal de gens chauds pour baiser devant une caméra en échange de que dalle, en plus de leurs amis prêts à participer contre d'une modeste bouteille de whisky. Les gens avec lesquels ils tournent, cela n'a pas d'importance pour le couple. Pour eux, cet accord consensuel relève de la simple ouverture d'esprit. « On laisse tout le monde choisir avec qui il veut faire l'amour. C'est important pour nous que les gens gardent une maîtrise totale de la situation », nous a dit Myers.

Alms a grandi dans l'Illinois. Elle a été adoptée quand elle était bébé. « Mon père biologique a signé les papiers d'adoption sur le capot d'une voiture de flics, pendant qu'ils l'emmenaient en prison. Il est mort dans un accident de voiture quelques années plus tard », nous a-t-elle confié.

Les gens qui l'ont adoptée sont, selon ses dires, une « famille typique d'alcoolos du Midwest ». Elle a arrêté l'école à 17 ans, brevet en poche, pour s'en aller sur des trains de marchandises et voyager. Elle a terminé à Portland, où elle a vécu au crochet d'un petit ami avant de retourner dans sa ville natale où elle a galéré tant bien que mal, sans réussir à trouver de boulot stable.

« Je suis partie avec mon van m'installer à Philly et je n'ai plus bougé depuis », nous a-t-elle dit, hilare. Elle n'a aucun gène à faire l'amour devant une caméra et avoue qu'elle aime sentir le regard des gens sur sa chair ; d'ailleurs, elle aime tellement ça qu'elle se balade fréquemment à poil dans la maison qu'elle partage avec Myers.

Myers, lui, a grandi en Virginie. Obsédé par le punk et le metal, c'est aussi un passionné de baseball, sport qu'il pratique depuis l'enfance. À l'université, il a même décroché une bourse sportive. Et même s'il s'est démonté le bras au cours de sa dernière année, il a réussi à obtenir son diplôme. Il est ensuite passé par une formation de soudeur, qu'il a payée grâce à son job de strip-teaseur au Secrets, un club gay de Washington.

Myers s'est retrouvé à travailler là-bas après une soirée entre potes, où on leur a offert des verres « à condition qu'ils se mettent torse nu et le restent toute la nuit ». Ils ont d'abord proposé à son pote de venir bosser avec eux, mais celui-ci a décliné l'offre. Myers, bourré et complètement désinhibé, leur a proposé ses services. Il n'avait aucune idée de ce dans quoi il s'était embarqué : chaque week-end, des centaines d'homos passablement éméchés s'engouffraient dans la boîte.

« Heureusement, tout ce qu'on doit faire pour les satisfaire, c'est se foutre à poil, écarter les fesses et danser », nous a-t-il dit, mort de rire . Myers avait l'habitude de se pencher en avant et d'écarter les fesses avec ses mains, mais le patron lui a demandé d'arrêter – ça lui rapportait trop de pourboires et les autres danseurs ont fini par le jalouser.

« Plein de mecs là-bas m'ont dit qu'ils s'aimaient trop pour pouvoir faire ce genre de trucs [ écarter ses fesses avec ses mains, donc]. Je me contentais de me marrer en leur disant : on est strip-teaseurs dans un club gay, les mecs ! »

Depuis, Alms et Myers se sont installés ensemble. Leur amour, leur style de vie et leur générosité sexuelle les ont rapprochés. Ils sont tous deux d'authentiques obsédés sexuels depuis l'adolescence – Myers a même fabriqué son propre vagin en plastique en classe de sixième, utilisant pour ce faire beaucoup d'argile et un rouleau de PQ. Tous deux sont d'accord pour dire que G.G. Allin a ruiné le rock and roll de la meilleure manière qui soit. Aujourd'hui, suivant à la lettre leur philosophie basée presque intégralement sur le sexe, ils sont manifestement déterminés à vivre comme ils l'entendent, sans se soucier de ce que vos parents peuvent penser d'eux.

Mish Way est sur Twitter.