Quantcast
Les 11 candidats à la présidentielle passés au vitriol par des abstentionnistes

Il en est ressorti que « Nathalie Arthaud est potentiellement un robot téléguidé par Arlette Laguiller » et qu’« Emmanuel Macron beugle comme un consommateur de cocaïne coupée au fluor ».

Photo : les 11 candidats aux élections présidentielles de 2017 (y compris celui qui a refusé de figurer sur la photo). Capture via BFM TV

Quand une personne explique ouvertement qu'elle ne vote pas, elle donne souvent l'impression – à tort ou à raison – de se désintéresser complètement des élections et de la politique française dans son ensemble. Mais les choses sont souvent bien plus compliquées qu'elles n'en ont l'air. Parmi certaines des raisons invoquées par les abstentionnistes pour expliquer leur choix de ne pas voter, on retrouve les arguments suivants : désillusion, insatisfaction face aux programmes des candidats en lice pour la présidence ou rejet du vote utile, pour ne citer qu'eux.

À rebours des abstentionnistes convaincus, certains votants ont déjà élu leur candidat favori et aiment le défendre contre vents et marées face à ses vilains concurrents. Il est donc parfois intéressant – et surtout assez amusant – de se pencher plus en détail sur chacun des candidats, ce que j'ai fait avec toute la bonne humeur qui me caractérise. À ce titre, j'ai aussi retrouvé la plupart des abstentionnistes (dont je fais partie) que j'avais fait témoigner dans le cadre des élections régionales de décembre 2015 – et je leur ai demandé de me livrer leur avis tout à fait personnel sur un candidat bien précis. Il en est notamment ressorti que Nathalie Arthaud est potentiellement un robot téléguidé par Arlette Laguiller et qu'Emmanuel Macron beugle comme un consommateur de cocaïne coupée au fluor.

Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière)

L'avis de l'auteur : Régulièrement perçue comme une sorte d'Arlette Laguiller 2.0 – d'ailleurs, jusqu'à preuve du contraire, l'hypothèse du robot téléguidé n'est pas à écarter. Beaucoup d'idées sur la réduction du temps de travail et la redistribution des richesses, mais peu d'explications sur comment contraindre les institutions déjà en place alors qu'elles sont précisément conçues pour éviter tout ça.

L'avis de Chantal, 63 ans, Clichy, Hauts-de-Seine : Comme toutes les personnes de Lutte Ouvrière, je ne la trouve absolument pas méchante – je dirais même qu'elle est bien intentionnée. Le truc, c'est qu'ils n'ont jamais vraiment pris la peine de réadapter leur discours, ce que je trouve assez déprimant. Quand on l'entend parler, elle explique que son parti se prononce contre l'exploitation des salariés et les abus des patrons – ce que je trouve très bien. Mais elle dit aussi juste après que ce ne sont pas des questions liées à l'Union Européenne, et que c'est un leurre de penser ça. J'ai l'impression que son discours se situe en dehors du temps et de l'espace, et qu'elle le donne sans le moindre contexte.

François Asselineau (Union Populaire Républicaine)

L'avis de l'auteur : Fait des déclarations assez intéressantes sur différents sujets mais ne peut lutter contre ses réflexes naturels d'énarque de droite. Veut faire passer à 20 milliards le budget de la police et de la gendarmerie. Suffisamment paumé pour avoir fait successivement partie du RPF et du RIF. Comme tous les candidats qui parlent de sortie de l'UE, il est traité comme un monstre de foire par les médias. Doit être marrant après deux-trois verres quand il se met à parler japonais.
L'avis de Mathilde, 25 ans, Sevran, Seine-Saint-Denis : Je suis un peu désolée pour ce monsieur parce qu'il a l'air très documenté à chaque fois qu'il parle, mais tout ce que je vois, c'est un Cheminade en beaucoup moins drôle. C'est vrai que les journalistes le méprisent beaucoup – d'ailleurs si tu regardes bien, c'est peut-être ça qui le rend un peu cool. Si les médias le traitaient normalement, on verrait direct qu'il est à peine moins mauvais que les autres dans certaines de ses propositions. J'ai uniquement maté son programme parce que tu m'as harcelée pour que je le fasse, mais dès qu'on sort de l'économie, ça reste des idées que je n'aime pas du tout.

Jacques Cheminade (Solidarité Et Progrès)

L'avis de l'auteur : Fait des déclarations intéressantes sur l'emprise des marchés financiers, mais se noie systématiquement dans un océan de hors sujets. Beaucoup se moquent de lui pour son plan de conquête spatiale façon Michael Bay, alors qu'il suffit de se rappeler qu'il veut interdire les jeux vidéo violents pour comprendre que c'est un fou dangereux. Souhaite supprimer le secret de l'instruction parce que « de fait, celui-ci n'existe pratiquement plus et les juges eux-mêmes s'appuient sur les médias pour poursuivre leur enquête ». Ce qui revient à se débarrasser d'un pneu crevé sans le remplacer en espérant que la voiture roule mieux.

L'avis de Valérie, 29 ans, Paris, 18 e : Lui, il est perché. D'ailleurs un jour à Amsterdam, une de mes connaissances qui n'avait jamais fumé de sa vie – même pas une cigarette – s'est fait piéger et a ingurgité un space cake. Ça lui a fait un effet monstre et il a comaté devant un écran d'ordinateur, en regardant un reportage sur Cheminade. Quand la vidéo s'est arrêtée, le mec s'est levé et a déclaré qu'il était lui-même Jacques Cheminade, avant de partir sur un trip conspirationniste à base de robots qui remplaçaient les humains. Je pense que cette anecdote résume à peu près tout ce qu'il y a à savoir sur ce bonhomme.

Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France)

L'avis de l'auteur : A fait partie du RPR, du RPF et de l'UMP, ce qui en fait un triathlète de la médiocrité. Pensait exactement pareil que tous ses confrères de droite, sauf au niveau du protectionnisme économique. A récupéré ce qui lui restait de son petit côté gaullisme rassembleur, l'a jeté dans la cuvette et a tiré la chasse. Met désormais en avant les questions d'identité, sans doute pour séduire un nouvel électorat qui ne viendra jamais. Est venu répondre au questionnaire « darka ou rassrah » de Cyril Hanouna sur TPMP, ce qui a redonné ses lettres de noblesse à l'expression attention whore.

L'avis de Nicolas, 27 ans, Choisy-le-Roi, Val de Marne : Il faut rappeler que Dupont-Aignan s'appelle Nicolas – à partir de là, comment peut-on lui faire confiance ? En vrai, je me contrefiche de son programme, mais je sais que dans son livre Mon agenda de président : 100 jours pour tout changer figure une sorte de fanfiction où il imagine qu'il est élu, avant de décrire sa rencontre avec Trump avec la même verve que celles du lectorat de fan2. [note de l'auteur : dans l'extrait où Dupont-Aignan s'imagine élu, il raconte impressionner son homologue américain dans une négociation musclée, conclu par un faux tweet de Trump qui dit « la France retrouve enfin ses couilles »).

François Fillon (Les Républicains)

L'avis de l'auteur : Parce qu'il est un peu trop facile de tirer sur une ambulance, y compris quand elle transporte un chien qui a uriné sur son propre paillasson, contentons-nous d'une sobre mais divertissante sélection de ses meilleures tirades comiques :
« Ma femme travaille pour moi depuis toujours »
« Mis en examen, je ne serai pas candidat »
« Je suis comme ces combattants balafrés qui n'ont pas appris la vie dans les livres »
« Des dizaines de socialistes fouillent dans les poubelles pour s'occuper de mes costumes. Demain, mes chemises. Et pourquoi pas mes caleçons ? »
« Je suis aussi devenu le rebelle que le système n'arrêtera pas »
« Il y a quelques siècles, un rebelle gaulois, Vercingétorix, infligea une défaite magistrale à Jules César… qui était pourtant le favori des sondages ! »

L'avis de Genono, 29 ans, Mantes-la-Jolie, Yvelines : C'est difficile de se limiter à un seul commentaire sur une telle enflure. Mais dans le fond, je pense que si Fillon parvenait à se faire élire par un incroyable concours de circonstances – impliquant d'une part l'extrême médiocrité des candidats et d'autre part la crédulité infinie de certains votants –, il passerait à mes yeux du statut de plus grand bâtard français à celui d'escroc du siècle, et gagnerait instantanément tout mon respect.

Benoît Hamon (Parti Socialiste)

L'avis de l'auteur : A une pancarte « moins pire que Valls », même si comparer du vomi à des excréments n'a jamais donné de l'appétit à qui que ce soit. Membre du parti au pouvoir, mais parle comme un mec de l'opposition en espérant que ça passe auprès des amnésiques, alors qu'une quantité impressionnante de gens qui ont voté les pires lois du quinquennat précédent sont derrière lui. Flatte des crétins du camp adverse sans raison en disant que la Manif Pour Tous n'était pas vraiment homophobe ou s'écrasant face à des policiers qui lui reprochent son idée d'encadrer un peu plus les contrôles d'identité pour éviter les « accidents ». Balance du LEJ à la fin de son meeting à Bercy.

L'avis de Thibaud, 31 ans, Le Pré-Saint-Gervais : On dirait que les gens qui s'enthousiasment sur ce type viennent d'un monde où le PS a jamais été au pouvoir, voire d'un monde où la politique n'a jamais existé – ils semblent croire à toutes ses promesses, à la virgule près. À la limite, je lui accorde un bonus ; pas parce que je crois à ses mensonges, ça reste une grosse merde comme les autres, mais pour l'effort. Genre « t'as bien bossé Benoît, prends un kebab ».

Jean Lassalle (Résistons !)

L'avis de l'auteur : Passé par le MoDem, comme tous les candidats sans espoir. A fait une grève de la faim pendant 39 jours pour sauver des emplois dans sa zone. Assume son côté Bourvil en amusant la galerie à chaque occasion qui se présente, que ce soit en interview, en débat, à l'Assemblée, ou en randonnée. Traité comme un débile profond par les médias, ses opposants et à peu près tout le monde.

L'avis de Victor, 27 ans, Rouen : Ah, le berger là ! Cherchez l'intrus un peu, c'est bien, ça montre à quel point ces élections sont dépourvues de sens, mais ça n'a pas suffi à me convaincre de voter pour lui. On ne comprend pas toujours ce qu'il dit, mais quand il articule, il parle comme un vrai docteur de famille. Il a un peu la voix d'un médecin qui va t'annoncer qu'un toucher rectal est nécessaire.

Marine Le Pen (Front National)

L'avis de l'auteur : S'est un peu trop lâchée niveau emploi fictif. Utilise les convocations de la police comme papier toilette. Possède tous les travers de l'establishment qu'elle dénonce, à commencer par sa famille de bourges. A fait chier tout le monde pour le renforcement du contrôle aux frontières dans Schengen, mais ne s'est jamais pointée au Parlement européen le jour du vote. Selon le rappeur Kaaris, sa nièce est bonne.

L'avis de Baptiste, 24 ans, Chevilly La Rue, Val de Marne : Je ne vais pas t'apprendre grand-chose, je n'aime pas le FN. Je pense que ce qui les rend fort, c'est que la droite comme la gauche – en tout cas tous ceux qui ont été au pouvoir depuis ma naissance – leur ont donné raison. Soit parce qu'ils ont toujours pompé leurs idées bien fachos avec cinq à dix ans de retard (ces temps-ci avec l'état d'urgence et les Musulmans c'est plutôt deux ans, voire moins), soit en confirmant le fait qu'effectivement, ils sont tous à la fois menteurs, corrompus ou voleurs. Les affaires ne concernent malheureusement pas que Fillon. Mais en réalité, Marine le Pen reste extrêmement nulle, parce que même dans un contexte pareil, elle n'arrive à rien – et à chaque débat, sa stupidité crève les yeux.

Emmanuel Macron (En Marche)

L'avis de l'auteur : Dit tout et son contraire dans le plus grand des calmes et sur tous les sujets. Est l'auteur de la loi éponyme, la même qui avait été joyeusement accueillie par des grèves un peu partout, veut aller plus loin que la loi El-Khomri (« plus loin » dans le sens « faire pire ») – à ce niveau c'est de la spéléologie. Utilise le Code du Travail comme papier toilette. A séché les cours de géographie. Incarne la partie la plus libérale du parti au pouvoir depuis cinq ans mais se fait passer pour une nouveauté. Gère et/ou déclare son patrimoine personnel de manière pour le moins folklorique. Capable de lâcher un merveilleux « le meilleur moyen de se payer un costard, c'est de travailler » à des grévistes. A une tête à jouer dans une pub pour le Crédit Mutuel, beugle comme un mec qui prend de la coke coupée au fluor et exécute des dabs : si c'était les élections du BDE d'une école de commerce, ce serait le candidat idéal.

L'avis de Mohammed, 31 ans, Garges-lès-Gonesse, Val d'Oise : Macron ? C'est le vide intersidéral politique et il en est forcément conscient, il suffit de voir à quel point il ne maîtrise pas ses sujets. La chose qu'il a compris dès le début, c'est de voir que les Français veulent un changement de la classe politique française qui est à bout de souffle. Contrairement à ce qu'on a pu voir dans le passé, sa jeunesse est devenu un atout pendant cette campagne. Il fut un temps où les électeurs choisissaient sans sourciller le politicien avec le plus d'expérience, et ce n'est plus le cas désormais. L'image est l'atout principal dans cette élection, et je pense que c'est exclusivement grâce à ça qu'il doit ses chances d'être élu.

Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise)

L'avis de l'auteur : Vient de l'Organisation Communiste Internationaliste, donc autant dire qu'il a dû renoncer à beaucoup d'idéaux et s'asseoir sur beaucoup de cactus pour en arriver à être ce qu'il est aujourd'hui. S'est refait une virginité auprès des amnésiques en quittant le PS. Appelle à voter pour la gauche institutionnelle (cf 2012) en promettant de négocier avec le gouvernement en place par la suite. Explique que Laurence Rossignol « est exempte de tout racisme » quand elle compare les femmes qui choisissent de porter le voile à « des nègres qui étaient pour l'esclavage » (il avait défendu Zemmour en 2010, on n'est plus à ça près). Un service que Laurence lui revaudra en expliquant que la gauche de Mélenchon a renoncé à gouverner.

L'avis de Mehdi, 35 ans, Bondy, Seine-Saint-Denis : À chaque fois que je le vois impliqué dans une campagne électorale, j'ai cette impression de voir un obèse battre des myopathes sur un 100 m et célébrer sa victoire comme s'il avait gagné la coupe du monde. Alors oui il sait s'exprimer, mais René, le prof à la retraite avec qui je prends parfois le café, sait également bien s'exprimer. Souvent, j'ai même l'impression qu'il mettrait Mélenchon en galère dans un débat. Le côté hologramme, faire des BD, jeux vidéo etc., c'est mignon mais ça prouve juste à quel point certains politiques prennent les électeurs pour des abrutis. Sur le fond, il a des propositions intéressantes, mais a-t-il vraiment le courage et l'équipe pour mettre tout ceci en place ? Sinon, je ne souscris pas à l'analyse selon laquelle son ego serait démesuré. Pour moi, il est simplement égal aux autres sur ce point.

Philippe Poutou (NPA)

L'avis de l'auteur : Se fait régulièrement humilier par Laurent Ruquier et ses chroniqueurs déficients sans particulièrement se rebeller, dans la droite lignée de Besancenot en larmes devant le boss du CRIF chez Ardisson. Illustre parfaitement les raisons pour lesquelles il était nécessaire d'enlever « révolutionnaire » du nom de son parti. Pourrait éventuellement se reconvertir dans une carrière de rappeur comme son pote.

L'avis d'Aurélien, 30 ans, Asnières-sur-Seine, Hauts-de-Seine : Lui et tous les mecs de ce genre de parti, on a l'impression qu'ils sont sympas juste parce que ce sont des « petits » candidats – mais dès que tu les approches, tu vois que ça peut potentiellement être tout autant de la merde que les autres. Je connais un jeune couple de Nanterre qui a un peu milité au NPA, mais la fille a réalisé qu'elle servait carrément de caution arabe à des islamophobes, ce qui l'a mise hors d'elle. Ça s'est mal terminé, et depuis, avec son mec, elle embrouille ses anciens « camarades » dès qu'elle les recroise. Une fois dans le métro, ils en ont reconnu un, son mec a rabattu sa capuche et l'a fait sortir de la rame juste avant que ça se referme avant de le bousculer. Le gars a paniqué et crié à l'aide, et son copain lui a rétorqué « Tu vas faire quoi, porter plainte ? T'es un vrai mec d'extrême gauche toi, va appeler la police, va ». C'était un grand moment.