Hong Kong néons
Ki Chan Tea Co. - Station de métro Wanchai (toutes les photos sont de Pascal Greco - Hong Kong Neon)
Culture

Quand les néons de Hong Kong disparaissent

Dans un ouvrage intitulé "Hong Kong Neon, le photographe Pascal Greco rend hommage à ces enseignes fluorescentes, dont 90 pour cent ont déjà disparu.
Pierre Longeray
Paris, FR
25.1.21

Chaque jour, quand la nuit tombe sur Hong Kong, la ville délaisse son habit de travail pour revêtir son singulier costume lumineux grâce aux innombrables néons d’enseignes qui quadrillent la ville. Prêteur sur gages, sauna, restaurant, night club ou encore salon de mahjong, chaque établissement allume son néon et plonge le « port aux parfums » (la signification du nom de la ville) dans une ambiance cyberpunk si particulière – rendant quasiment superflu tout éclairage public.

Neon-angle7.jpg

Lucky Dessert - Station de métro Mong Kok

Or, ces néons, qui forment depuis des décennies l’identité de la ville et dont la confection nécessite des mois de travail, disparaissent. 

New-Neon-frontfuji49.jpg

Luk Fook Jewellery - Station de métro Mong Kok

« Depuis 15 ans, près de 90 pour cent des néons d’Hong Kong ont été décrochés », explique Pascal Greco, un photographe suisse qui a passé une petite dizaine d’années à les immortaliser avec son Polaroid 600 SE. Dans son ouvrage Hong Kong Neon (Infolio & Mccm Creations) qui sortira en mars en France, Greco publie à la manière d’un archiviste près de 170 photographies de néons de la ville : des pieds, des idéogrammes, forcément, des feuilles de thé… « Mais les deux tiers des néons que j’ai pris en photo ont déjà disparu », explique le photographe, qui a commencé son odyssée phosphorescente courant 2012. 

17_Neon-angle37triple.jpg

Man Fai Cuttlefish Ball King - Station de métro Causeway Bay

Officiellement, les néons (dont les plus imposants peuvent atteindre 7 ou 8 mètres de long) sont retirés pour des raisons de sécurité, notamment à cause des typhons fréquents dans la région. Parce que pendant longtemps, il n’y avait pas de restrictions imposées par le gouvernement ou les autorités locales sur la taille des néons. Donc les commerçants en ont profité pour faire les plus gros néons possibles afin de faire briller leurs enseignes dans la nuit et attirer les clients. 

Neon-front49.jpg

Caribbean Sea Sauna - Station de métro Wanchai

« Aujourd’hui en gros, toutes les enseignes de plus de 4,2 mètres doivent être décrochées », explique Greco, bon connaisseur d’Hong Kong pour avoir déjà dédié un ouvrage à l’architecture de la ville, qui fonctionne alors en diptyque avec Hong Kong Neon. « Il y aurait aussi des questions d’économie d’énergie évoquées pour expliquer la nécessité de les enlever », embraye le photographe, qui voit aussi dans le retrait des néons un certain étiolement de la culture propre à Hong Kong, soumise à une emprise grandissante de la Chine continentale.

New2020-Neon-front77double.jpg

Ki Chan Tea Co. - Station de métro Wanchai

Mécaniquement, les maitres artisans en fabrication de néons se font aussi plus rares. Wu Chi-Kai, un des derniers maitre qui dompte encore ce savoir-faire et que Greco a interviewé pour son livre. Pendant le boom du néon hong-kongais, dans les années 1980 et 1990, il explique que la ville comptait seulement une vingtaine de spécialistes. Le travail ne manquait donc pas. « Je me souviens que pour certains mandats nous travaillions à l’atelier jour et nuit, sans jamais rentrer chez nous pour dormir et cela pendant des semaines entières. À l’époque, les commandes se succédaient à rythme tel, pour nous et pour nos confrères, que nous travaillons non stop », remet l’artisan.

Neon-angle50.jpg

Foot Reflexology & Acupressure - Station de métro Central

Mais aujourd’hui, ils sont moins d’une dizaine. « Sans une demande d’enseignes néon à grande échelle rien ne peut soutenir l’industrie. Actuellement, seul un petit nombre d’acteurs dans l’industrie peuvent survivre », indique Wu Chi-Kai, un poil fataliste, qui ajoute que seule une petite partie de ses créations sont encore visibles à Hong Kong. Le reste a été décroché. Et sans doute remplacé par des enseignes réalisées à base de LED qui pullulent dans la ville. Pour un résultat plus criard, mais moins gourmand en énergie, et surtout moins cher. 

18_Neon-angle56double.jpg

Park Excellent Hotel - Station de métro Wanchai

Certaines initiatives tentent alors, à leur petit niveau, de sauvegarder l’héritage des néons hongkongais. Le Tetra Neon Exchange ou le collectif streetsignhk tâchent par exemple de récupérer les enseignes décrochées afin de de pouvoir les exposer par la suite – le tout en collaboration avec la petite industrie hongkongaise du néon, sollicitée pour les restaurations et les décrochages.

Artwork1.jpg

Croquis d'un projet de néon pour le New Chantecler Bar / Night Club

« Parce qu’il ne faut pas compter sur le gouvernement local pour se charger de ce travail d’archives et de sauvegarde de leur patrimoine », lâche, amer, Greco, tombé dans la passion-néon grâce aux films de Wong Kar-wai et du travail du directeur de la photographie du cinéaste, Christopher Doyle. 

New-Neon-anglefuji8.jpg

Sun Tai Fat Mahjong Parlour - Station de métro Tsuen Wan

« Leur lumière aux effets multicolores et glamour, leur design parfois kitsch, l’ambiance à la fois festive et nostalgique qu’ils dégagent, ça m’a d’emblée fasciné », explique Greco, qui craint aujourd’hui de voir disparaître pour de bon ce bout d’histoire de la ville si rien n’est fait pour préserver ces néons et l’atmosphère mystérieuse et onirique qu’ils charrient.

Neon-front65.jpg

Wing Lee Pawn Shop - Station de métro Tsim Sha Tsui

L’ouvrage Hong Kong Neon est disponible en pré-commande sur le site de Pascal Greco.

VICE France est aussi sur TwitterInstagramFacebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.