« Quand je pense trop à la masturbation, je prends une balle anti-stress »

À la rencontre de ces individus de sexe masculin qui refusent le plaisir solitaire pour gagner un étrange concours : le « No Fap Challenge »

|
22 février 2018, 9:32am

Illustration : Vincent Vallon

Dans la série « concours à la con », on connaissait déjà le Blue Whale Challenge et ses cinquante défis dangereux, et l’Ice and Salt Challenge qui pousse à se verser sur la peau un mélange de sel et de glaçons pour tester son endurance à la douleur. Voici qu’on découvre le « No Fap Challenge ». Le principe de cette nouvelle séance de torture ? Tenir le plus longtemps possible sans se masturber. Réunis sur le site stopfap.org, ces jeunes garçons s’encouragent et se mettent aussi au défi en s’envoyant des vidéos pornographiques pour se faire craquer…

Nous nous sommes tout naturellement demandé ce qui pouvait pousser ces hommes à vouloir se priver des joies de l'onanisme. Quatre participants ont accepté de nous répondre – mais pas de dévoiler leur véritable identité. Chacun à une raison personnelle de tenter ce « No Fap Challenge », mais tous se mettent une incroyable pression pour relever ce surprenant défi.

Allan, 20 ans, étudiant en informatique

Record : 45 jours
Motivation : La curiosité
« C’est après avoir vu le hashtag #nofapchallenge sur Twitter que j’ai décidé de me lancer. Je ne me masturbais pas beaucoup, peut-être une fois tous les deux jours, mais j’étais curieux de voir ce que ça faisait d’être abstinent pendant un certain temps. J’ai commencé le 1 er janvier 2018 et j’ai tenu jusqu’au 14 février. Les deux premières semaines ont été très difficiles : j’étais obsédé par l’idée de me toucher. Comme si moins je le faisais et… plus j’y pensais ! Et puis, petit à petit, l’idée a commencé à quitter mon esprit. Au bout de trois semaines, je n’y pensais plus du tout. Même quand je tombais sur une vidéo sexy sur internet, je tenais le coup. À ce moment-là, je me suis senti comme libéré d’un poids. Par exemple, quand je parlais à une fille, mon cerveau n’était plus pollué par des arrière-pensées négatives. Bon, au bout d’un mois et demi, j’ai craqué… Mais le 1 er mars, je recommence un nouveau « No Fap Challenge ». Mon objectif ? Tenir le plus longtemps possible. »

Maxime, 19 ans, étudiant en STAPS

Record : 13 jours
Motivation : L'amélioration de ses performances physiques
« À la base, c’est un petit challenge qu’on s’est lancé avec des amis. Avant, je pouvais me toucher entre 5 et 17 fois par semaine. Mais aujourd’hui, je suis abstinent depuis la Saint-Valentin. Dès la première semaine, j’ai senti des effets positifs : mon esprit est plus réactif, plus attentif mais surtout, j’ai acquis une plus grande puissance dans les activités physiques que je pratique. Je suis en STAPS donc les performances sportives sont très importantes pour moi. Et puis, arrêter de me toucher m’a libéré l’esprit. J’ai le sentiment d’avoir repris le contrôle de mon cerveau : avant, j’avais à peine terminé que déjà, j’avais envie de le refaire – comme un accro aux paris sportifs. Bien sûr, le manque est parfois oppressant mais j’ai remplacé la masturbation par d’autres activités. Lorsque j’y pense trop, je prends une balle anti-stress. Je la serre aussi fort que possible et ca fait redescendre la tension. Mais, je l’avoue, c’est chaque jour plus dur. J’ai peur de craquer. Je crois que je vais craquer ».

Idriss, 26 ans, étudiant en mathématiques

Record : 60 jours
Motivation : L’accroissement de sa concentration
« J’ai débuté le « No Fap Challenge » il y a plus d’un an, juste avant mes examens à la fac. J’ai essayé plusieurs reprises et une fois, j’ai même tenu 60 jours. L’expérience m’a transformé. J’ai découvert ce défi par hasard, en surfant sur Internet. J’étais très stressé par mes partiels et je me suis dit que ca pourrait m’aider à être plus concentré sur mes révisions. Au début, ca a été très dur : il faut dire que j’avais l’habitude de regarder une petite vidéo porno sur le web entre deux cessions de révisions… Pas facile de se concentrer après ça ! J’ai eu beaucoup de mal à me défaire de ce rendez-vous. Mais au bout de quelques semaines, j’ai retrouvé une meilleure concentration. Et maintenant, je n’utilise mon ordinateur que comme un outil de travail »

Eric, 23 ans, en recherche d’emploi

Record : 62 jours
Motivation : La foi
« Avant, je me touchais trois à quatre fois par jour. J’avais l’impression que cela me permettait d’évacuer mes frustrations mais, en réalité, je ne me suis jamais senti bien, après. Avant même de rencontrer Dieu, j’avais déjà pris conscience que j’étais comme prisonnier de la masturbation. Mais maintenant que je suis engagé dans la religion chrétienne, je me dois de respecter les règles de la Bible en demeurant « pur de toute souillure de la chair et de l’esprit ». J’ai déjà tenté plusieurs fois d’arrêter de me toucher mais à chaque fois, j’ai craqué. Je n’arrivais même pas à tenir trois jours ! J’avais honte, ça me déprimait et me mettait en colère contre moi-même. Alors quand j’ai découvert le « No Fap Challenge », je me suis tout de suite inscrit. Ca m’a été très utile : le fait d’être entouré de personnes qui ont le même objectif m’aide à tenir. Aujourd’hui, je suis abstinent depuis 62 jours. Et je n’y pense plus jamais. Je suis sincère : le seul moment où l’idée me traverse l’esprit, c’est quand je me connecte sur le site stopfap.org pour pointer. Je tiens à le dire : le sevrage m’a rendu à la vie. Maintenant, je peux prier en bonne conscience ».

Plus de VICE
Chaînes de VICE