En Photos : Dans les ruines du tremblement de terre italien

Notre photo-reporter s'est rendu dans les ruines d'Amatrice quelques heures après le séisme.

|
25 Août 2016, 7:45am

Un habitant d'Amatrice regarde les ruines de la ville (Photo par Fabrizio Di Nucci / VICE News)

Ce jeudi matin, un dernier bilan donné par la Protection civile italienne fait état d'au moins 247 morts après le séisme qui a frappé le centre du pays dans la nuit entre mardi et mercredi. Les opérations de recherche et de secours se poursuivent alors que de nombreuses personnes sont toujours portées disparues.

À 3h36 ce mercredi matin, un tremblement de terre d'une magnitude de 6 a figé l'horloge de la tour d'Amatrice, une ville dans le Latium. Toute une partie de la ville a été rasée par la violence du séisme qui s'est produit seulement à 4 kilomètres de profondeur. La commune semble être la plus durement touchée par la catastrophe.

Une vue aérienne prise par les pompiers italiens de la ville d'Amatrice. On peut voir de nombreux bâtiments effondrés. (Photo via EPA)

"Il n'y a plus de maisons et les gens sont en dessous", a dit le maire de la petite ville à SkyTg24 au petit matin du drame.

Notre photo-reporterFabrizio Di Nucci s'est rendu dans les ruines d'Amatrice quelques heures après le séisme.

* * *

Des secours et des habitants dans les rues d'Amatrice (Fabrizio Di Nucci/VICE News)

(Fabrizio Di Nucci/VICE News)

Un habitant d'Amatrice regarde les ruines de la ville (Photo par Fabrizio Di Nucci / VICE News)

De cette maison, seule la porte est encore debout. (Fabrizio Di Nucci/VICE News)

Des pompiers et des hommes de la Protection civile travaillent dans les ruines. (Fabrizio Di Nucci/VICE News)

(Fabrizio Di Nucci/VICE News)

(Fabrizio Di Nucci/VICE News)

Un survivant d'Amatrice. (Fabrizio Di Nucci/VICE News)

La Protection civile a fermé l'accès à la commune. (Fabrizio Di Nucci/VICE News)

Un homme est extrait vivant des décombres (Fabrizio Di Nucci/VICE News)

À lire aussi : Pourquoi il faut supprimer le mot de passe de son WiFi après un tremblement de terre


Cet article a d'abord été publié sur la version italienne de VICE News