SeaWorld annonce la fin de son spectacle avec des orques — mais seulement dans son parc de San Diego

D’ici 2016, le spectacle phare du parc d’attractions aquatique sera abandonné et remplacé en 2017 par un nouveau spectacle d’orques qui visera aussi à « délivrer un message pour la protection des animaux ».

|
10 Novembre 2015, 11:30am

Photo par Preston Mack/EPA

En réponse aux critiques formulées suite à la diffusion du film Blackfish sur la captivité des orques, le parc d'attractions aquatiques SeaWorld a annoncé ce lundi la suppression progressive de son spectacle phare, qui met en scène des orques dans son parc de San Diego.

Cette décision intervient suite à la chute de la valeur boursière de la marque SeaWorld, mais aussi des inquiétudes grandissantes de l'opinion publique quant au bien-être des orques. En fin de semaine dernière, le nouveau patron de SeaWorld, Joel Manby, a annoncé aux investisseurs que les « défis continuels auxquels fait face la marque SeaWorld » impliquaient une baisse de 10 millions de dollars de ses bénéfices sur l'année, d'après The Guardian.

Lors d'une présentation PowerPoint de Joel Manby et d'autres responsables de l'entreprise donnée ce lundi, ils ont annoncé qu'ils allaient « supprimer le spectacle d'orques en 2016 » dans le parc de San Diego (Californie). En revanche, début 2017, une nouvelle expérience avec les orques sera présentée.

Ce spectacle de remplacement sera « informatif » et organisé dans un « cadre plus naturel » peut-on lire dans le PowerPoint de Joel Manby. La présentation indique que le nouveau spectacle d'orques visera aussi à « délivrer un message pour la protection des animaux ».

Le PowerPoint indique aussi que les intérêts des visiteurs du parc ont changé. Un graphique explique que « 92 pour cent des mères veulent acheter des produits qui soutiennent une cause » et que « 94 pour cent des adultes sont d'accord pour dire que la visite d'un zoo ou d'un parc marin peut favoriser la sensibilisation à la protection des animaux. »

Le board de SeaWorld s'est aussi attaché à adapter sa stratégie pour plaire aux « Millenials » (les jeunes de la « Génération Y », comprendre des gens nés entre 1980 et 2000). Les consommateurs de cette génération sont « susceptibles de changer de marque si la deuxième marque soutient une cause — même si le prix et la qualité sont les mêmes. » L'entreprise vise aussi à employer plus de jeunes, et créer un nouveau « programme d'ambassadeurs volontaires » qui permettrait aux jeunes de s'impliquer pour la protection des animaux.

SeaWorld Entertainment, la compagnie qui possède SeaWorld, est estimée à 1,65 milliard de dollars, mais la fréquentation de ses onze parcs baisse sensiblement depuis quelques années. Cette chute de la fréquentation est particulièrement vraie à San Diego, où le spectacle d'orques attirait les foules. D'après les autorités de la ville, la fréquentation a baissé de 17 pour cent l'année dernière — pour atteindre le chiffre de 3,8 millions de visiteurs. L'entreprise peine à se remettre du film Blackfish, sorti en 2013. Dans ce documentaire, il est avancé que la captivité des orques dans les parcs d'attractions pousse ces « baleines tueuses » à des comportements violents.

Les actions de SeaWorld Entertainment sont un peu remontées en fin de semaine dernière — des bribes de la présentation de ce lundi ayant fuité dans la presse dès la fin de semaine (notamment le fait que l'entreprise allait abandonner le spectacle d'orques).

En plus de la pression de l'opinion publique, la décision d'arrêter le spectacle d'orques peut aussi venir de la menace des autorités américaines et californiennes qui veulent interdire l'élevage en captivité des orques. Vendredi dernier, Adam Schiff, représentant démocrate de Burbank (Californie) au Congrès, a annoncé un projet de loi qui interdirait l'importation et l'exportation d'orques, l'élevage en captivité des orques, et leur capture dans la nature.

On ne sait pas encore si l'entreprise va aussi supprimer ses spectacles d'orques dans ses parcs de San Antonio (Texas) et d'Orlando (Floride). L'argent économisé suite à la suppression du spectacle sera réinvesti dans des projets plus en phase avec le nouveau plan stratégie de l'entreprise, a fait savoir Joel Manby.

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR