Crime

Une milice armée occupe un bâtiment officiel dans l’Oregon et menace les autorités

L'emprisonnement de deux ranchers de l'Oregon (nord-ouest des États-Unis) pour avoir illégalement allumé des feux sur des terres fédérales a tourné au rapport de force entre les autorités de cet État et un groupe de miliciens armés.
04 janvier 2016, 12:40pm
Image via Bundy Ranch/Facbeook

L'emprisonnement de deux ranchers de l'Oregon (nord-ouest des États-Unis) pour avoir illégalement allumé des feux sur des terres fédérales a tourné au rapport de force entre les autorités de cet État et un groupe de miliciens armés. Ils occupent un bâtiment du parc Malheur et ont déclaré être prêts à avoir recours à la force si la police tentait de les déloger.

La situation a commencé à se dégrader dans la petite ville de Burns (sud-est de l'Oregon) ce samedi, tôt dans l'après-midi. Une foule d'environ 300 manifestants — dont certains portaient une arme — ont défilé à travers la ville pour dénoncer les poursuites judiciaires contre Dwight Hammond Jr. et son fils Steven, deux ranchers du comté d'Harney. Les deux hommes ont été condamnés pour incendie criminel après que des feux déclenchés sur leur propriété se sont étendus au parc naturel de Malheur. Le fils Hammond, âgé de 46 ans, a alors purgé une peine d'un an de prison, et son père trois mois. Mais un juge a plus tard estimé que leurs peines avaient été trop courtes, et a ordonné qu'on les remette tous deux en prison pour environ quatre ans.

Les avocats des Hammond auraient déclaré que leurs clients avaient accepté cette décision de justice et allaient se rendre aux autorités fédérales ce lundi, afin de commencer à purger leur peine.

Néanmoins, leur cause a été reprise par une coalition hétéroclite de groupes de droite dirigée par Ammon Bundy, le fils d'un rancher du Nevada (Cliven Bundy) qui avait mené une action similaire l'année dernière en s'opposant — arme à la main — au Bureau américain de la gestion des terrains (BLM) en réaction à un procès long de 20 ans concernant des frais de pâturage non réglés.

Suite à la manifestation dans la ville de Burns, le groupe de Bundy a investi les locaux du refuge national de Malheur, située à environ 30 kilomètres au sud-est de la ville. Deux autres frères de la famille Bundy seraient également impliqués dans cette occupation. Le groupe a appelé tous les « patriotes » à les rejoindre dans ce qu'il considère être un combat face à la « tyrannie » du gouvernement fédéral. Ces miliciens ont déclaré vouloir occuper ce bâtiment fédéral isolé pendant « des années » — ou au moins le temps que leurs demandes soient écoutées. Ils désirent notamment que le gouvernement fédéral cède la forêt nationale de Malheur aux ranchers, mineurs et bûcherons de la région, à des fins d'exploitation.

« Nous prévoyons de rester ici pendant des années, bien sûr. Ce n'est pas une décision que nous avons prise à la dernière minute. »

« La meilleure issue possible, c'est que les ranchers qui ont été expulsés de cette zone puissent revenir réclamer leurs terres, alors le parc naturel sera fermé pour toujours et le gouvernement fédéral renoncera à un tel contrôle, » a déclaré Ryan Bundy cité par le journal The Oregonian. « Ce que nous faisons n'est pas de la rebellion. Ce que nous faisons est en accord avec la Constitution. »

Le groupe a déclaré que « 100 personnes » étaient présentes au refuge. Toutefois, lorsque le reporter Jason Wilson du journal The Guardian a visité les lieux ce samedi après-midi, il a indiqué avoir aperçu moins d'une dizaine de véhicules autour du bâtiment. Wilson a par ailleurs déclaré que plusieurs hommes « portaient ouvertement des armes de guerre, » l'un d'eux équipé d'un AR-15 (fusil semi-automatique dérivé du M16 qu'utilisent les soldats américains) lui a refusé l'entrée.

This is as close as I was allowed to get to the armed militia occupying the Malheur Wildlife Refuge HQ. — Jason Wilson (@jason_a_w)January 3, 2016

C'est à cette distance maximum que j'ai eu le droit d'approcher la milice armée qui occupe les bureaux du refuge naturel de Malheur. #burnsoregon

Plus tard dans la journée, la police a établi un cordon de sécurité autour de la zone tout en demandant au public de se tenir à l'écart.

« Un groupe composé de plusieurs services travaille actuellement pour trouver une solution, » a déclaré Dave Ward — shérif du comté d'Harney — dans un communiqué. « À l'heure actuelle, merci de bien vouloir rester loin de cette zone… [et] de maintenir un front uni et pacifique pour nous permettre d'améliorer la situation. »

Dans une vidéo sur la page Facebook du ranch Bundy, Ammon Bundy a déclaré que cette action était une « position ferme » prise contre « la confiscation de la terre et des ressources du peuple. » Au cours de plusieurs entretiens téléphoniques avec le journal The Oregonian, Ammon et Ryan Bundy auraient déclaré être prêts à faire usage de leurs armes si la police essayait de les chasser du refuge naturel.

I talked to Ryan Bundy on the phone again. He said they're willing to kill and be killed if necessary. — Ian Kullgren (@IanKullgren)January 3, 2016

J'ai parlé à Ryan Bundy au téléphone une nouvelle fois. Il a dit qu'ils étaient prêts à tuer et être tués si nécessaire. #OregonUnderAttack

« Ce bâtiment a été l'instrument de toute la tyrannie qui pèse sur les Hammond, » a déclaré Ammon Bundy cité par The Oregonian. « Nous prévoyons de rester ici pendant des années, bien sûr. Ce n'est pas une décision que nous avons prise à la dernière minute. »

Les Hammond, qui soutiennent que les incendies pour lesquels ils ont été condamnés étaient destinés à limiter la progression de plantes invasives, ont refusé de soutenir cette occupation. « Ni Ammon Bundy ni personne dans ce groupe/organisation ne parle pour la famille Hammond, » aurait écrit W. Alan Schroeder — l'un des avocats de cette famille — au shérif local, selon la chaîne de télévision CBS.

L'affaire a beaucoup attiré l'attention sur les réseaux sociaux, partagée grâce au hashtag #OregonUnderAttack. En plus des frères Bundy, d'autres activistes se sont emparés de la cause des Hammond. Peu avant le début de l'occupation ce samedi, une vidéo a été postée sur Internet montrant Jon Ritzheimer, un activiste anti-Islam et membre d'une autre milice, fulminer à propos de l'affaire. Dans cette vidéo, Ritzheimer s'adresse notamment à Dwight Hammond et déclare que les gens doivent « prendre position » et se battre contre les autorités fédérales.

« Dwight, veux-tu mourir en prison avec l'étiquette terroriste que te collent ces oppresseurs ? », demande Ritzheimer. « Ou veux-tu mourir ici, dehors, avec nous, en homme libre ? Moi je veux mourir en homme libre, » ajoute-t-il.

Ce dimanche, des journalistes de The Oregonian ont rapporté que le panneau d'entrée du refuge naturel avait été entièrement recouvert d'un drapeau américain. Des activistes ont également été aperçus en train de surveiller les environs depuis un mirador, au pied duquel des panneaux reprenant des slogans politiques ont été installés.

Suivez Atoosa Moinzadeh sur Twitter : @amoinzadeh