FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

L'organisation État islamique met en scène l'otage John Cantlie à Kobané

Reprenant des codes journalistiques, le groupe terroriste fait du photo-reporter et otage le présentateur d'un sujet présenté comme étant tourné dans cette ville de la frontière turco-syrienne, où s'affrontent militants islamistes et kurdes.
28.10.14
Image via YouTube

Une vidéo publiée lundi montre le photojournaliste anglais John Cantlie, kidnappé en Syrie en 2012 et désormais otage de l'organisation État islamique (EI), faire un reportage depuis Kobané, à la frontière turco-syrienne, théâtre d'affrontements entre les militants de l'EI et les forces kurdes.

Cette vidéo est très soignée, certaines images aériennes de la ville en ruines ont pu être filmées par un drone. C'est la dernière dans laquelle on voit apparaître cet otage, qui dans d'autres vidéos de propagande de l'EI déclarait que l'organisation traitait "bien" ses otages, que les gouvernements britanniques et américains avaient abandonné leurs concitoyens — quatre d'entre eux ont été décapités par les militants de l'EI.

Publicité

Dans cette nouvelle vidéo, d'une durée de cinq minutes, appelée « Inside Ayn Al Islam », le nom donné par l'organisation État islamique à Kobané, John Cantlie affirme qu'il se trouve dans une zone kurde « sécurisée, contrôlée à présent entièrement par l'EI », imitant le style d'un journal télévisé traditionnel.

John Cantlie dit que les combattants ont poussé leurs lignes « loin en avant » dans la ville dont ils contrôlent les secteurs est et sud, malgré les bombardements américains.

« Les médias occidentaux —dont je ne vois aucun de leur journaliste ici à Kobané — disent que l'EI bat en retraite, » dit John Cantlie, d'un ton apparemment détendu, citant de récents reportages et des communiqués occidentaux (le plus récent date du 20 octobre). « Ce bon vieux John Kerry n'a pas l'air de penser que les moudjahidines battent en retraite. Il a dit que Kobané était "un exemple terrible de la réticence des gens à aider ceux qui combattent l'EI". »

VICE News n'a pas pu vérifier si John Cantlie est bien là où il dit se trouver. Les gros plans sur son visage rendent difficile de dire s'il est véritablement à Kobané, filmée en plan large. Il affirme que le drapeau turc est derrière lui, de l'autre côté de la frontière, mais il n'y a aucun signe des forces kurdes.

John Cantlie apparaît en bonne santé dans la vidéo. Mais une enquête récente du New York Times sur les conditions dans lesquelles lui et les autres otages étrangers ont été retenus révèle que les captifs sont souvent enchaînés, affamés, battus et torturés. Notamment des simulations de noyade et de fausses exécutions.

Le photojournaliste britannique est l'un des trois otages occidentaux dont on sait qu'il est retenu par les mêmes militants que ceux qui ont exécuté James Foley, Steven Sotloff, David Haines, et Alan Henning. L'EI retient aussi une humanitaire américaine dont on ne connaît pas l'identité, et Peter Kassig, un humanitaire américain dont ils disent qu'il sera le prochain à être exécuté.

John Cantlie et James Foley ont été capturés ensemble en novembre 2012, alors qu'ils retournaient en Turquie, après avoir fait un reportage sur le conflit en Syrie.

Suivez Alice Speri sur Twitter: @alicesperi