Ottawa va permettre les produits dérivés du cannabis. Voici tous les détails
Drogue

Ottawa va permettre les produits comestibles au cannabis. Voici les détails

Brownies, thés, crèmes capillaires et gélules vaginales : 2019 va accueillir beaucoup de nouveaux produits.

Le gouvernement Trudeau a promis qu’un an après la légalisation du cannabis, les produits dérivés seraient permis. Chose promise, chose due : Ottawa annonce aujourd’hui que de tels produits seront légaux au plus tard le 17 octobre 2019.

Produits comestibles, boissons, crèmes pour le corps, les cheveux, les ongles, extraits de THC, huile à vapotage : le Canada laisserait place à une offre de produits très variés. En fait, tous les produits dérivés de cannabis seront permis, tant qu'ils respectent certaines limites par rapport à la quantité de THC qu'ils contiennent.

Publicité

La proposition réglementaire que fait aujourd’hui Santé Canada n’a pas encore été adoptée. C’est plutôt un plan de match, qui pourrait changer d’ici octobre. On lance une consultation publique en ligne qui s’étend jusqu’au 20 février prochain.

Voici tout ce que l’on sait pour l’instant.

Produits comestibles

On permet une grande sélection de produits comestibles. On pourra s’attendre à voir rapidement des biscuits, brownies et jujubes faire leur entrée sur le marché. Quelques restrictions s’imposent toutefois. Des ingrédients comme le café, le thé et le chocolat pourront être utilisés, tant que chaque emballage n’excède pas 30 mg de caféine.

Il faudra que les produits soient stables à la température ambiante, ce qui exclut d’emblée les produits réfrigérés ou congelés. Le gelato au weed, ce n’est pas pour 2019.

Les produits à base de cannabis qui contiennent du poulet, de la viande ou du poisson (admettant que quelqu’un voudrait manger ça) demeureront interdits, à moins que ces produits n’aient été séchés au préalable.

Les produits ne pourront pas être enrichis de vitamines et de minéraux nutritifs. Ils ne pourront pas non plus contenir d’alcool ou presque : une concentration de 0,5 % sera acceptée, puisqu’on la retrouve naturellement dans certains produits, comme le vinaigre. On ajoute que les produits ne pourront pas être désignés comme « bière » ou « vin », et ne pourront pas porter le nom ni le logo d’une entreprise qui produit des boissons alcooliques.

Publicité

On ajoute que les emballages, les étiquettes et les produits ne pourront pas être attrayants pour les enfants, sans trop préciser de quelle manière. Chaque portion de produit comestible devra être emballée individuellement et contiendra jusqu’à 10 mg de cannabis – VICE rappelle que 10 mg, pour un novice qui n’a jamais consommé d’ edibles auparavant, c’est une dose intense.

Les extraits de cannabis

Les extraits de cannabis destinés à être ingérés, ou encore destinés à un usage nasal, rectal ou vaginal, pourront être vendus sous forme de capsule ou en bouteille de vaporisation. Pour ces produits, la limite sera de 10 mg de THC par unité, et de 1 g de THC par emballage.

L'huile à vapotage sera aussi permise. On dit que les extraits pourront être aromatisés, mais les arômes attirants pour les jeunes, comme ceux des desserts ou des confiseries, ne pourront être représentés sur l’étiquetage ou l’emballage. L’ajout de sucre ou d’édulcorant sera également interdit.

Les extraits de cannabis à base d’alcool, comme les teintures, seront permis, mais ne pourront pas se vendre en un format excédant 7,5 g, peu importe la concentration en THC du produit.

Pour ce qui est du hasch et du shatter, ils seront eux aussi permis. Mais comme les autres produits ingérés, ils devront respecter les limites de 10 mg de THC par unité et de 1 g de THC par emballage.

Produits à usage topique

Les produits pour le corps, pour les cheveux et pour les ongles seront les bienvenus.

La limite sera de 1 g de THC par pot. Les produits pour les yeux (comme les gouttes) seront interdits, de même que les produits pour la peau endommagée ou éraflée. Pas de Polysporin au cannabis en vue, donc.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

T’aimes-tu ça?

Ça te plaît? Ça te plaît pas? Tu peux toujours te plaindre dans les commentaires Facebook, mais sinon, tu peux le dire directement au gouvernement ici.

Justine de l'Église est sur Twitter.