©Patrick Desjardins

Il y a 25 ans, la guerre civile dans les rues de Rennes

Le 4 février 1994, la préfecture de Bretagne a vu débouler 5 000 marins pêcheurs fous de rage en raison de la chute des cours du poisson et la hausse du gasoil. Cette journée de manifestations est décrite comme la plus violente depuis Mai 68.

|
04 février 2019, 8:30am

©Patrick Desjardins

Il fait à peine jour à Rennes ce 5 février 1994 au matin. Ils sont pourtant des centaines à venir se masser, en silence, devant le Parlement de Bretagne encore fumant. Beaucoup n’ont pas dormi. La veille au soir, un incendie s’est déclenché sous la charpente de l’imposant édifice. Attisé par des vents d’ouest, le feu s’est propagé en dix minutes, ravageant 60 % d’un des plus anciens monuments de la ville. « Il serait tombé une bombe sur le Parlement ça nous aurait fait le même effet », racontera Renaud Van Ruymbeke, à l’époque juge d’instruction à Rennes. Pour venir à bout du sinistre, les 220 pompiers mobilisés ont bataillé pendant plus de quatre heures, après avoir pompé l’eau de la Vilaine. Dans la foule, on se console comme on peut, en se disant par exemple que le feu aurait pu se propager aux immeubles voisins. Mais pas de quoi faire passer ce sentiment d’immense gueule de bois collective. À l’émotion succède la colère. Car la vision d’un Parlement sans toit marque avant tout l’épilogue d’une journée de manifestations souvent décrite comme la plus violente après Mai 68.

Le vendredi 4 février s’annonce pourtant comme un grand jour pour la Bretagne. Le Premier ministre Edouard Balladur et le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua rendent visite au nouveau préfet. La réunion doit déboucher sur la signature du contrat de plan Etat-Région, avec à clé la construction d’une ligne à grande vitesse Le Mans-Rennes. Hasard du calendrier, la date a également été cochée par des leaders de la contestation des marins pêcheurs, soucieux de se faire entendre au-delà de la criée du Guilvinec. Le secteur est en crise, plombé par l’ouverture à la concurrence européenne. La profession plonge la tête la première dans la précarité face à la chute des cours du poisson et la hausse du gasoil. En 1993, des mesures gouvernementales ont été prises, sans réussir à calmer l’irritation ambiante. En lieu et place des syndicats, des comités de survie se sont montés dans plusieurs ports du sud Finistère. Plusieurs opérations coups de poing contre les importations sauvages ont été menées dans la foulée.

1549280000426-SIPA_00243728_000004-2
©Ouest France / SIPA

C’est dans ce contexte aussi tendu qu’un filet de chalutier qu’une vingtaine de cars est réquisitionnée au départ de Pont-l’Abbé le mercredi 2 février, à la tombée de la nuit. Direction la région parisienne et Rungis. À bord, plus d’un millier de pêcheurs qui ne sont pas venus pour discuter de la cuisson de la daurade. Sur le chemin du retour, lors d’un contrôle à un péage, les gendarmes saisiront des dizaines de kilos de boulons d’acier, des manches de pioches, des frondes, des nerfs de bœufs, des fléaux japonais et autres chaines de tronçonneuse. En attendant, le convoi fond sur le marché de Rungis. Prévenues, les forces de l’ordre ne peuvent cependant empêcher les plus déterminés de pénétrer dans la halle du marché. Les étals valdinguent.

« L’un d’eux passera la nuit à l‘hôpital, le crâne fracassé par un CRS devant les caméras. »

Ça bastonne dur pendant plus de deux heures avant que les pêcheurs ne soient chassés au petit matin. L’un d’eux passera la nuit à l‘hôpital, le crâne fracassé par un CRS devant les caméras. Le convoi se dirige ensuite vers Boulogne-sur-Mer, premier port de pêche français. Cette fois-ci repoussés, les marins rebroussent chemin. En rentrant, ils multiplient les haltes et les expéditions punitives. Dans les Yvelines et dans l’Eure, plusieurs grandes surfaces voient leurs rayons poissonnerie et surgelés saccagés. Ces premières 24 heures annoncent la couleur et mettent la pression sur Édouard Balladur, dont la Peugeot 605 ministérielle est attendue en bas de la préfecture rennaise le lendemain matin.

Prévue depuis trois semaines, cette visite ne peut être annulée. Agacé par cet avant goût salé, Charles Pasqua a de son côté passé un savon aux principaux directeurs de la sécurité publique. Tant et si bien que le 4 février au matin, tous les sites classés à risque sont quadrillés par un imposant dispositif de policiers et de gendarmes.

1548778971056-Scan-Parlement-72-Manif-Parl-Photo-Patrick-Desjardins-c
©Patrick Desjardins

Seuls les représentants du comité de survie sont autorisés à pénétrer dans la préfecture, vers 10h15, pour rencontrer le ministre de la Pêche. Dehors, les premiers de cordée de Rungis viennent d’être rejoints par des collègues venus de tout le Grand Ouest et même du Pays basque. Ils sont près de 5 000 à converger vers la rue Gambetta. À une centaine de mètres de la préfecture, un épais cordon de CRS les bloque. « C’était la première année de mon bateau, il fallait aller montrer les dents », se souvient Anthony, 48 ans, patron pêcheur à la Turballe [commune de Loire-Atlantique, ndlr]. Les amuse-gueules à base d’œufs et de farine sont de courte durée. « C’est vite parti en couilles, ajoute le quadragénaire. Il y avait de la fatigue chez ceux qui revenaient de Rungis. J’ai essayé de retenir les gars mais un marin de l’époque bien énervé, c’était difficile à arrêter. »

N’ayant plus rien à perdre, sans service d’ordre contrairement aux syndicats agricoles, les pêcheurs laissent éclater leur rage pendant près de six heures. Ils font face à 500 CRS selon les rapports internes, plus de 1 000 selon la presse. À l’époque, on est encore loin de la militarisation de la profession constatée aujourd’hui. Dans les rangs des forces de l'ordre, pas de lanceur de balles de défense ni de flash-ball, jugés inadaptés au maintien de l’ordre. Les fonctionnaires répliquent essentiellement par des tirs continus de grenades lacrymogènes et explosives. Depuis 1992, des jambières de protection sont venues compléter leur équipement. En cette folle journée, elles ont autant d’utilité que des protège-tibias face à un tacle de Roy Keane.

« C’est la première fois que les forces de l’ordre étaient visées par un moyen à capacité létale dans le cadre d’un conflit social » – Commissaire François Andro

Equipés comme jamais, les marins, eux, ont ramené des baluchons de fusées lance-amarres et de fusées de détresse à parachute. D'une portée de 400 mètres, et d'une vitesse de 200 m/s, dotées d’une cartouche éclairante dégageant une chaleur de 1000 degrés, celles-ci ont une capacité de nuisance proche d’une arme à feu selon les spécialistes. « Exception faite des viticulteurs de Montredon en 1976, c’est la première fois que les forces de l’ordre étaient visées par un moyen à capacité létale dans le cadre d’un conflit social », éclaire dans son livre le commissaire François Andro, qui dirigeait les CRS ce jour-là. Selon lui, un millier de ce type de fusées sont tirées le 4 février. En retour, plus de 3 000 grenades lacrymogènes plonge le centre-ville dans un brouillard étouffant – comme le renseigne François Andro dans son livre Le véritable déroulement de la journée du 4 février 1994 à Rennes.

Images de guerre civile en plein cœur de Rennes. Balai des ambulances en continu. On y embarque les blessés deux par deux, policiers et manifestants souvent le même véhicule. 72 victimes dont 27 policiers sont admises au CHU. Parmi eux, sept sont opérés en urgence. Des amputations sont évitées de justesse. Un fonctionnaire a par exemple la jambe traversée de part en part par une barre de fer. Le professeur Husson, chef du service de chirurgie orthopédique, évoquera dans son rapport « des fractures des membres avec multiples fragments osseux, dilacération de la peau et des muscles, qui s’apparentent aux plaies de guerre les plus sévères. » Côté manifestant, un homme a la main arrachée après avoir tenté de relancer une grenade lacrymogène. Des passants sont également touchés, dont deux grièvement. Au-delà de l’intensité des violences, les observateurs relèvent que beaucoup de pêcheurs n’ont pas lésiné sur la boisson avant l’affrontement.

1549280057743-Manif-des-Pecheurs-CRS1-1994-Photo-Patrick-Desjardins-c-1-1
©Patrick Desjardins

« Un homme parvient ensuite à s’emparer d’un bus de la ville et remonte la rue Edith Cavell en direction du barrage de CRS. Son embardée est stoppée par un tir tendu de grenade lacrymogène. »

En début d’après-midi, l’annonce de nouvelles mesures gouvernementales par les représentants des pêcheurs sortant de la préfecture ne parvient pas à tempérer la fureur. « L‘appel au calme c’est pisser dans violon » confiera 20 ans plus tard André Le Berre, vice président du comité de survie. Vers 15 heures, le très sage maire socialiste de Rennes Edmond Hervé doit montrer les poings pour éviter de se faire lyncher par des manifestants. Il est défendu par des pêcheurs et trouve finalement refuge dans l’hôtel de ville. Un homme parvient ensuite à s’emparer d’un bus de la ville et remonte la rue Edith Cavell en direction du barrage de CRS. Son embardée est stoppée par un tir tendu de grenade lacrymogène. Les pêcheurs finissent par rejoindre la gare et remonter dans les cars peu après 16 h, après que leurs leaders ont obtenu la libération d’une poignée de camarades retenus à l’hôtel de police après le raid de la veille.

D’autres individus prennent alors le relais et harcèlent les forces de l’ordre jusqu’à la tombée de la nuit. Alors que la ville et les blessés pansent leurs plaies, des flammes commencent à sortir du parlement vers 00h30. Une fusée de détresse, venue se loger sous les ardoises au cours de l’après-midi, s’est consumée lentement avant d’enflammer la laine de verre. « Je l’avais vu partir et retomber dedans mais c’était pas fait exprès » assure Anthony, le patron-pêcheur de la Turballe. Victime collatérale, le parlement incendié vient finalement confirmer un vieux dicton local : À Rennes, rien ne prend sauf le feu.

VICE France est aussi sur Twitter , Instagram , Facebook et sur Flipboard.

Plus de VICE
Chaînes de VICE