Publicité
Tech by VICE

Un glacier en prise de masse n'est pas une bonne nouvelle pour le climat

Porté par un rafraîchissement de la température océanique, le glacier Jakobshavn du Groenland gagne en glace depuis deux ans. Cela ne veut malheureusement pas dire que la planète va mieux.

par Sarah Emerson
01 Avril 2019, 6:30am

Le glacier Jakobshavn en plein vêlage. Image : NASA/GSFC/Jefferson Beck

L'un des plus fameux glaciers du Groenland a repris sa croissance après deux décennies de fonte. C'est mauvais signe, disent les experts. Le monstre de glace est toujours aussi menaçant pour notre climat.

Le glacier Jakobshavn, également connu sous le nom d'Ilulissat, fond et se déplace plus vite que tout autre glacier du Groenland, estime la NASA. Deux décennies de perte de masse l'ont transformé en « bombe à retardement » du changement climatique : liquéfiée par la hausse des températures, la glace du Jakobshavn pourrait en effet participer d'une montée des eaux catastrophique. À première vue, une récente étude de la NASA annonçant la croissance du glacier était donc une bonne nouvelle.

Une équipe de chercheurs dirigée par le projet Oceans Melting Greenland (OMG) de la NASA a publié ses résultats lundi 25 mars dans Nature Geoscience. Jakobshavn, le plus grand glacier du Groenland avec 110 000 kilomètres carrés, se déplaçait d'environ trois kilomètres et perdait quelques 40 mètres de glace par an jusqu'en 2012. Mais depuis deux ans, certaines de ses zones se sont mises à grandir à un rythme comparable.

John Willis, le directeur du projet OMG, a déclaré à National Geographic : « L'idée habituelle, c'est que les glaciers qui entrent en récession n'en sortent jamais. Nous avons découvert que cette idée est fausse. »

La croissance du Jakobshavn est telle qu'elle peut être décrite comme une « annulation » de sa retraite. Les chercheurs attribuent cette inversion à l'arrivée d'eau plus froide dans la baie de Disko, la réserve qui alimente le fjord glacé d'Ilulissat, lieu de résidence du glacier.

Ces dernières années, les cycles océaniques naturels ont fait baisser la température de certaines profondeurs du fjord glacé d'Ilulissat de 3,6 degrés Celsius sous les normales. Cependant, comme le rappellent les auteurs de l'étude, ces eaux vont nécessairement se réchauffer. L'apparente « bonne santé » du glacier ne doit pas être perçue comme un signe positif dans la lutte contre le réchauffement climatique. En fait, les conclusions des scientifiques de la NASA indiquent que les changement de température océanique ont encore plus d'influence sur la fonte (et la croissance) des glaciers que prévu.

« À long terme, nous aurons sans doute à revoir à la hausse nos prévisions pour la montée des eaux » a déclaré Willis à NBC News.

Une étude publiée dans Nature l'année dernière indiquait déjà que les glaces du Groenland étaient terriblement sensibles à la hausse des températures.

Il est important de rappeler que la fonte des glaces au Groenland ne va pas s'arrêter — et que le comportement du Jakobshavn ne peut être attendu des centaines d'autres glaciers de l'île.

Les glaces du Groenland sont les principales contributrices à la montée des eaux. Chaque année, elles perdent 270 milliards de tonnes de glace, principalement à cause du réchauffement climatique. Cette fonte a fait grimper le niveau des eaux de 7,5 millimètres entre 1992 et 2011. En clair, le Groenland a tout à fait les moyens de submerger le Sud de Manhattan.

Cet article est paru sur Motherboard US.

Motherboard est aussi sur Facebook, Twitter et Flipboard.