Sports

Ben Arfa n'est pas le seul à faire des erreurs de comm'

La vidéo postée par Hatem Ben Arfa dimanche s'inscrit dans une longue lignée footballistique de prises de paroles inconsidérées et de punchlines mal maîtrisées.
27.3.17

Hatem Ben Arfa est toujours aussi déroutant. Malheureusement, cette saison, il ne l'a pas prouvé par ses dribbles et ses changements de direction fulgurants, mais bien par ses choix de communication, illustrés par cette vidéo de deux minutes postée dimanche par l'attaquant parisien sur les réseaux sociaux. 120 secondes d'escalade vers l'apogée du malaise, entre flous/nets bien sentis et musique guimauve pour réclamer en mondovision un peu de temps de jeu à Unai Emery.

Publicité

«J'ai décidé de m'exprimer pour la première fois sur ma situation au PSG sans filtre et sans tabou» Hatem.— Hatem BEN ARFA (@HatemBENARFAn)26 mars 2017

Qu'on puisse se marrer en regardant ce sabordage en règle est légitime. Mais les amateurs de beau jeu alléchés par les performances de HBA sous le maillot niçois la saison dernière ne peuvent s'empêcher de rire jaune, tant Hatem Ben Arfa reste un joueur attachant et surtout excitant. Alors relativisons ce dérapage incontrôlé en nous replongeant dans les limbes des erreurs de comm' les plus pétées des footeux lors de ces dernières années. Histoire de constater que l'international français n'est pas le seul à s'être tiré une rafale de kalachnikov à bout portant dans le pied. Et surtout que certains de ses glorieux aînés, eux, s'en sont relevés.

La plus abusée : Quand Raymond Domenech demande en mariage Estelle Denis

Voilà de quoi rassurer Hatem Ben Arfa. Quand, au terme d'une dernière défaite contre l'Italie qui conclut la Berezina des Bleus à l'Euro 2008, Raymond Domenech prend la parole, le sélectionneur français adopte la tactique de la diversion. Plutôt que de réagir à la piètre performance de ses troupes et à la question du journaliste qui évoque sa possible démission, l'ancien défenseur gratifie les téléspectateurs médusés d'un sourire espiègle et d'une regard caméra enamouré : « J'ai juste une chose à dire c'est que j'ai fermé la parenthèse. Je n'ai qu'un seul projet, c'est d'épouser Estelle. Donc c'est aujourd'hui que je lui demande vraiment. Je sais que c'est difficile mais c'est dans ces moments-là qu'on a besoin de tout le monde et moi j'ai besoin d'elle. » Le genre de sortie qui a valu un torrent d'insultes, de moqueries et d'indignation à Raymond, qui est pourtant toujours debout, toujours vivant, et a même parachevé son oeuvre à la tête des Bleus avec le fiasco de Knysna.

La plus surréaliste : Quand Evra clashe Rolland Tournevis et Michel Fernandel

En octobre 2013, Patrice Evra se lâche sur Telefoot et fait usage de sa licence poétique pour régler ses comptes avec les consultants foot des principaux médias qui le critiquaient à l'époque. Résultat des courses, 17 minutes d'entretien surréaliste, où l'arrière-gauche s'en prend à Luis Fernandez, rebaptisé Michel Fernandel : « Quand on lui a donné les clés du PSG, à part sucer des Chupa Chups et danser la Macarena, je ne sais pas ce qu'il a fait. »

Même tarif pour Rolland Courbis aka Rolland Tournevis, Pierre Menès, soupçonné de ne pas savoir aligner huit jongles d'affilée ou Bixente Lizarazu,tous qualifiés de « parasites » et de « clochards ». Des déclarations autrement plus offensives que celles de Ben Arfa, qui ne cite jamais Unai Emery. Pourtant, Patrice Evra a fait plus que survivre à cette sorte médiatique, puisqu'il était le capitaine des Bleus lors de l'Euro 2016 et qu'il bénéficie même d'une image sympathique auprès du grand public depuis l'été dernier.

La plus ridicule : Quand Poko se fait défoncer par les supporters bordelais

André Poko a réussi un exploit. Poster une photo de lui en train de fumer la chicha sans provoquer de polémique à ce sujet. Manque de bol, s'il est passé entre les gouttes à ce sujet-là, c'est qu'il a foutu un boxon monstre en s'affichant avec un maillot de l'OM. Le genre de tenue vestimentaire qui déplaît aux supporters girondins, qui n'ont pas manqué de pourrir le défenseur gabonais, parti jouer en Turquie depuis.

André Poko, à été aperçu sur les réseaux sociaux portant le maillot de l'OM ! — Bordelais Toujours (@Bordelais_Tjrs)15 mai 2016

La plus marquante : Quand Aurier fait imploser le PSG

En terme de communication mal maîtrisée, Hatem Ben Arfa a encore beaucoup à apprendre de Serge Aurier, maître en la matière. Après avoir insulté l'arbitre du Chelsea PSG lors de la saison 2014-2015, le latéral parisien affole les compteurs de Périscope un soir de février 2016 dans une vidéo où il dit que Sirigu est « guez » et traite Laurent Blanc de « fiotte ». Un dérapage qui déstabilise complètement le PSG, impressionnant à ce moment, qui va vite décliner jusqu'à l'élimination face à Manchester City en Ligue des Champions… à laquelle a participé Serge Aurier. Le défenseur ivoirien a été sanctionné très légèrement, puisqu'il a simplement été relégué dans l'effectif de CFA pendant un mois.

La plus débile : Quand un joueur ghanéen se grille tout seul

S'il a peut-être mis sa carrière en danger avec sa vidéo, Hatem Ben Arfa a au moins préservé sa vie privée, à l'inverse de Mohamed Anas, joueur ghanéen des Free State Stars en Afrique du Sud. Elu homme du match au terme d'une rencontre de championnat, le héros du jour a estomaqué tout le monde en dédiant cette récompense à sa femme et à sa petite amie.