musique

Ronald Reagan est la meilleure chose qui soit arrivée au punk rock

Pour monter un groupe dans les années 1980, il suffisait de deux accords et d'un dessin de Reagan avec une moustache hitlérienne.

par Tony Rettman; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
29 Mars 2016, 5:00am

Si vous étiez punk aux États-Unis à l'aube des années 1980, vous aviez sans doute une longue liste d'ennemis : les hippies, les gens sportifs, vos parents – et plus généralement, toute personne insuffisamment remontée contre le concept même d'existence. Mais cette rage n'était pas vraiment axée sur quelque chose ou quelqu'un en particulier ; elle était plutôt comme un missile à la recherche d'un corps chaud. Puis, le 20 janvier 1981, les punks ont trouvé un adversaire de taille en la personne de Ronald Reagan, ancien gouverneur de Californie et acteur, mais surtout véritable caricature du conservateur des années 1950. Pendant une décennie, sa rhétorique et ses idées de droite ont nourri la haine et le mépris de la scène punk hardcore américaine.

Difficile de savoir exactement ce qu'a fait Reagan pour être à ce point détesté. Peut-être était-ce sa façon d'entuber les pauvres, de s'en prendre aux militants de gauche, ou tout simplement l'hypocrisie de son image publique (et celle de sa femme antiféministe et antidrogue), qui le faisait passer pour l'incarnation du « rêve américain ». Mais quelle que soit la cause, il ne fallut pas longtemps avant que les hymnes anti-Reagan deviennent un sous-genre à part entière.

DOA, les pionniers du punk canadien, ont ouvert la danse avec « Fucked Up Ronnie », sorti sur l'EP Positively DOA en 1981. Puis ont suivi « Hey Ronnie » de Government Issue, « Reaganomics » des D.R.I, et « If Reagan Played Disco » des Minutemen. Nancy n'a pas été épargnée puisqu'elle a également fait l'objet de titres hargneux comme « I'm in love with Nancy Reagan » des TMA.

Si ce dernier morceau – qui parlait de baiser la première dame – était de toute évidence hilarant, d'autres groupes ont développé une conscience plus explicitement politique. Jello Biafra et les Dead Kennedys n'ont pas hésité à tailler des costards à Reagan, le traitant de belliciste fasciste et pire encore. (Le groupe était en tête d'affiche d es concerts Rock Against Reagan en 1984). Et n'oublions pas MaximumrocknRoll, le fanzine de San Francisco, qui comptait Biafra dans l'ours de ces premiers numéros. Lancé en 1982, MRR proposait des articles aux sujets intemporels dont « Propagande Punk : Protestation ou Prosélytisme » ou encore « Introduction aux théoriciens situationnistes ». À l'époque, pas besoin d'avoir un diplôme universitaire pour appeler à la réduction des impôts et au renversement du gouvernement ; ou pour traiter le président de trou du cul. Les punks remettaient toujours en question l'autorité – surtout quand elle avait une telle prestance une fois affublée d'une moustache hitlérienne, de cornes de diable sur la tête et d'une croix gammée sur la manche.

Mais après que Reagan a remporté son second mandat, en 1984, toute cette agitation a connu une accalmie ; peut-être que les punks avaient réalisé que la colère ne suffirait pas à le chasser de la Maison Blanche – ou peut-être qu'ils n'avaient plus d'inspiration, tout simplement. Même les Wasted Youth de Los Angeles, dont le premier LP sorti en 1981 s'intitulait Reagan's In, enregistraient désormais des morceaux drôles mais insouciants, comme le titre Get Out of My Yard! Sur Bedtime for Democracy, le dernier LP des Dead Kennedys de 1986, Biafra a continué ses habituelles diatribes anti-Reagan avec des chansons comme « Rambozo the clown » et « Gone with My Wind », qui pour beaucoup semblaient tourner en rond. La conscience sociale du hardcore s'est un peu dissipée à la fin des années 1980, quand la culture straight edge a pointé le bout de son nez.

Si la haine des punks envers Reagan semble désormais un peu datée, ces groupes ont donné une nouvelle vie à la chanson de protestation – qui, au cours des années 1980, avait pris la forme de refrains barbants comme ceux de « Land of Confusion » de Genesis et « Beds are Burning » de Midnight Oil. Reagan a donc laissé derrière lui un héritage assez merdique – mais comment peut-on haïr un mec qui a inspiré des titres comme « Reagan Youth » des Reagan Youth, « White House » des Sector 4, ou encore « Hinkley Had a Vision » des Crucifucks ?

À l'approche des présidentielles de 2016 , il vaut mieux se pencher sur tout cela dans le but de trouver un côté positif à la potentielle présidence de Donald Trump. OK, c'est un menteur, un raciste, et sa peau est orange – mais pourrait-il entraîner une révolution de punk rock semblable à celle des années 1980 ? Dans l'Amérique de Trump, vous pourriez bien être obligé d'enterrer votre collection de vinyles Dangerhouse dans le jardin de votre tante, comme vous le faisiez gamin avec votre porno. Mais ce qui est sûr, c'est que de grandes chansons pourraient voir le jour pendant ces quatre années qui seraient terribles pour le pays. En tout cas, je vais déposer des droits d'auteurs pour les noms de groupes Trump Youth, Trump SS et Millions of Dead Trumps.