FYI.

This story is over 5 years old.

Sport

Surprise : les mairies FN n'aiment pas (non plus) le foot

L'équipe de foot multiculturelle de Mantes-la-Ville refuse de « se laisse humilier sans rien dire ».
17.4.15

Après les centres socio-culturels, les salles de prières et plusieurs représentants de la Ligue des droits de l'homme, les clubs de football seraient-ils devenus la nouvelle cible des mairies FN ? Après le FC Mantois de Mantes-la-Ville, dans les Yvelines, qui va voir ses subventions pour la saison prochaine passer de 60 450 euros à 15 112 – soit une amputation à hauteur de 75 % –, c'est à Beaucaire, dans le Gard, que le Stade Beaucairois verra ses subventions réduites d'un tiers dès la saison prochaine. Le club de la ville disposera en effet de 40 000 euros en moins dans un budget actuellement estimé à 130 000 euros. Ces mesures mettent l'avenir des deux clubs en question.

Si le FC Mantois, club de CFA, dispose d'un budget un peu plus conséquent de 650 000 euros, qui se base en partie sur une alliance intercommunale où Mantes-la-Jolie et Buchelay apportent des subventions respectives de 100 000 et 14 000 euros par ans, le club risque tout de même « une rétrogradation administrative » en Division d'honneur la saison prochaine, selon l'entraineur Robert Mendy, si jamais le budget était inférieur aux sommes escomptées. Pour le club du Gard, qui évolue en DH régionale, la décision est beaucoup plus dure à encaisser, et pourrait signifier la fin pure et simple du Stade Beaucairois selon son président, Georges Cornillon. Dans un article du Monde, celui-ci a déclaré : « Il est possible que toute la direction du club choisisse de démissionner collectivement à partir de la saison prochaine. Et ensuite, j'ai bien peur que personne ne veuille reprendre le club… »

Derrière la restriction, Georges Cornillon voit une mesure discriminatoire à tendance raciste : « Notre club compte 384 licenciés. Et parmi eux, une majorité de Maghrébins, alors vous comprenez… » On retrouve le même son de cloche au FC Mantois. Selon Robert Mendy, dans une déclaration au Monde, cette mesure serait une attaque contre la diversité du club : « Notre club est multiculturel, mais selon les témoignages, certains membres du conseil municipal auraient parlé de nous comme d'un "club communautaire". Nous vivons une situation de discrimination, parce que la population de notre club n'est pas à l'image de ceux qui dirigent Mantes-la-Ville. » Avant d'ajouter : « Nous n'allons pas nous laisser humilier sans rien dire ! »

À Beaucaire, le maire FN Julien Sanchez, proche de Jean-Marie le Pen, justifie cette décision par un souci d'équilibre entre les différentes associations sportives : « la somme était démesurée. Le club d'aviron de la ville, deuxième association qui touche le plus d'argent, ne dispose que de 28 000 euros par an. » Du coté de Mantes-la-Ville, on évoque un club « mal géré sur le plan financier » et des travaux de restauration du stade qui force la mairie à baisser sa subvention.

Pour lutter contre ces suppressions, le FC Mantois qui compte près de 1000 licenciés, a déjà lancé un appel au don sur Leetchi. Aussi, un rassemblement républicain s'est tenu samedi 11 avril à la mi-temps du match contre l'équipe réserve du PSG. Du côté du Gard, une réunion doit se tenir aujourd'hui pour décider de la marche à suivre.