Publicité
drogue

On a analysé la cocaïne merdique de la haute société

Tous les ans, des bourgeois endimanchés se pressent à la Melbourne Cup – et ils sniffent visiblement autant de talc que les classes inférieures.

par David Allegretti
08 Novembre 2016, 6:00am

Toutes les photos sont de l'auteur

Tous les ans, la Melbourne Cup accueille la Flemington Racecourse, où se ruent des personnes affublées de costumes et de chapeaux ridicules et qui estiment faire partie de la haute société. Et comme tous les bourges endimanchés, ils prennent de la cocaïne lors des grandes occasions – même si prendre de la cocaïne en Australie se résume souvent à sniffer un mélange de talc coupé avec du verre.

Du moins, c'est ce que je pensais. Le truc, c'est que tous les Australiens consommateurs de cocaïne supposent d'entrée que leur produit est merdique – ce qui ne les empêche absolument pas d'en prendre. Désireux de savoir à quel point la cocaïne australienne était nulle, je me suis doté d'un kit destiné à évaluer la pureté de cette drogue. Je me suis ensuite arrangé pour discuter avec un vaste échantillon de personnes, ce qui m'a donc poussé à me rendre à cette course hippique infernale.

Sans surprise, cet endroit est étrange. On y voit tas de gens s'énerver contre des animaux qui courent plus vite que d'autres animaux. Tous les gens sont énervés, et hurlent très fort pour le montrer.

Ce premier échantillon de coke n'était même pas reconnu par le kit.

J'ai sorti mon premier kit et ai commencé à chercher des amateurs de cocaïne autour de moi. Ces kits sont très simples d'utilisation : il suffit de déposer une pointe de cocaïne dans une solution liquide, de secouer le tout et d'attendre que le liquide change de couleur. Un tableau fourni avec le kit permet ensuite d'évaluer la pureté de la coke : plus le mélange est foncé, plus sa qualité est élevée.

Mon premier testeur s'appelait Jackson, 24 ans et originaire de la Gold Coast. Malheureusement pour lui, son sachet semblait uniquement constitué de poudre acidulée. J'ai eu beau mélanger comme je le pouvais, la solution demeurait incolore. Jackson a insisté pour que nous testions celle de son pote, qui selon lui était bien meilleure.

VICE : C'est vrai que celle-ci est de meilleure qualité. Ça te fait plaisir ?
Jackson
: On peut dire ça, oui. Ça s'est ressenti le premier jour, mais au bout de quelques jours, j'ai eu l'impression que mon nez allait se désintégrer. Ce truc va nous tuer.

Tu t'attendais à ce qu'elle soit d'aussi bonne qualité ?
En réalité, je ne m'attendais pas à ce que le mélange devienne aussi foncé. Mais c'est vrai que cette coke a bien fait son job, disons.

Pourquoi prends-tu de la cocaïne pour assister à une course hippique ?
C'est vrai que ça ne sert pas à grand-chose. J'ai dû dormir quatre heures depuis samedi – c'est juste histoire de me tenir éveillé.

Quatre heures de sommeil depuis samedi ? Putain mec, on est mardi après-midi.
Ouais, c'était un gros week-end.

Je n'ai pas mis longtemps à trouver un autre gars qui a accepté de lâcher un peu de sa came pour la tester. J'ai trouvé un autre kit qui me permettait de savoir avec quoi la cocaïne elle était coupée. Brian, 27 ans, était ravi de se prêter à l'expérience – moins quand il a appris qu'il avait sniffé de l'éphédrine.


La 4G de Brian nous a permis d'apprendre que l'éphédrine est un composant analogue à la méthamphétamine. Les gens l'utilisent pour à peu près tout et n'importe quoi – que ce soit pour perdre du poids ou traiter la narcolepsie. En Australie, elle permet de soigner certaines maladies et est uniquement disponible sur ordonnance.

Comme n'importe quel autre jour à Melbourne, le vent s'est levé et la pluie s'est mise à tomber, avant de s'arrêter quelques minutes plus tard. J'ai profité de cette accalmie pour me mettre en quête d'un nouveau testeur, que j'ai trouvé en la personne de Gill, 25 ans.

Salut Gill. Es-tu content de constater la qualité de ta coke ?
Oui je suis vraiment content, et je m'attendais à ce qu'elle soit d'aussi bonne qualité.

Où l'as-tu trouvée ?
Grâce à un pote. Je lui fais vraiment confiance pour ce genre de trucs, sachant que j'ai eu l'occasion de vivre avec lui.

Par rapport aux autres cocaïnes que tu as testées, tu lui mettrais combien sur 10 ?
Je dirais 6/10. Je suis allé en Amérique du Sud.

Combien coûte une coke de cette qualité en Amérique du Sud ?
En Bolivie, je peux avoir trois grammes de cette qualité pour 20 dollars – alors qu'ici il faut débourser au moins 300 dollars par gramme. Ça craint, mais c'est comme ça.

Après avoir convenu que sa cocaïne était plutôt bonne, nous avons cherché à voir avec quoi elle avait été coupée. Elle contenait également de l'éphédrine – quoique le résultat était légèrement plus foncé et laissait penser qu'il y avait d'autres substances, comme de l'aspirine ou du paracétamol.

Quand le soleil est revenu, j'ai cherché à tirer profit de la situation en demandant à plusieurs personnes de participer à ma petite expérience scientifique. Étonnamment, la plupart d'entre elles se sont avérées méfiantes, et certaines se sont même énervées.

J'ai finalement réussi à trouver un amateur de cocaïne enclin à participer. On allait procéder au test quand un inconnu m'a tapé sur l'épaule en me glissant : « Mec, y'a les flics ! »

Nous avons agi de la manière la plus nonchalante possible lorsqu'ils sont passés.

Sam, 32 ans, a un peu flippé quand la police s'est ramenée. Nous nous sommes donc retirés dans un coin plus tranquille – les toilettes. Sa cocaïne était de qualité moyenne.

Regarde Sam, ça pourrait être pire.
C'est vrai, tu as raison ! Bon, il faut que je te laisse, je dois aller voir la course – on arrête l'interview et je te file une trace, ça te convient ?

Après cette drôle d'interaction, j'ai repris ma quête. Ce gars n'avait pas de cocaïne, mais il a jugé bon de montrer comment boire une bière dans un portefeuille. C'était assez cool.

J'étais à la recherche d'un briquet quand je suis tombé sur Rachael, 39 ans. Après une brève discussion, elle m'a laissé tester sa coke pour savoir ce qu'elle contenait vraiment.

Le résultat est d'un vert intense. D'après le tableau, c'est du lévamisole.
C'est quoi ce truc ?

À en croire Wikipédia, ça stimule le système immunitaire et on l'utilise dans les traitements pour la chimiothérapie et pour traiter les animaux contre les vers. Il est souvent utilisé pour couper la cocaïne, donc tu n'as pas à t'inquiéter.
Cool.

Notre entretien a été écourté quand tout le monde a commencé à applaudir et à se rendre compte que la course était en train de commencer. J'ignore qui a gagné, et j'avoue que c'est le cadet de mes soucis. J'étais content de voir des gens heureux, et j'ai même retrouvé foi dans la coke australienne.

David est sur Twitter.