FYI.

This story is over 5 years old.

Stuff

Vive La Bourgogne Libre !

08 juin 2011, 2:03pm

Mon pote Germain est une espèce de jeune-vieux doublé d’un féodaliste anti-Capétiens. À 26 ans, il est une sorte de Max Gallo de l'histoire de la Bourgogne et a fondé le premier mouvement indépendantiste bourguignon. Un mouvement qu’il développe depuis quatre ans sur son blog, et qui aspire à rassembler les Bourguignons autour des valeurs traditionnelles de leur pays comme la moutarde, le vin, le sexe et la sculpture. À part ça Germain est un type à peu près normal ; il est étudiant à Paris, il ressemble au personnage de Prezbo dans The Wire et il entretient une curieuse amitié avec les clodos de Montmartre (je le soupçonne de les payer pour qu’ils viennent le saluer quand il passe et pour qu'ils l’appelle le « Duc de la butte »). Il y a quelques jours, Germain m’a payé des bières, une pizza, et du vin. Il m’a parlé du marquis de Sade, de « ces esclaves de Français », de « ces connards d’américains » et de son désir de prendre la tête du gouvernement belge.

VICE : Qu'est-ce que tu fais de ta vie, à part détester les français ?

Germain Arfeux : Je suis le disciple de Charles le Téméraire. Je suis un ancien étudiant en Sciences politiques, natif de Bourgogne et j’essaie modestement avec mon blog de reprendre le flambeau que Charles le Téméraire a abandonné.

Qui est Charles le Téméraire, au fait ?

C’est pour moi celui qui incarne le mieux toutes les valeurs de la Bourgogne. C’est un type issu de la plus grande noblesse, doué d’un panache absolument inimitable, courageux, brave, qui a le goût du faste et de la générosité et qui s’est battu pour l’indépendance de la Bourgogne.

Tu peux nous expliquer ce qu'est le MLB ?

C’est le mouvement que j’ai créé, le Mouvement pour la libération de la Bourgogne. Comme son nom l’indique, c’est un mouvement et non pas seulement un parti politique qui n’a qu’un objectif : gagner des élections pour faire passer un certain nombre de réformes. Nous, notre portée est beaucoup plus large. Au début, il s'agissait juste d'un blog, le mien. Depuis d’autres ont créé parallèlement des groupes de dégustation de vin, de simulation de tir, chacun fait un peu ce qu’il veut.

Qu’est ce qui constitue l’identité bourguignonne ?

Je dirais d'abord le sensualisme. Un goût pour la bonne nourriture, pour la boisson. Après, un certain goût pour la truculence, la verve, l’exubérance, le grotesque. Pour le caractériser je le compare à l’esprit français qui est raisonnable, rationnel. C’est-à-dire Voltaire, Camus, Victor Hugo, soit des gens qui détestent les excès. La Bourgogne aime ce qui est truculent, voire parfois un peu forcé. C’est pas les petites subtilités tu vois, c’est les couleurs fortes et le verbe tranché.

D’accord.

Un point très précis dont je suis l’inventeur, enfin que j’ai découvert, c’est l’amour à la bourguignonne. L’amour n’est pas seulement le rapport entre un homme et une femme. Ça se fait selon des formes qui sont différentes d’un pays à un autre. L’œuvre qui caractérise le mieux l’amour à la française par exemple, c’est La Princesse de Clèves. Un homme qui aime une femme, la femme est amoureuse de l’homme mais finalement ils ne couchent pas ensemble pour des raisons psychologiques, sociales, sentimentales et finalement il ne se passe rien. Toute une sorte de fadaise sentimentaleuse psychologique qui empêche l’amour physique. Alors que l’amour bourguignon est beaucoup plus franc.

Tu te prononces pour un amour, disons, plus « direct ».

Je ne veux pas imposer une manière de vivre aux gens. S’ils préfèrent vivre comme des esclaves français, ça les regarde. S’ils préfèrent vivre d’une façon qui ne correspond pas à nos tendances naturelles, ça les regarde.

Concrètement, quelles sont les actions du MLB ?

Déjà il y a le blog, les gens avec lesquels on correspond, les autocollants.

Hein ?

Dans le cadre de l’opération « des autocollants pour une Bourgogne libre », j’ai dit que j’enverrai gratuitement des autocollants à ceux qui me le demanderaient. J’en ai envoyé plus d’une cinquantaine. C’est là que j’ai commencé à me rendre compte que j’avais beaucoup de lecteurs. On a aussi écrit à plusieurs personnalités politiques dont certains élus locaux, mais aussi Sarkozy. Pour les élections on avait créé une charte que nous avons essayé de soumettre aux candidats. On a distribué des tracts dans la rue, organisé quelques rencontres, posé des banderoles, j’ai répondu à plusieurs interviews, on a posté des vidéos sur youtube.

Quelles sont les grandes lignes de la charte de la Bourgogne libre ?

Tout ce qui peut contribuer à rebourgogniser la Bourgogne et à la défranciser. Revaloriser l’alcool, surtout le vin parce que aujourd’hui il y a beaucoup de moralisation de la chose sous des prétextes hygiénistes et on en vient à empêcher les gens de boire librement. On est obligé de boire et fumer modérément alors que la modération est une vertu essentiellement française et anti-bourguignonne par excellence.

« L’ivresse est le seul miracle qui se reproduit systématiquement »

Il y a des trucs que tu détestes en dehors de « la France » ?

J’ai trois dragons : la morale, qui est une manière de ramener l’Homme à une sorte de larve servile et qui l’empêche de jouir au maximum de ses capacités. La psychologie, qui est une manière de refermer l’Homme dans ses petites névroses, ses petits complexes œdipiens alors que je pense que les vrais moments historiques où l’Homme a le plus joui c’est quand il a été capable de sortir de lui-même. Et le troisième c’est la mesquinerie, c'est à dire l’esprit français. Le raisonnable.

Je veux bien oui. Je me rends compte d’un truc, tu vomis sur les français depuis tout à l’heure mas il me semble que tu vis à Paris, dans la capitale ennemie ?

Oui mais Ho Chin Minh a fait ses études à Paris aussi, ça ne l’a pas empêché de se battre pour l’indépendance du Viet Nam. Et puis je vis à Paris pour mes études de bibliothécaire qui me servent à continuer de me faire entretenir par mes parents.

Qui lit ton blog ? Tu te sens soutenu ?

Oui, très soutenu. Quand je vais à Dijon, je suis invité chez tous les vignerons. J’ai deux types de lecteurs, des lycéens qui tombent sur mon blog et que je réussis à enrôler grâce au rouleau compresseur de ma dialectique. Et des types qui sont carrément d’extrême droite. Ils m’aiment bien parce que je suis le seul à défendre les valeurs de la Bourgogne mais ils préféreraient que je fasse un blog très sérieux avec des slogans.

En parlant d’extrême droite, la plupart des partis indépendantistes en Europe ont tous des revendications beaucoup plus populistes.

Ils ont plus de préoccupations électorales que moi. Je défends les valeurs de la Bourgogne, mais elles ne sont pas exclusives. Ce que je refuse, c’est cette espèce de classe moyenne universelle. Je suis par exemple allé en Géorgie, bon ça m’a beaucoup plu, mais il m’est arrivé de rencontrer des jeunes types qui me parlaient d’Eminem et qui étaient habillés en survêtement. C’est pas la peine d’aller là-bas pour voir ça.

Tu parles de mondialisation là.

Oui. Surtout que l’universalisation est en fait l’anglo-saxisation du monde, ce que je trouve de plus débectable sur Terre. Les valeurs yankee on sait ce que c’est : le puritanisme, la vulgarité, la beauferie, la laideur—c’est ignoble. Donc quand on se bat contre la France, c’est aussi parce que la France est de plus en plus américaine.

« La mort dans le panache, plutôt que la victoire dans la médiocrité »

J’ai lu quelque part que tu te revendiquais « indépendantiste mais pas conquérant. » Pourtant tu as écrit au  roi de Belgique Albert II pour lui proposer de prendre la tête du futur gouvernement belge dans le but de régner ensuite sur le grand Duché d’Occident qui rassemblerait plusieurs pays fraîchement indépendants.

Non, je suis bien conquérant. Nous voulons libérer la Bourgogne mais celle-ci ne se réduit pas à la région bourguignonne actuelle. La Bourgogne c’est aussi la Franche-Comté, et donc dans un premier temps on voudrait rendre indépendantes ces deux régions. Parce qu’on nous dit souvent qu’après avoir obtenu son indépendance, la Bourgogne sera encerclée par la France comme le Lesotho par l’Afrique du Sud. Premièrement le Lesotho se porte très bien, ensuite à terme, quand les régions-mères seront indépendantes, notre projet sera de nous agrandir. Dans l’esprit aventurier de la Bourgogne on voudrait restaurer le grand duché d’Occident : de la Bourgogne jusqu’aux Pays-Bas. Et je pense que je vais réécrire à Albert II à ce sujet puisque le pauvre est dans un cas de plus en plus critique. Il va donc se rendre compte que l’ultime solution pour la Belgique c’est de revenir aux frontières naturelles et aux liaisons de cousinage entre les Bourguignons et les Belges. Il faut créer un État fédéral qui inclut toutes les nations cousines.

C’est du sérieux le MLB ? À 26 ans tu te vois vraiment mener la Bourgogne vers l’indépendance ?

Absolument. S’il y a une chose que je déteste par-dessus tout c’est l’ironie et le second degré. En revanche ce que j’adore c’est l’humour et le premier degré assumé jusqu’au bout. Exactement comme le marquis de Sade qui dit que le meurtre devrait être légalisé, que le viol devrait être institutionnalisé. C’est d’autant plus drôle qu’il pense ce qu’il écrit. Et c’est pareil pour la Bourgogne libre. Si c’était un mouvement un peu ironique pour me moquer d’un esprit provincial, ça serait médiocre. Prenez Stéphane Guillon par exemple, c’est tout ce que je déteste le plus, l’ironie, l’humour au second degré. Alors que si on l’interroge au premier degré, on se rend compte qu’il n’a aucune idée originale, et qu'il s'agit d'un connard.

C’est quoi vos prochaines revendications ?

Je suis en train d’écrire un livre qui présentera en une cinquantaine de chapitres les grands personnages bourguignons et les grandes traditions bourguignonnes : la moutarde, le vin, la danse, l’amour, la musique, la littérature. Ce sera une sorte de portrait de l’âme de la Bourgogne. Je voudrais aussi créer un journal d’opinion dont les articles ne seraient pas dictés par le fil AFP. J’ai l’intention d’écrire une lettre à Frédéric Mitterrand aussi parce qu’il a récemment refusé Louis-Ferdinand Céline lors de la commémoration nationale, mais il va quand même commémorer Philippe de Commynes, un écrivain bourguignon qui a trahit Charles le Téméraire pour se rallier à Louis XI. Donc si les juifs ont pu se sentir offensés par la commémoration de Céline, les Bourguignons ont d’autant plus de raisons de se sentir offenser de celle de Commynes. On va donc exiger qu’il soit retiré de la commémoration.

ELVIRE CAMUS