FYI.

This story is over 5 years old.

Vice Blog

FILMS - ON A PARLÉ AU MEC QUI A ÉCRIT FINAL FLESH

10.3.10

Il y a quelques mois, on vous parlait de Final Flesh, le projet de Vernon Chatman, ce gars qui a payé une société porno pour donner vie à son script chelou. En gros, pense à des gens vêtus de grenouillères et qui marchent à 4 pattes la tête la première en direction d'un vagin et t'y es à peu près. Imagine une femme qui donne le sein à un bloc de viande fraîche. Et une autre, qui prend un bain de larmes d'enfant. Quelques jours après avoir regardé le film, je suis de plus en plus convaincu qu'il s'agit probablement là du plus grand chef d'oeuvre de Chatman. En comparaison, regarder Invocation of My Demon Brother, c'est comme regarder le film du dimanche soir sur TF1.

Avec son vieux compagnon de route John Lee, Chatman a crée Wonder Showzen, un des meilleurs trucs que la télé a enfanté - une satire bizarre de Sesame Street, le programme télé pour gosses. Avant ça, il a remporté un Emmy en écrivant pour Conan O'Brien et a écrit le scénario de l'émission de Snoop Dogg sur MTV. Il fait aussi la voix de Servietsky (une sorte de serviette hippie qui parle et fume des joints), et celle d'un écrivain dans South Park. Et malgré ce succès infernal, il reste presque désolément sympa.

Publicité

Vice: Salut Vernon. J'ai regardé ton film l'autre jour, avec une meuf que je connais vite fait, et j'ai un truc à te demander : c'est pas vraiment un film de rendez-vous galant, hein ?

Vernon Chatman: C'est un bon film de rendez-vous amoureux, et ça sert à éliminer les plus faibles.

Bon, des chroniques que j'ai pu lire, j'avais le sentiment qu'il n'y avait rien de très graphique - autrement dit, d'authentiquement porno - dans ce film. Mais en le matant, je peux confirmer qu'il y a bel et bien un peu de porno là-dedans.

Eh bien tout peut être un peu porno, si tu t'y prends bien.

Les acteurs de la 4e partie sont carrément plus beaux gosses que ceux des parties d'avant. Est-ce que t'as dû les payer plus ?

Non, les prix étaient plus ou moins les mêmes. Ils étaient juste des acteurs de la Porn Valley en Californie, et la beauté là-bas, elle est bon marché.

Pourquoi t'as divisé ton film en 4 court-métrages ?

Je me suis juste dit que vous le préféreriez comme ça. Voir comment des publics différents réagissent, ça fait aussi partie de l'expérience. Et c'est intéressant pour moi de voir les interprétations artistiques de chaque équipe.

Quel est celui que tu préfères ?

Eh bien, mon préféré, c'est le premier. En partie justement parce que c'est le premier, donc la première claque. Ils n'ont pas trop interprété. Ils ont juste porté mes mots en vidéo. Ils ont été très sincères.

Il y a une fille dans la troisième partie, qui fait des apparitions mystiques, à plusieurs moments. Tu n'es pas trop pour ce genre de délires trop fictifs, non ?

Publicité

Quoiqu'ils fassent, ils le font, et c'est tout. Parce que ça fait partie du jeu. C'est comme un documentaire, en un sens.

Est-ce que certains se sont aventurés hors du script ? Aucun auteur ne développe sa vision de l'oeuvre à la perfection - est-ce que ça t'a posé problème que les acteurs réinterprètent le jeu d'une façon peu convenue ?

Rester fidèle au script, ça faisait partie du contrat. Pour tout le reste, j'ai dit : « Faites du mieux que vous pouvez ». Et je dois avouer qu'ils ont peut-être zappé 5 mots à tout casser. Ils sont vraiment restés très fidèles au script. Dans le dernier, une femme collait vraiment au dialogue et faisait les accents, elle était heureuse, là, sous le soleil. Je ne sais pas si c'était de la folie ou un super jeu d'acteur. Je ne sais pas s'il y a vraiment encore une différence.

Donc, à la façon d'une espèce de projet civique, tu donnes aux gens la chance d'aspirer à quelque chose de plus grand dans leurs existences emmerdantes ?

Voilà. Plus de fun et moins de pénétration anale. Je sais d'ailleurs pour sûr que beaucoup d'entre eux ont fait des études. Ils sont nombreux à avoir eu leur diplôme en philo, après cette expérience. Plusieurs d'entre eux ont intégré des instituts de plus haut niveau. Mais ils ne s'éloignent jamais vraiment de leur premier amour - beaucoup de pénétration anale, donc.

Est-ce que tu as essayé de connaître leurs travaux d'après, maintenant que tu as développé une sorte de relation télécommandée avec eux, à travers le script ?

Publicité

Non. Je n'ai pas fouillé dans leurs travaux plus que ça. Je ne sais pas - à l'heure actuelle, ils pourraient tous être morts, je suppose. Pour la première partie, quand ils m'ont envoyé la version finale, ils m'ont aussi filé une vidéo des mêmes acteurs qui tournaient dans un autre film porno. Ils baisaient entre eux, c'était fou. Parce que je venais juste de terminer, et que je me trouvais dans les chaudes lueurs de dépravation de mon triomphe artistique, soudainement tout s'est arrêté, et ce nouveau truc a commencé, et tous ces gens qui ont un jour participé à ma gloire, se mettaient eux-même à « vivre cette gloire ».

Est-ce que t'as dû leur donner plus de thunes pour les accessoires ? Les machins en miroir sur leurs fronts ont l'air de coûter cher.

Ils n'ont pas utilisé un budget considérable, mais je leur ai dit ce que je voulais ; après on marchande un peu, et voilà. Tout était hyper professionnel. Je recommande chacune de ces sociétés de production. Tout a toujours été réalisé en temps et en heure, et en tenant bien compte du budget. Si tu as le DVD qui est en magasin, tu y trouveras des bonus, et dedans il y a 15-20 minutes de gaffes enregistrées. On les voit se foutre de la sauce tomate sur les sous-vêtements, se souffler les répliques, et tout ça. C'est le nouveau « L'équipée du Cannonball ».

Combien de temps ça t'a pris pour écrire le scénario ? Genre juste une aprem' ? Du style « voyons voir, la somme maximum de concepts surréalistes que je peux aligner » ?

Publicité

Ça a pris beaucoup de temps. J'ai dû me recentrer et me mettre en phase avec la lune. Je veux dire, beaucoup de ce qui figure dans le script vient directement de ce que la lune m'a dit. Ça prend du temps. Ça use le corps humain. Mais je l'ai fait malgré les années qui passent. Le premier a en fait été réalisé en 2002, le dernier en 2009. C'est-à-dire autant de temps que ça a pris à Orson Welles pour faire MacBeth. On me compare souvent à Orson Welles.

Qu'est-ce qu'en dit ton collaborateur de longue date, Jonh Lee?

Il a vomi plusieurs fois en regardant Final Flesh, et m'a avoué aimer ça.

Tu n'as pas pensé à le faire participer ?

Le truc, c'est que c'est hyper personnel. Le premier court-métrage que j'ai fait, c'était pour un show PFFR, une émission artistique à Manhattan dans une galerie d'art. On a fait un paquet de projections là-bas. Je pense qu'il m'a aidé en dégotant la première société pour ça. Mais après, pour moi c'est juste devenu un travail stimulé par l'amour et la passion. Je m'apprêtais à en faire un en Angleterre aussi, mais je n'ai pas réussi à trouver une bonne société de production là-bas.

Il y a une scène dans la première bande où on voit un homme tenter de retourner dans un utérus en essayant littéralement d'entrer la tête la première dans le sexe d'une femme. Est-ce que tu penses qu'inconsciemment on a tous envie de retourner dans un utérus ?

Ça peut arriver. Je ne pense pas que ce soit juste une hypothèse. Là tout de suite, tu y penses, je suis sûr, non ?

Publicité

Peut-être. Est-ce que tu penses que l'acteur qui a joué cette scène en a tiré des conclusions freudiennes ?

Dans le scénario, il est censé essayer d'entrer dans le ventre avec tout le sérieux du monde. Et ils sont censés lui beurrer la tête pour l'aider à s'introduire. Mais quand il a joué la scène, il a utilisé son visage. Ce que je ne trouve pas particulièrement réaliste. Si tu devais essayer de t'introduire dans un utérus, tu utiliserais le haut de ton crâne, non ? Ou alors un pied, à la limite.

Pour le bien du plus ignorant des ignorants, peux-tu résumer l'intrigue de Final Flesh ?

Ce serait comme dire « peux-tu résumer l'essence de toute existence ». Donc ouais. Bien sûr. Euh OK, en fait je pense que je viens de le faire.

Ca sent le kōan par ici. Pourquoi le film a-t-il été si faiblement diffusé ? Les distributeurs ont eu la frousse, peut être ?

Non. Ça, ça colle bien au projet. C'est mieux de ne pas braquer les projecteurs dessus. La température de n'importe quelle salle qui le passe augmente automatiquement de 5 degrés. Donc c'est une bonne astuce pour chauffer ta maison, ou ton cinéma. Mais on vient de me donner les chiffres, et apparemment le truc s'es vendu à 6,2 millions d'exemplaires. Triple platinum. Mais ils font pas de platinum pour les DVD, tu sais ?

Quoi de neuf dans ton travail en ce moment ?

Je bosse sur un paquet d'émissions télé. Et sur des projets de films. Et sur un livre. Et j'ai un rendez-vous avec la lune, plus tard dans la soirée.

Publicité

Tu bosses vraiment sur un bouquin ?

Ouais, mais c'est top secret.

Qu'est-ce qui n'est pas top secret alors ?

Bah, les projets PFFR. J'ai eu un show appelé Delocated ; je ne sais pas si ça passe déjà en Angleterre. Je ne sais pas si Xavier l'a déjà montré. Est-ce que vous avez Adult Swim ? Ils ont déjà dû le balancer, je pense.

J'adore Wonder Showzen. J'ai vraiment cru que ça allait faire un carton - devenir le nouveau South Park, le renouveau de l'humour planétaire. Mais ça ne s'est jamais vraiment popularisé. Pourquoi ?

C'est parce qu'on cherchait à se mettre le public à dos - ce qui faisait partie de l'idée d'ailleurs, puisqu'on était diffusés sur MTV2. Aucun de nos scénaristes n'avait écrit de show télé auparavant. Et MTV2 n'avait aucun logiciel pour ouvrir les scripts. On ne pouvait pas écrire l'émission parce que ces mecs n'arrivaient pas à ouvrir les fichiers - puisque c'est pas leur taff d'ouvrir des fichiers. Leur truc, c'est plutôt de foutre deux grosses personnalités dans une même pièce et regarder les conneries qu'ils se disent. Donc c'est un miracle qu'on ait réussi à tourner deux saisons.

Qu'est ce que tu manges, ce midi ?

Je pense que je vais me faire une petite soupe aux boulettes de Matza. Je ne l'ai pas encore préparée, mais c'est dans mes plans.

La genre de soupe que Orson Welles pourrait manger.

Ouais écoute, j'ai pas envie de me comparer à Orson Welles.