Publicité
sexe

Tous les types de mecs que vous croisez quand vous êtes escort

La misère sexuelle et sentimentale, c'est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quel creep on va tomber.

par Simon Doherty
17 Novembre 2016, 6:00am


Illustration de Dan Evans

La prostitution ne s'arrêtera jamais, qu'il vente, qu'il neige, en période de récession ou en plein boom économique. Jamais. Elle est partout, des hôtels luxueux avec chauffage au sol jusqu'aux ruelles dégueulasses jonchées de mégots et de capotes usagées. La société cherche à l'ignorer mais la prostitution est absolument partout.

Lorsque nous nous attardons sur le sujet, nos conversations portent très souvent sur les travailleuses de sexe, au centre de pas mal de fantasmes et de haine, entre traite d'êtres humains et décadence de la très grande bourgeoisie. Logiquement, on évoque peu les clients, du moins sans les généraliser – dans un tel cas, ils deviennent les Clients et sont tous condamnés à l'échafaud.

Pour en savoir davantage sur ces mecs, j'ai demandé à Sarah, 22 ans, escort et blogueuse, de me dresser une liste des clients qu'elle rencontre tous les jours.

Le client de la haute

C'est un mec doté d'un large capital économique, bien placé sur l'échelle sociale. Il a confiance en lui et occupe un poste à responsabilités. Il est avocat, bosse dans la finance ou à la télévision, et adore parler de son pouvoir.

Ses intentions sont souvent les mêmes. Il aime être dominé. Comme il a le contrôle tous les jours dans sa vie professionnelle et personnelle, dès qu'il passe la porte, il veut être rabaissé.

Beaucoup de ces hommes puissants aiment se faire pénétrer ou sont fétichistes de la domination financière. Ils me supplient de leur demander de m'offrir des cadeaux très chers. Du coup, je me retrouve avec un tas de chaussures hors de prix, pas du tout à mon goût.

Le client de soirée

C'est l'exact opposé du « client de la haute ». Il veut dominer et posséder une femme pour un court laps de temps. Le client de la haute est un homme dominant dans son travail et dans sa vie de tous les jours alors que le client de soirée en meurt d'envie.

Il s'agit généralement d'un macho, au comportement agressif : il aime la coke, l'alcool, affiche une grande confiance en surface mais doit sûrement douter de lui. En gros, il s'agit d'un type qui se bagarre dans les bars, mais tout ça est amplifié par la prise de drogues et d'alcool.

Il vous demande quelles sont vos préférences sexuelles et ne vous satisfait pourtant jamais. Le vrai défi pour lui est de vous pousser au bout de vos limites. « Je suis sûr que ça te plairait si je te le faisais », dit-il. Euh non. « Et si je te donne plus d'argent ? » Non, toujours pas.

Le mec coupable

Je viens de vous livrer les deux catégories principales mais il existe aussi d'autres types, plus rares, qui sont soudainement rongés par la culpabilité au moment de passer à l'acte. La dernière fois, c'était avec un client de 35 ans environ, qui s'est pointé avec un grand chapeau.

Une fois à l'intérieur, il a vérifié deux fois que la porte était bien fermée – typique du parano. J'étais à deux doigts d'entamer une fellation quand il s'est soudainement arrêté et a dit : « STOP ! Je ne peux vraiment pas faire ça ! » Je lui ai demandé si ça avait quelque chose à voir avec moi et il m'a répondu : « Non, j'ai une femme, je n'arrête pas de penser à elle. »

Mec, la prochaine fois que tu es en recherche d'adrénaline, tu ne préférerais pas emmener ta femme mater un Marvel de merde ?

Le gars qui se prend pour Richard Gere dans « Pretty Woman »

Ce mec fantasme à l'idée de rester avec une femme pendant une nuit et de lui offrir une vie meilleure parce qu'il n'imagine même pas que je puisse être une fille respectable. Le dernier d'entre eux m'a dit qu'il allait m'aider à devenir agent immobilier pour que « je n'aie plus jamais à faire ça ».

Dans tous les cas, je préfère encore m'étouffer avec ma propre salive plutôt que de conduire une Smart toute la journée afin de convaincre des gens de se ruiner pour acheter un appartement qu'ils détesteront.

Le futur marié

Ce client aura réservé une chambre d'hôtel pour son enterrement de vie de garçon. Il viendra accompagné de son témoin de mariage. Ce type dira ouvertement qu'il se marie le lendemain et aura le culot de vous montrer la photo de la future mariée sur son téléphone.


Quelques cartes de visite

L'impuissant qui demande un remboursement

Les hommes sont parfois intimidés à l'idée d'aller voir une prostituée – nous avons beaucoup d'expérience et parfois eux en ont peu – ce qui peut avoir des répercussions sur leurs performances sexuelles. Certains en rigolent et s'en vont tandis que d'autres exigent un remboursement. Mais, évidemment, ça ne marche pas comme ça : nous ne sommes pas comme ces avocats qui ne facturent qu'en cas de succès.

Le mec dans le besoin

Leur conjointe est probablement morte il y a quelque temps, ou ils viennent de mettre fin à une longue relation. Ces types se retrouvent dans un monde qu'ils ne connaissent plus. Les rencards sont différents aujourd'hui.

Ou alors ils sont de ces types entièrement satisfaits dans leur couple ou leur mariage à l'exception du sexe. Ils vous diront : « J'adore ma femme plus que tout au monde, je veux passer ma vie avec elle, mais je n'ai pas sexuellement envie d'elle. » En fait, ces hommes sont tellement nombreux que je n'ai presque plus foi dans le mariage désormais.

Le puceau

Si un gars dépasse la vingtaine en étant toujours vierge, il ressentira une forte pression sociale. Alors, certains de ses potes paieront pour qu'il perde sa virginité. Ils resteront derrière la porte et ne manqueront pas de le féliciter lorsqu'il ressortira, défloré. Toutes les prostituées ont connu leur lot de puceaux. Parfois, je me demande combien de gars ont perdu leur virginité de cette façon.

Le client émotif

Un homme d'une cinquantaine d'années me rendait souvent visite. La première fois que je l'ai vu, je me suis dit qu'il voudrait la totale mais au lieu de ça il m'a simplement dit : « Je veux juste m'allonger ici et te serrer dans mes bras, si tu es d'accord ? Et on pourrait aussi se raconter nos journées. » Il était veuf et ne connaissait plus le plaisir d'un contact entre deux épidermes. Ces clients sont complexes car même si vous essayez de satisfaire leurs besoins vous voulez aussi qu'ils retrouvent cette sensation dans le monde extérieur.

Le client sordide

Selon moi, c'est un homme aux tendances sexuelles perverses. Il ne peut exprimer ses fantasmes à visage découvert, ce serait un véritable suicide social – comme ceux qui veulent qu'une femme se déguise en petite fille ou faire en sorte que la chambre ressemble à celle d'une enfant. De nombreuses prostituées refusent une telle prestation. Ça arrive bien plus souvent qu'on ne le pense.

Les gars dont les femmes débarquent au milieu de l'acte

Les agences en charge des réservations reçoivent souvent des appels de femmes. « Mon mari n'arrête pas d'appeler ce numéro », disent-elles. Les opératrices connaissent parfaitement la réplique : elles se font passer pour un cabinet de recrutement. Pourtant, certaines femmes se montrent beaucoup insistantes et n'hésitent pas à suivre leur mari. On a le droit à des scènes où les femmes hurlent, pleurent, le cœur brisé, juste derrière la porte.

Une fois, j'étais en compagnie d'un homme de cinquante ans dans un appartement lorsque la sonnette a retenti. Ça ne s'arrêtait plus. Nous étions tous les deux totalement nus, en pleine action. Parfois l'agence se trompe et programme deux rendez-vous au même endroit alors j'ai pris le téléphone pour les appeler. Cette fois-ci, pas d'erreur. Je me suis rapprochée de la porte, ai répondu mais la femme me répétait seulement « bonjour ». Mon client s'est rapidement rhabillé et s'est enfui dans sa voiture, garée près d'un supermarché à proximité. Voilà pourquoi nous demandons aux clients de garer leur voiture aux alentours et de ne pas la laisser juste devant l'appartement.

Le gay qui veut vérifier s'il n'est pas bi

Ils ne sont pas nombreux mais font partie d'un sous-ensemble de clients. Parfois, ils découvrent qu'ils sont bisexuels, parfois non.

Le gars qui dépense beaucoup trop d'argent

Je suis heureuse lorsqu'un client dépense beaucoup d'argent mais parfois ça devient vraiment louche – jusqu'au moment où l'on commence à se poser des questions. Habituellement, les clients réguliers ne veulent pas se contenter d'une seule fille. Alors ils dépensent sans compter, genre 1 000 dollars avec vous toutes les semaines. En plus, vous savez pertinemment qu'il laisse encore plus de cash à l'agence en voyant d'autres filles.

@oldspeak1