Life

L'amitié à l'épreuve du coronavirus

« Bulles de soutien », événements sociaux limités à six personnes, messages WhatsApp : la pandémie a mis à rude épreuve les relations qu'on pouvait avoir avec nos potes.
24 juin 2020, 8:17am
amitié coronavirus
Photo : Sian Bradley. Collage : VICE staff.  

Benjamin et son camarade d'université, Joe*, se considéraient plus comme des frères que des amis. Ils se sont rencontrés à la fac il y a deux ans et demi et passaient la majorité de leur temps ensemble en dehors des cours. Puis, en mars de cette année, le coronavirus est arrivé. Benjamin et ses colocataires ont décidé que pendant quelques semaines, les visiteurs, y compris Joe, ne seraient pas autorisés à venir à la maison, conformément aux directives du gouvernement. Alors que la pandémie se propageait à travers la Grande-Bretagne, séparant amis et familles, les tensions entre Benjamin et Joe ont commencé à s'accroître. « On lui a dit qu'il ne pourrait pas venir pendant une semaine ou deux à cause de ce qui se passait, et il s'est un peu énervé, me dit Benjamin au téléphone. Ensuite, j'ai retweeté un truc qui disait qu’on remarque qui sont nos vrais amis pendant une pandémie. Il a cru que c'était à propos de lui, il s'est mis très en colère et a voulu me casser la gueule. Après ça, il m'a bloqué partout et ne m'a plus parlé depuis. »

La pandémie a jeté une ombre proverbiale sur tous les aspects de notre vie, qu'il s'agisse de notre travail ou de nos relations. C’est encore plus vrai en ce qui concerne les amitiés. Les happy hours au bar du coin ont été remplacées par des réunions Zoom programmées, jusqu'à ce que celles-ci deviennent un fardeau trop lourd à porter. Les pauses-café décontractées et les rencontres avec les copains sont désormais inexistantes ou totalement numérisées. La semaine dernière, le gouvernement britannique a annoncé la création de « bulles de soutien » permettant aux gens de rencontrer d'autres personnes en dehors de leur foyer en petits groupes – un autre changement dans la façon dont nous naviguons dans notre cercle d'amis. Si vous n'habitez pas à proximité de vos amis à pied ou à vélo, votre capacité de socialisation est fortement réduite. Ajoutez à cela tout le stress supplémentaire lié au confinement, et le drame amical semble malheureusement inévitable.

Benjamin a eu beaucoup de mal à digérer sa brouille avec Joe, car il était enfermé à l'intérieur toute la journée. « C'était vraiment frustrant, dit-il. Surtout à cause des réseaux sociaux et tout ça. Il a commencé à le dire à tout le monde. Et pendant que j'étais assis chez moi sans pouvoir vraiment m'échapper, des tas de gens venaient me poser des questions à ce sujet. Je me sentais un peu piégé. »

Non seulement la pandémie a provoqué une rupture entre Benjamin et Joe, mais elle a également empêché une réconciliation physique. « Avant la pandémie, Joe et moi étions en quelque sorte obligés de nous voir par le biais d'amis et d'activités universitaires et sociales, et si la pandémie n'avait pas existé, je serais allé le voir, dit Benjamin. Si le virus n’était pas là, on aurait pu se rencontrer en personne et mettre les choses à plat. On ne peut pas vraiment le faire en ligne. »

Mais toutes les relations amicales ne se sont pas détériorées à cause de l'épidémie de coronavirus. Yazz James et son amie Alesha se suivent sur les réseaux sociaux depuis des années, mais ne se sont jamais rencontrées dans la vraie vie. Pendant le confinement, leur amitié en ligne s'est épanouie.

« Au début de la quarantaine, on est toutes les deux rentrées chez nos parents. Comme aucune de nous n’a vraiment d’amis dans sa ville natale, on s’est beaucoup rapprochées, me dit James au téléphone. Maintenant, on s’écrit tous les jours et on s’appelle sur FaceTime une fois par semaine ou toutes les deux semaines. On a beaucoup de points communs. »

James a 21 ans et a grandi avec Internet. Pour elle, il est parfaitement normal de développer une amitié virtuelle avec quelqu'un que vous n'avez jamais rencontré en vrai. En fait, elle pense que le confinement a renforcé ce genre d'amitiés.

Mais la connectivité accrue requise pour maintenir une amitié pendant la pandémie – davantage de messages WhatsApp, d'appels téléphoniques et d'appels vidéo – peut causer des problèmes à d’autres personnes. Marcus*, 26 ans, était un ami proche de Simon* depuis plus de trois ans, jusqu'à ce qu'ils cessent de se parler récemment.

« On faisait tout ensemble. On partait en vacances ensemble, on allait en boîte, au cinéma, au restaurant ensemble. Il m’a aidé pour mon déménagement et je l’ai aidé pour le sien, me dit Marcus au téléphone. Ce genre de proximité a engendré pas mal de tensions. De temps en temps, on devait se réconcilier et discuter face à face, ce qui n'était pas possible avec le coronavirus. Cela a conduit à une rupture irréparable de notre amitié, ce qui m’a beaucoup peiné. »

Marcus pense que l'anxiété qu'il a ressentie à cause de la pandémie a accéléré la rupture de son amitié avec Simon. « J'avais l'impression d'être un peu plus intense et communicatif que d’habitude, parce que je m'inquiétais de ce qui se passait dans le monde. Ma réaction a été d'essayer de rapprocher encore plus les gens qui m'étaient proches, et cela n'a pas été bien reçu, dit Marcus. J’ai l’impression d’être en deuil. Je suis passé par différentes étapes, dont le déni, puis j'ai finalement appris à l'accepter. Il n'y a aucune chance de réconciliation. »

Les amitiés sont toujours pleines de hauts et de bas, et la pandémie n'a fait qu'intensifier ces deux pôles. Alors que certains ont opéré une transition fluide vers Zoom et WhatsApp, d'autres ont plus de mal à communiquer lorsqu’ils ne peuvent pas lire le langage corporel de leur interlocuteur.

*Le nom a été modifié.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.