Culture

Trent Reznor dit que Taco Bell aurait pu ruiner la musique des années 90

Le chanteur de Nine Inch Nails imagine une réalité parallèle dans laquelle Sonic Youth a été influencé par le géant de la restauration rapide.
Photos via les utilisateurs Flickr Plain Alicia's Photography et Mike Mozart.

L'article original a été publié sur Munchies.

Dans les années 90, Taco Bell a convaincu les « hors-la-loi » de la musique country Johnny Cash et Willie Nelson de chanter dans des annonces publicitaires d'horribles ritournelles à propos de tacos à 79 cents. En dépit de leur intégrité artistique reconnue, ces chanteurs iconiques ont paru heureux d'encaisser les gros chèques pour vendre des tacos dans des annonces qui sont pénibles à regarder aujourd'hui.

Publicité

Un groupe qui n'a pas pu se résoudre à s'y prêter aurait pu, avec sa réverbération démente et ses chandails en flanelle, faire des merveilles pour l'image de la chaîne dans les années 90 : Sonic Youth. D'après une entrevue de Juxtapoz avec Trent Reznor, le groupe ne s'est pas tiré dans le pied, car il avait assez d'intégrité et de souci de son image pour laisser passer des occasions d'apparaître dans, disons, une annonce de pizzas mexicaines.

« On se disait justement que, dans les années 90, Sonic Youth n'aurait jamais accepté d'être dans une annonce de Taco Bell, dit Trent Reznor. Ç'aurait été la fin de Sonic Youth. Aujourd'hui, un groupe comme Sonic Youth pourrait apparaître dans une annonce de Taco Bell. Il pourrait être commandité par toutes sortes de produits de mauvais goût, et la perception resterait OK. » (Il semble s'agir d'une hypothèse, il n'a pas affirmé que Taco Bell avait fait une proposition à Sonic Youth.)

Trent Reznor a dit ça au cours d'une conversation sur la présence croissante de commanditaires dans la musique d'aujourd'hui, dans laquelle il a prévenu que des modèles d'affaires comme les tournées commanditées pouvaient mener à un « musellement » des jeunes musiciens.

Bien que ce partenariat avec Taco Ball n'ait pas mis fin à la carrière de Johnny Cash ou de Willie Nelson, elle a peut-être un peu abîmé leur crédibilité de hors-la-loi. À l'évidence, ils n'étaient pas aussi prêts que Trent Reznor ou Sonic Youth à mordre la main qui nourrit.