Balles de caoutchouc dans la pluie : récit photo du référendum catalan à Barcelone
Un homme blessé après une attaque de la police.

Balles de caoutchouc dans la pluie : récit photo du référendum catalan à Barcelone

Au moins 844 personnes et 33 policiers ont été blessés hier, tandis que des violences ont marqué le référendum de la Catalogne.
2.10.17

Cet article est d'abord paru sur VICE Espagne.

Même si à Madrid, le gouvernement espagnol avait déclaré le référendum inconstitutionnel et que la cour avait soutenu cette déclaration, le gouvernement catalan n'a pas reculé, et les citoyens se sont tout de même présentés aux bureaux de vote – certains même aussi tôt qu'à cinq heures du matin, soit quatre heures avant leur ouverture.

À certains bureaux de scrutin, la police espagnole a tenté d'empêcher la tenue du vote en saisissant et scellant les bulletins, ou encore en employant la violence; peut-être avez-vous vu les images de la police antiémeute frapper les manifestants avec des matraques, leur asséner des coups de pied et les traîner par les cheveux. Jusqu'à maintenant, au moins 844 personnes et 33 policiers ont été soignés pour leurs blessures.

D'après les responsables du scrutin, 90 % des 2,26 millions de citoyens ayant voté se sont prononcés en faveur de l'indépendance de la Catalogne, mais on estime que 770 000 bulletins de vote ont été perdus, saisis par la police.

La photographe Mònica Figueras, basée à Barcelone, a arpenté les rues de la ville toute la journée de dimanche pour documenter cette journée historique.

Confrontation entre citoyens catalans et police antiémeute, à l'extérieur d'un bureau de vote à Barcelone.

9 h : La police arrive à un bureau de vote situé dans une école de Barcelone.

Les manifestants chantent Els Segadors, l'hymne national catalan.

La police antiémeute tire des balles en caoutchouc en direction des manifestants.

Une femme pleure après avoir été témoin des violences policières.

Une fille originaire du Pays basque – une autre région autonome d'Espagne – soutient le référendum catalan.

Une des balles de caoutchouc tirées sur les manifestants par la police

11h : Une file s'étend à l'extérieur du bureau de vote de la bibliothèque Fort Pienc

Ces trois filles ont campé la veille dans un des bureaux de vote pour empêcher sa fermeture.

Une autre file pour un autre bureau de vote.

Des bannières indépendantistes décorent un balcon.

13 h 30 : Un bénévole explique à une foule de citoyens que le système de votation électronique a été désactivé.

Un couple fait la file à l'extérieur d'un bureau de vote.

Des citoyens font la file dans la pluie.

« Franco est lâché lousse »

18 h : À l'intérieur d'un des bureaux de scrutin.