Jim Jones, gourou de la secte du Temple du Peuple

La secte de Jonestown avant le massacre, vue de l'intérieur

Dans l’intimité des 909 disciples de Jim Jones, avant leur suicide collectif.

|
02 Octobre 2017, 5:00am

Jim Jones, gourou de la secte du Temple du Peuple

Les images suivantes ont été publiées avec l'aimable autorisation de Laura Johnston Kohl et Fielding McGee, qui font partie du Jonestown Institute. La plupart de ces images ont été prises par des photographes inconnus au Temple du Peuple – plus communément appelé « Jonestown » – au Guyana, qui allait plus tard devenir le théâtre d'un suicide collectif.

Le 18 novembre 1978, les membres de la secte de Jonestown se sont suicidés en ingérant du cyanure, sous l'impulsion de leur gourou Jim Jones. Avant le 11-Septembre, il s'agissait du plus gros massacre de l'histoire américaine. L'histoire de Jonestown et du Temple du Peuple ne s'est pas arrêtée cette nuit-là. Mais après des décennies entières d'agitation médiatique, de campagnes de propagande et de contradictions, il est devenu difficile de séparer la réalité de la fiction.

En 2010, le Jonestown Institute – constituée d'anciens résidents et membres du Temple du Peuple – a demandé au FBI de publier les milliers de documents et de photographies récupérés à Jonestown. Sur certaines de ces images, on voit notamment des maisons construites à la main et des garçons tirer des paniers à trois points sous le soleil tropical. Mais au-delà des apparences, Jonestown dissimulait bien entendu une réalité plus sombre. Certaines de ces photos étaient mises en scènes par le leader de la secte, Jim Jones, afin d'apaiser les inquiétudes des États-Unis. En vérité, les résidents souffraient de malnutrition et de manque de sommeil et travaillaient sans relâche, sept jours par semaine, sous une chaleur étouffante. Jones récupérait les économies et les allocations de chaque membre, tout en répandant des rumeurs terrifiantes sur les États-Unis (il a par exemple prétendu que le pays était revenu à la ségrégation raciale, révoquant les droits des citoyens afro-américains.)

Le Temple du Peuple était initialement très engagé sur la lutte pour l'égalité raciale, et les trois-quarts de ses victimes étaient afro-américaines. Jonestown a été conçue comme une utopie socialiste. Puis Jones est devenu le gourou psychotique qu'on connaît. En dépit des titres de journaux sensationnalistes qui ont suivi le suicide collectif, on peut constater que le massacre de Jonestown n'était pas qu'un acte de foi aveugle. Plusieurs victimes ont rédigé des lettres emplies d'espoir quant au fait que leur mort allait attirer l'attention – elles souhaitaient ainsi montrer qu'elles s'étaient senti mieux accueillies au sein de Jonestown, terre d'égalité raciale, qu'aux États-Unis.

Au fil des ans, les intentions qui se cachaient derrière cet acte ont été éclipsées par les punchlines des médias – mais que ces photos soient mises en scènes ou non, elles montrent des personnes qui rêvaient toutes d'un monde meilleur.

Image aérienne de Jonestown prise par le FBI, 1978
Poncho Johnson tresse les cheveux de Tinetra Fain dans un cottage, quelque part à Jonestown. Sur la photo sont aussi présents Shandra James, Gerald Johnson, Al Smart et Teri Smart. Photo : Juanell Smart
Des membres de Jonestown. De gauche à droite : Lew et Chaeoke Jones, Christa Amos et Joel Cobb
Jim Jones
Les cottages où vivaient la plupart des résidents
Shanda James donne un cours à Jonestown
Des enfants qui jouent. Il est probable qu'ils posent dans le cadre d'une campagne de propagande menée par Jones.
(À gauche) Claire Janaro et Mr. Muggs à Jonestown, (À droite) Des personnes non identifiées
Un des garçons joue au basket à Jonestown
Des impacts de balle sur l'avion qui transportait le membre du Congrès Leo Ryan, assassiné le 18 novembre 1978
L'US Air Force arrive à Jonestown, en 1978
Des enquêteurs du FBI à Jonestown
Des résidents se baladent près des cottages où vivent la plupart des adeptes.
Les enseignants Don Jackson et Jann Gurvich avec une classe d'écoliers
Maria Katsaris, Annie Moore, Laura Johnston, Phyllis Chaikin, Terry Carter Jones
Barbara Hoyer donne des cours à des enfants

Une photo de Joyce Touchette avec un enfant, utilisée dans le but d'attirer plus de membres au Guyana
Jones rencontre des membres du comité de construction
Mr. Muggs, un chimpanzé domestique
Une des salles de classe