Drogue

La légalisation du cannabis ferait chuter le nombre de prescriptions d’opioïdes

Dans les États américains où des dispensaires de cannabis ont pignon sur rue, le nombre de prescriptions d'opioïdes a chuté de 16 %.
3.4.18
Image de droite : Photo via Flickr/Marko Javorac

Aux États-Unis, 115 personnes par jour meurent d’une surdose d’opioïdes. Entre 2000 et 2015, ces drogues ont été responsables de quelque 500 000 décès. Pas de doute là-dessus : la crise fait rage.

La surprescription d’opioïdes est considérée comme un des facteurs de l’épidémie de surdoses d’opioïdes. En 2016, 42 000 personnes ont péri en consommant des opioïdes; environ 40 % de ces surdoses fatales impliquaient des médicaments de prescription.

Publicité

Pas étonnant que des patients hésitent à consommer des opioïdes et que des médecins préfèrent ne pas en prescrire, explique la Drug Policy Alliance. Des recherches suggèrent que, pour certains patients, le cannabis est la solution. Et les deux nouvelles études publiées lundi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) viennent ajouter un peu de chair à cet os. On y dénote que, dans les États américains où le cannabis médical est légal, les opioïdes y sont prescrits en moins grande quantité.

Les chercheurs ont analysé le nombre de prescriptions d’opioïdes, selon les données de deux régimes d’assurance-médicament dont les données sont publiques.

L’un d’eux est le Medicare Part D, une assurance-médicament optionnelle de Medicare, étudié entre 2010 et 2015; l’autre est le Medicaid, une assurance-maladie offerte aux personnes à faible revenu, analysée de 2011 à 2016.

Chez les patients assurés par Medicare Part D, le nombre de doses quotidiennes d’opioïdes prescrites a chuté d’environ 16 % dans les États qui ont instauré des dispensaires de cannabis médical – soit une réduction de 3 742 000 de doses quotidiennes par année, par État. Le nombre de doses quotidiennes a chuté d’un peu plus de 9 % – ou de 2 110 000 de doses par année – dans les États où le cannabis médical a été légalisé, peu importe s’il y a présence de dispensaires.

Pour la population à faible revenu couverte par Medicaid, on a observé en moyenne une baisse d’environ 6 % des prescriptions d’opioïdes dans les États où le cannabis médical a été légalisé.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Les chercheurs en concluent que « les politiques sur le cannabis médical pourraient être un mécanisme pouvant inciter à réduire la consommation d'opioïdes sur ordonnance et pourraient servir d'outil de réduction des méfaits dans la crise des opioïdes », et que cette avenue mérite d’être étudiée.

« Cette étude vient solidifier l’argument selon lequel le cannabis a des usages médicinaux », a dit le professeur de l’Université de Géorgie et auteur principal d’une des deux études, David Bradford, en entrevue avec CNN. « Et en particulier pour les patients qui souffrent de douleurs, notre travail vient étayer l’argument que le cannabis peut être efficace. »

Il faut noter cependant que les chercheurs n’ont pas récolté d’information sur les patients couverts par des régimes d’assurances privés, de même que pour sur les personnes qui ne sont pas assurées.

Justine de l'Église est sur Twitter.