La Premier ministre écossaise promet de financer la recherche sur le revenu de base

L'Écosse se joint à la liste des pays qui souhaitent tester le revenu de base sur leur territoire pour évaluer sa viabilité.

|
07 Septembre 2017, 3:52pm

Image : Flickr/Ninian Reid

Mardi, la Premier ministre écossaise Nicola Sturgeon a annoncé l'agenda politique du gouvernement pour 2018. Elle s'engage, entre autres, à envoyer à chaque nouveau parent d'un bébé né sur le territoire écossais une boite contenant des produits de première nécessité pour les soins et l'habillement d'un nourrisson. Mais surtout, elle a annoncé que le pays financerait des expérimentations à l'échelle locale afin d'évaluer la viabilité du revenu de base au sein du modèle écossais.

Un revenu de base pour tous les citoyens est une vieille idée qui regagne en popularité, à l'heure où les gouvernements se préparent à un nouveau choc de l'automatisation. L'idée est de donner à chacun un salaire fixe (ou l'équivalent en crédits d'impôt), universel, sans contrepartie. Des expériences antérieures suggèrent que ce système pourrait fonctionner : un essai réalisé dans les années 1970 au Canada a montré que le revenu de base avait éradiqué la grande pauvreté et diminué les taux de déscolarisation. La Finlande a lancé un essai sur le revenu de base en 2017, et le Canada va renouveler l'expérience en Ontario. Hawaii envisage également de faire son propre test.

L'Écosse va ainsi "financer des recherches sur la viabilité et l'efficacité du concept", selon les déclarations de la Premier ministre ce mardi. Pour l'instant, on ne sait pas si le gouvernement financera l'étude pilote lui-même, ou encore si les populations étudiées seront étroitement surveillées par les autorités.

"Nous devons agir pour lutter contre la pauvreté. Pour cela, nous devrons envisager des réformes fondamentales à plus long terme", a déclaré Sturgeon dans un communiqué au Parlement écossais. "Je peux donc confirmer que le gouvernement écossais travaillera avec les autorités locales intéressées par la recherche sur la viabilité d'un revenu de base distribué aux citoyens, afin de nourrir la réflexion du Parlement pour l'avenir".

Cet engagement consistera probablement à allouer des fonds aux municipalités, comme l'a proposé la ville de Glasgow en février. À l'époque, le conseil municipal avait décidé de consacrer environ 4500£ à la recherche sur la réalisation d'un projet pilote en partenariat avec le think tank écossais RSA.

"Nous sommes enchantés de voir l'engagement du gouvernement écossais dans la recherche sur le revenu de base", affirme Jamie Cooke, directeur de RSA, dans un communiqué de presse. "Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les autorités locales écossaises qui ont fait preuve de leadership dans ce domaine. Le soutien du gouvernement donnera une énorme impulsion à la recherche".

Rien ne garantit que le gouvernement écossais respectera sa promesse néanmoins. Le Parti National Écossais (SNP) a un gouvernement minoritaire, ce qui signifie qu'il a plus de sièges que tout autre parti au Parlement, mais pas la majorité absolue. Ainsi, le SNP devra convaincre l'opposition afin de faire passer ses projets de loi les plus radicaux.

"Je suis également conscient qu'en tant que gouvernement minoritaire, nous devons créer des alliances au sein du Parlement afin de soutenir notre plan budgétaire", a déclaré Sturgeon. "Pour nous tous, ce sont les intérêts de nos services publics, de nos ménages et de notre économie qui ont motivé nos décisions."