FYI.

This story is over 5 years old.

Tunisie

Attentat de Sousse : 12 suspects arrêtés, 3 autres personnes toujours recherchées

Les autorités tunisiennes ont annoncé ce jeudi l’arrestation de 12 suspects, 8 seraient en garde à vue. Mardi, on apprenait que l’auteur de l’attentat de Sousse a été formé en Libye, avec les terroristes responsables de l’attaque du musée du Bardo.
Pierre Longeray
Paris, FR
2.7.15
Photo via Flickr / Leonora Enking

12 personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur l'attentant terroriste du vendredi 26 juin, sur une plage de Sousse en Tunisie, qui a fait 38 morts.

C'est ce qu'a annoncé, ce jeudi matin, le secrétaire d'État chargé auprès du chef du gouvernement tunisien, Kamel Jendoubi. Il a précisé que 8 de ces suspects étaient actuellement en garde à vue, dont une femme.

Depuis lundi, les autorités tunisiennes sont à la recherche de deux hommes suspectés d'être impliqués dans l'attentat de vendredi : Rafik Tayari et Mohamed Charradi, deux ressortissants tunisiens. Ce jeudi-après midi, le ministère de l'Intérieur tunisien a diffusé un nouvel avis de recherche contre Chamseddine Sandi, suspecté d'être impliqué dans les opérations terroristes du Bardo et de Sousse.

Avis de recherche du ministère de l'Intérieur tunisien, diffusé ce jeudi après-midi, contre Chamseddine Sandi.

On apprenait ce mardi, que l'attaquant de Sousse, Seifeddine Rezgui avait été formé au maniement des armes en Libye, dans le même camp d'entraînement que les deux terroristes qui avaient perpétré l'attentat du musée du Bardo à Tunis, le 18 mars dernier. Les attentats du Bardo et de Sousse ont tout deux été revendiqués par l'organisation État islamique.

Publicité

À lire : Au moins 27 morts dans un attentat sur une plage touristique en Tunisie

Contacté par VICE News, ce jeudi après-midi, David Thomson, journaliste pour RFI et spécialiste des mouvements djihadistes, confirme que ce camp d'entraînement a été fondé après l'été 2013 par des djihadistes tunisiens. « On ne sait pas si ce camp existe toujours, » indique néanmoins le spécialiste.

Le camp en question est situé à Sabratha, sur la côte libyenne, à moins de 100 kilomètres de la frontière avec la Tunisie.

« Ce qui est étonnant peut-être c'est que le camp est situé à côté de Sabratha, qui n'est pas en zone djihadiste. Mais dans un pays comme la Libye, de tels camps peuvent se noyer dans la masse sans trop de problème, » explique le spécialiste. « Nous ne sommes plus au temps des camps d'entraînement de 400 personnes comme en Afghanistan, » note Thomson.

Deux ressortissants tunisiens seraient les principaux fondateurs du camp : Boubaker el-Hakim et Ahmed Rouissi — responsables du double assassinat de l'opposant politique Chokri Belaïd et du député tunisien, Mohamed Brahmi, en 2013 à Tunis.

Dans une interview accordée au magazine de propagande de l'organisation État islamique, Dabiq, Boubaker el-Hakim — qui se fait appeler Abou Muqatil Al-Tunisi — confiait, en mars dernier (peu de temps après l'attaque du musée du Bardo), avoir « établi un camp d'entraînement en Libye » avec Rouissi (qui a été tué depuis à Syrte en Libye) pour « former des frères là-bas et envoyer des frères pour mener des opérations à l'intérieur de la Tunisie. » C'est ici que Rezgui aurait été formé avec les deux terroristes responsables de l'attaque du Bardo, Yassine Labidi et Saber Khachnaoui.

Publicité

À lire : La Tunisie dévoile une vidéo de l'assaut du musée du Bardo par la police et arrête 23 suspects

Concernant les trois hommes toujours recherchés par la police tunisienne ce jeudi après-midi, on connait peu de choses.

Chamseddine Sandi est né en 1986 et habitait Tunis. Ce dernier serait impliqué dans les opérations terroristes du Bardo et de Sousse, selon le ministère de l'intérieur tunisien. Concernant Mohamed Charradi, il a 24 ans et vient de Bizerte (nord de la Tunisie).

On en sait un peu plus sur Rafik Tayari, 28 ans et ex-Tunisois. Il aurait appelé ses parents plusieurs fois ces derniers jours pour leur assurer qu'il est en sécurité. Selon le quotidien britannique, The Daily Mirror, Tayari aurait confié à ses parents qu'il est en Libye et essayerait actuellement de rejoindre l'Italie sur un bateau de migrants. Le père de Tayari a déclaré au Mirror, « Tout est possible mais mon fils n'est pas capable de faire des trucs pareils. Je n'élève pas des criminels. »

Pour renforcer la sécurité dans le pays, 1377 agents de police supplémentaires ont été déployés depuis ce mercredi sur les plages et dans les hôtels, comme annoncé ce matin par le secrétaire d'État chargé auprès du chef du gouvernement tunisien, Kamel Jendoubi. L'attention de la police sera focalisée sur les sites touristiques pour rassurer les visiteurs.

Le syndicat français des agences de voyages, le Snav, faisait état, ce mardi, de 80 pour cent d'annulation des voyages en Tunisie pour le mois prochain.

Ce mercredi, le bilan définitif de l'attentat de Sousse a été révélé. 38 personnes ont perdu la vie, on connait désormais leurs nationalités: 30 Britanniques, trois Irlandais, deux Allemands, une Portugaise, une Belge et une Russe.

À lire : Dans le quartier de Yassine, tueur du musée du Bardo

Suivez Pierre Longeray sur Twitter @PLongeray

Image : Une plage de Sousse. Photo via Flickr / Leonora Enking