Etats-Unis

Élection US 2016 : Victoire de Donald Trump

Suivez les dernières résultats en provenance de notre rédaction américaine.
9.11.16

Cet article sera régulièrement remis à jour avec les dernières informations connues.


Ce mercredi, retrouvez ici un résumé des résultats de l'élection présidentielle américaine, via notre bureau new-yorkais et nos correspondants déployés aux États-Unis.


14h15 : Les réactions à l'international

Ce mercredi matin, le monde s'est réveillé avec une nouvelle à laquelle personne ne s'attendait vraiment : contre toute attente, Donald Trump a été élu pour devenir le 45e président des États-Unis. Cette victoire est qualifiée d' « énorme choc », « plus important que le Brexit », alors que le nouveau président a été décrit par un officiel allemand comme « le pionnier d'un nouveau mouvement mondial autoritaire et chauvin. »

Publicité

Sa victoire a eu un effet certain sur les marchés boursiers, alors que les experts des sondages et les médias peinent à mesurer les résultats de cette élection (que peu avaient anticipée) :

Newspaper pages from across the country announcing — TODAY (@TODAYshow)November 9, 2016

Lors de son discours post-victoire, Trump a déclaré que les États-Unis allaient avoir « de bonnes, très bonnes relations » avec d'autres pays. « Nous allons chercher la collaboration plutôt que le conflit, » a-t-il ajouté.

Comment ces pays ont réagi à la nouvelle ? — Par David Gilbert.

France

Le président François Hollande a félicité Donald Trump. « Des leçons sont forcément tirées de tout scrutin. Nous devons prendre conscience des inquiétudes provoquées par les désordres du monde », a ajouté le président lors de son allocution.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a appelé à respecter le choix du peuple américain. « Le peuple américain a fait un choix souverain. Cette nouvelle donne mondiale, il faut la regarder en face en restant fidèles à nos valeurs, » a posté Valls sur Twitter.

De son côté, la présidente du Front National, Marine Le Pen, a félicité Trump et le « peuple américain, libre » sur son compte Twitter.

Son père Jean-Marie Le Pen s'est lui aussi réjoui de cette victoire. « Les Américains veulent de @realDonaldTrump qu'il soit le "Président de son Peuple". Aujourd'hui, les États-Unis, demain la France. Bravo ! », a-t-il posté sur Twitter avant d'ajouter « Formidable coup de pied au cul aux Systèmes politico-médiatiques mondialistes et aussi français ! ».

Publicité

Royaume-Uni

La Première ministre britannique, Theresa May, a félicité Trump — ajoutant que les deux pays entretiennent une relation historique basée sur la liberté, la démocratie et l'envie d'entreprendre.

L'ancien leader du mouvement UK Independence, Nigel Farage, qui soutenait Trump pendant la campagne a déclaré au Telegraph que cela aurait un impact « plus important que le Brexit » avant d'assurer que 2016 pourrait être « l'année de deux grandes révolutions politiques ».

Selon certains médias, il pourrait déjà être en route vers les États-Unis.

Sources: — Adam Boulton (@adamboultonSKY)November 9, 2016

Russie

L'agence de presse russe Interfax rapporte que le président Poutine, qui a été accusé d'interférer dans la campagne américaine, a envoyé un télégramme à Trump disant qu'il espère « travailler ensemble pour sortir de la crise les relations russo-américaines. »

Le leader du parti Libéral Démocrate Vladimir Zhirinovsky est allé un peu plus loin. « Bien sûr que l'on se réjouit que le meilleur candidat présenté au peuple américain soit sorti victorieux, » d'après Interfax. Il a aussi déclaré qu'il espère que la victoire de Trump coïncide avec le départ de l'actuel ambassadeur américain en Russie, John Tefft. « On espère que cet ambassadeur quitte la Russie… Il déteste la Russie. »

La chaîne officielle Rossiya 1 TV estime que la victoire de Trump est « une véritable sensation ». Son correspondant à Washington a dit qu'il s'agissait d'un « tremblement de terre pour les États-Unis et le monde, un fait accompli historique. »

Publicité

Allemagne

La chancelière Angela Merkel a réagi dans la matinée à la nouvelle. « Celui ou celle que les Américains choisissent d'élire pour devenir leur président, a un impact bien au-delà des États-Unis, » a dit Merkel depuis Berlin. « L'Allemagne et les États-Unis sont liés par des valeurs communes : la démocratie, la liberté, le respect de la loi et de la dignité des êtres humains, peu importe leur origine, couleur de peau, religion, sexe, orientation sexuelle ou préférence politique, » a ajouté Merkel.

La ministre de la Défense, Ursula von der Leyen, a estimé qu'il s'agissait d'un « énorme choc ». Elle a dit sur ARD, « Je pense que Trump sait que les gens n'ont pas voté pour lui, mais contre Washington, contre l'establishment. » Elle a ajouté, « Nous Européens, savons que Donald Trump va nous demander ce que l'on fait pour l'OTAN, mais on lui demandera quel est son point de vue sur cette alliance. »

Union européenne

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a déclaré qu'il espérait une « coopération rationnelle » avec Trump après une campagne électorale amère.

« Monsieur Trump a réussi à devenir le porte-étendard de la colère et des peurs de millions d'Américains. Ces problèmes doivent désormais être réglés avec des politiques crédibles, » a dit Schulz, en ajoutant que Trump va devoir prendre plusieurs décisions très importantes en politique étrangère — et ce, très rapidement.

Publicité

« En Syrie en passant par l'Irak, puis en Ukraine et en Libye, le rôle diplomatique de Trump va être testé dès le premier jour, » a dit Schultz.

Donald Tusk et Jean-Claude Juncker, les présidents de la Conseil européen et de la Commission européenne, ont eux aussi adressé leurs « sincères félicitations » à Trump.

Grèce

Le parti d'extrême-droite Aube dorée a célébré la victoire de Trump. « Il s'agit d'une victoire pour ceux qui s'opposent à la mondialisation, qui se battent contre l'immigration illégale, qui sont pour des pays ethniquement purs, et pour une économie nationale autosuffisante, » a déclaré un porte-parole dans un communiqué.

« Un grand changement mondial est en route, et va se poursuivre avec la victoire de nationalistes en Autriche, en France avec Marine Le Pen et avec Aube dorée en Grèce. »

Chine

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lu Kang, a dit que le pays va travailler avec le nouveau président, pour assurer le bon développement des liens bilatéraux.

Philippines

Le président Rodrigo Duterte a félicité Trump, ajoutant qu'ils vont travailler ensemble pour améliorer les relations entre les deux pays :

« Le président Duterte souhaite au président élu Trump du succès pour les quatre prochaines années en tant que président et chef des armées, et a hâte de travailler avec la nouvelle administration pour améliorer les relations entre les États-Unis et les Philippines basées sur un respect mutuel, des bénéfices mutuels et un engagement partagé pour les idéaux démocratiques et l'État de droit, » a déclaré le Bureau de la Communication dans un communiqué.

Le président Rodrigo Duterte (AP)

Japon

Un officiel japonais est déjà en route pour Washington pour essayer de rencontrer ceux qui seront responsables de la prochaine administration.

Publicité

« Nous nous étions préparés pour répondre à n'importe quelle situation parce que notre alliance avec les États-Unis est le point cardinal de notre diplomatie — peu importe qui devient le nouveau président, » a indiqué le Secrétaire général du Cabinet, Yoshihide Suga.

OTAN

Le chef de l'OTAN a indiqué qu'il avait hâte de rencontrer Trump et qu'il allait l'accueillir en 2017 à Bruxelles pour le sommet de l'alliance.

Turquie

Le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a exhorté Trump à rapidement extrader Fethullah Gulen, accusé par Ankara d'avoir fomenté la tentative de coup d'État de juillet dernier.

Corée du Sud

Le ministre des Affaires étrangères Yun Byung-se pense que Donald Trump va continuer à mettre la pression sur la Corée du Nord concernant ses tests nucléaires.

« Trump a dit que la plus grosse menace est la menace nucléaire et des membres de son équipe souhaitent mettre la pression sur la Corée du Nord, » a déclaré Yun.

Cuba

S'exprimant à propos des leaders cubains, un économiste respecté et membre du parti communiste, Esteban Morales, a dit sur Telesur qu'ils « devaient être inquiets parce que cela représente un nouveau chapitre. »

Inde

Le premier ministre Narenda Modi a bien accueilli l'élection de Trump, « Nous avons hâte de collaborer avec vous pour faire grandir encore les relations indo-américaines. »


13h50 : Les unes des journaux du monde

Die Welt s'inquiète d'une apocalypse :

On — Andy Eckardt (@ameckardt)November 8, 2016

Publicité

Le New Zealand Herald :

The — nzherald (@nzherald)November 8, 2016

« Chère Amérique… Non vous ne pouvez pas »

Libération :

A la une de — J.Bouchet-Petersen (@BouchetPetersen)November 9, 2016

The Times of India :

It's official! — Times of India (@timesofindia)November 9, 2016

C'est officiel ! Trump attrape l'Amérique par la…
Félicitations Monsieur le Président !


12h00 : Regardez le discours complet de Donald Trump après les résultats de l'élection

Vidéo : CBC News

9h00 (3:00 am) : Donald Trump assuré de gagner l'élection

Donald Trump a une nouvelle fois surpris — depuis les experts politiques en passant par les instituts de sondage et les médias. Il a remporté le duel qui l'opposait à Hillary Clinton et devrait devenir le 45ème président des États-Unis.

Si pour l'Associated Press, la victoire de Trump est désormais acquise, elle n'est pas encore tout à fait officielle.

BREAKING: Donald Trump is elected president of the United States. — The Associated Press (@AP)9 novembre 2016

Le directeur de campagne de la candidate démocrate, John Podesta, a déclaré devant les partisans de Clinton, rassemblés au Javits Center, qu'ils « étaient encore en train de compter les votes, tous les votes doivent compter. » Clinton ne s'est pas rendue au Javits Center, situé au beau milieu de Manhattan à New York.

Il y a dix-huit mois, l'annonce de la candidature de Trump a été accueillie avec quelques ricanements. Mais ce mercredi matin, il a été choisi pour occuper le Bureau ovale de la Maison Blanche. Trump a défié l'idéologie politique traditionnelle pour lui préférer un discours populiste mêlant l'opposition au libre-échange et la construction d'un mur le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Il a souvent fait usage d'une rhétorique à connotation raciste, a multiplié les fausses déclarations et a fait face à de multiples accusations pour harcèlement sexuel.

Publicité

Les républicains ont de bonnes chances de remporter les deux chambres du Congrès, ce qui va permettre à Trump de mettre en oeuvre son programme. Vu les prérogatives du président des États-Unis, il sera en mesure de renégocier les accords internationaux, se retirer de l'accord sur le climat de la COP21, et mettre à mal des alliances internationales comme l'OTAN — trois choses qu'il a menacé de faire pendant sa campagne.

Les premières statistiques au sortir des centres de vote montrent que ce sont les Américains blancs — dans les zones rurales et qui ont fait peu d'études supérieures — qui ont largement porté le candidat Trump et sa promesse « Make America Great Again ».

La victoire de Donald Trump constitue une onde de choc dans les milieux médiatiques, politiques et financiers. Du côté de Wall Street, les prévisions du DOW tablent sur une perte de 800 points. Le Nikkei au Japon au perdu 4 pour cent.

Avant les élections, quasiment tous les instituts de sondage donnaient la victoire à Clinton avec 2 à 7 points d'avance.

— Alex Thompson

8h00 (2:00 heure locale) : Trump remporte la Pennsylvanie

Le candidat républicain récupère les 20 grands électeurs de cet État de la côte Est américaine, d'après l'Associated Press :

With win in PA, Republican Donald Trump moves within six electoral votes of winning the White House. — AP Politics (@AP_Politics)9 novembre 2016

Donald Trump compte désormais 264 grands électeurs sur les 270 nécessaires pour remporter la présidentielle. De son côté, Hillary Clinton est bloquée à 215 grands électeurs. Il reste 59 grands électeurs à se partager.

Publicité

7h00 : Le cannabis médicinal légalisé en Floride

71 pour cent des électeurs de Floride ont voté en faveur de la légalisation de la marijuana médicinale. Cette mesure va permettre à beaucoup plus de malades d'avoir accès à cette plante, comme les patients qui souffrent de stress post-traumatique, d'épilepsie, de Parkinson, etc. Quatre autres États se prononcent sur la légalisation de la marijuana médicinale et cinq autres décident s'ils souhaitent légaliser l'usage récréatif de la weed. — Keegan Hamilton

5h15 (11:15 pm — heure locale) : La Floride et la Caroline du Nord penchent pour Trump

La Floride et la Caroline du Nord sont les deux premiers vrais « swing States » — les États clés — à pencher pour Trump, d'après l'Associated Press

La Floride, le plus grand swing state à gagner cette nuit, va rapporter 29 grands électeurs au candidat républicain. Le président Obama avait remporté l'État en 2008 et en 2012. Trump devance Clinton de 1,4 pour cent, d'après le New York Times. C'est-à-dire 49,1 pour cent contre 47,7 pour cent.

Les États du Michigan, du New Hampshire, de Pennsylvanie, et du Wisconsin sont trop serrés pour dégager un gagnant certain à cette heure. — Emma Fidel

4h45 (10:45 pm) Où en est-on dans les « swing states » pour le moment ?

La nuit va être longue. Seulement deux « swing states » (ou affiliés) ont rendu leur verdict : Trump remporte l'Ohio et Clinton la Virginie. Alors que la course était particulièrement serrée en Virginie, Clinton est parvenue à l'emporter par une fine avance — moins de 0,5 pour cent. Cela ne signifie en rien une victoire pour le camp Clinton qui s'attendait à gagner la Virginie dans un fauteuil. Dans les États clés de Floride, du Michigan, de Caroline du Nord et du New Hampshire tout peut encore se passer.

Publicité

Quid des candidats des autres partis ?

Il est encore tôt, mais les deux candidats émanant d'un autre parti que les camps démocrates et républicains, vont peiner à atteindre les 5 pour cent — ce qui leur aurait permis d'obtenir un financement fédéral pour la prochaine élection. Le libértarien Gary Johnson compte pour le moment 3 pour cent du vote national, alors que Jill Stein du Green Party émarge à moins d'un pour cent.

Même si le nombre de voix récoltées est minime, ces deux candidats pourraient avoir un impact énorme sur les résultats finaux. Johnson et Stein ont remporté 266 208 votes en Floride. Dans cet État, Clinton est derrière Trump à 135 296 voix. — Keegan Hamilton

4h15 (10:15 pm) : Les yeux se tournent vers le Michigan

Avec un peu plus d'un quart des votes après 22h00, Trump obtient une avance de 2 points. Il contredit les sondages qui le donnaient derrière de plusieurs points.

Le Michigan avait également surpris les experts lors de la primaire démocrate, lors de laquelle Bernie Sanders avait remporté une victoire surprise. Cet État fait partie de la Rust Belt, comme l'Ohio et l'Iowa. On y trouve une population blanche conséquente qui penche du côté de Trump. — Alex Thompson

4h15 (10:00 pm) : Les marchés boursiers inquiets d'une victoire de Trump

Les marchés financiers commencent à prendre l'hypothèse d'une victoire de Trump au sérieux et ils chutent. L'index blue chip perdait 3,1 % peu avant 22h00. L'index du dollar baissait lui de 1 %.

Pendant la campagne présidentielle, les marchés financiers ont montré des signes de faiblesse quand Trump était en position de force. — Matt Phillips

2h20 (8:45 pm) : Première victoire démocrate sur le camp républicain au Sénat

La députée démocrate et vétéran de la guerre en Irak Tammy Duckworth a battu le sénateur républicain Mark Kirk, pour devenir sénatrice de l'Illinois. La victoire de Duckworth est essentielle pour le parti démocrate qui compte prendre le contrôle du Sénat. Deux sénateurs républicains que le parti démocrate avait ciblés — Marco Rubio en Floride et Rob Portman dans l'Ohio — ont été réélus plus tôt dans la soirée. Les autres courses sénatoriales en Pennsylvanie, dans le Nevada, le Wisconsin, le New Hampshire et la Caroline du Nord sont toutes vitales pour les ambitions du parti démocrate au Sénat. — Alex Thompson

Les républicains ont de bonnes chances de garder la Chambre des représentants

Le camp républicain pourrait bien garder le contrôle de la Chambre des représentants, d'après une estimation de NBC News.

4 House seats have flipped, all in Florida. — Kyle Trygstad (@KyleTrygstad)November 9, 2016

Ce résultat était prévisible — les démocrates auraient du récupérer 30 sièges pour espérer un retournement de situation. — Olivia Becker


Une version de cet article a d'abord été publiée sur l'édition anglophone de VICE News.