L’Inde conseille aux paysans de faire du yoga pour sauver leurs récoltes

La semaine dernière, le ministre indien de l'Agriculture Radha Mohan Singhle a lancé une nouvelle idée pour accroître le rendement des récoltes : le yoga.

|
21 Septembre 2015, 1:05pm

Photo par Harish TyagiI/EPA

La moitié de l'Inde est actuellement en proie à une grave sécheresse et les agriculteurs du pays ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. La semaine dernière, le ministre indien de l'Agriculture Radha Mohan Singhle a lancé une nouvelle idée pour accroître le rendement des récoltes : le yoga.

Au cours de récentes interventions publiques, Singh a vanté les mérites de l'agriculture "yoguique," une approche qui, selon lui, va "permettre aux graines de s'épanouir grâce à la pensée positive."

Lors d'une rencontre entre des paysans et des scientifiques agricoles à Delhi il y a un peu plus d'une semaine, Singh a exhorté les agriculteurs à "donner des vibrations de paix, d'amour et de dignité" aux semences, afin de stimuler leur croissance et de les rendre résistantes aux parasites.

"Ce type d'exercice reçoit le soutien de mon ministère principalement pour accroître la confiance des agriculteurs indiens, explique Singh. "Au cours des années, les agriculteurs indiens ont perdu confiance dans les connaissances éprouvées en matière d'agriculture."

En Photos : La canicule mortelle en Inde

D'après le Hindustan Times, 17 des 36 sous-divisions météorologiques du pays ont reçu moins de la moitié des précipitations habituellement observées pendant cette époque de l'année.

Des milliers de paysans indiens ont fini par se donner la mort, par désespoir. Cet été, 25,000 agriculteurs ont remis une pétition au président indien Pranab Mukherjee, menaçant de se pendre si le gouvernement ne les dédommage pas pour des terres qui auraient été abîmées par des projets d'infrastructures.

"On a toujours eu des problèmes au niveau de l'eau. Mais cette année, c'est encore pire dans notre région," explique un habitant de Marathwada au Hindustan Times. "Les gens n'ont même pas assez d'eau pour boire et se laver. Encore moins pour leurs cultures. Toutes les récoltes ont été détruites. Comment allons-nous survivre ? Ce n'est pas étonnant que les fermiers se donnent la mort. C'est impossible de rembourser les prêts. Qu'est-ce qu'ils vont faire? Ils n'ont pas tous eu la chance de pouvoir trouver un travail en ville comme moi."

En juillet, Singh a exonéré le gouvernement de toute responsabilité à l'égard de la crise des agriculteurs. Selon lui, la vague de suicide est directement attribuable à l'incompétence des paysans souffrant "d'histoires de coeur qui se finissent mal" et "d'impuissance."

Une explication un peu simpliste, selon les experts. "À cause de l'épuisement des nappes phréatiques, de l'épuisement du sol et de besoins énormes en engrais, l'Inde est à la recherche de nouvelles techniques agricoles," explique Alyssa Ayres, une spécialiste de l'Inde au Conseil des Relations Étrangères. L'engouement pour les techniques agricoles spirituelles n'est pas nouveau en Inde. Le ministre de la culture indien a même financé des études sur l'impact positif de la méditation sur les récoltes.

"Ça m'étonnerait que ces études aient été vérifiées par des pairs," note Ayres.

Pour Dinesh Sharma, un chroniqueur et un journaliste scientifique indien qui vit à Delhi, les déclarations de Singh s'inscrivent dans la tendance inquiétante du gouvernement conservateur à proposer des solutions "mythologiques" à des crises pourtant bien réelles.

"Il y a une tendance préoccupante à mettre en avant la pseudoscience comme solution aux problèmes actuels," nous explique Sharma. "Le yoga est un exercice physique… De là à le décrire comme une panacée pour tous les maux… Ce n'est pas acceptable."

Singh est une personnalité importante du parti au pouvoir en Inde — le Bharatiya Janata Partyun (BJP), un parti de droite nationaliste hindoue qui articule sa politique autour de l'identité culturelle et religieuse de l'Inde. "Ils ont un intérêt profond pour les théories du passé culturel de l'Inde," explique Ayres.

Le BJP est arrivé au pouvoir en 2014 et a déjà mené plusieurs campagnes pour mettre en avant l'héritage hindou dans la vie publique du pays. Cette année, le chef du BJP et le premier ministre indien Narendra Modi ont rejoint 35 000 autres personnes à Delhi pour une session de yoga géante.

Des drones équipés de gaz lacrymogène testés par la police indienne pour disperser les foules

Suivez VICE News sur Twitter : @VICENewsFR