FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Une superbactérie résistante aux antibios est apparue aux États-Unis

La découverte d’une nouvelle souche de bactéries aux États-Unis est un signal d’alerte pour agir avant qu’il ne soit trop tard.
30.5.16
Photo via Flickr

Cet article est publié dans le cadre d'un partenariat entre* MedPage Today *et VICE News.

Une nouvelle souche de bactérie a été signalée chez un patient pour la première fois aux États-Unis. Elle est résistante à ce que les médecins considèrent comme l'antibiotique que l'on utilise en dernier recours. La découverte suscite de l'inquiétude chez les responsables de santé publique qui craignent le début d'une ère post-antibiotique.

Publicité

Des analyses ont toutefois permis de dire que l'infection du patient pourrait être traitée grâce à une autre catégorie d'antibiotiques, utilisée en avant-dernier recours. Cependant, la découverte de cette souche de bactérie aux USA est un signal d'alerte lancé aux responsables de santé publique qui doivent agir avant qu'il ne soit trop tard.

« C'est une alerte vis-à-vis de ce qui se profile à l'horizon », a déclaré le Dr Henry Chambers, expert des maladies infectieuses à l'Université de Californie à San Francisco et membre de l'International Society for Infectious Diseases (ISID), un organisme chargé du contrôle des maladies infectieuses dans le monde. « Pour le moment, nous parlons d'une [souche] isolée de la bactérie E. Coli. […] C'est un signe annonciateur, si vous voulez. »

En quoi consistait ce cas médical ?

Une femme de 49 ans, originaire de Pennsylvanie, s'est rendue à une clinique avec les symptômes d'une infection urinaire le 26 avril. Les docteurs et les techniciens de laboratoire ont découvert que la bactérie E. Coli responsable de son infection portait un gène appelé mcr-1. C'est ce qu'ont rapporté dans une étude de cas les chercheurs du Walter Reed Army Institute of Research, à Silver Spring, dans le Maryland. Mcr-1 est un gène qui indique que la bactérie est résistante à la colistine, un puissant antibiotique vers lequel les médecins se tournent uniquement en dernier recours.

Publicité

Les médecins utilisaient fréquemment la colistine dans les années 1970 et 1980, mais il a provoqué de très graves effets secondaires et il pourrait être toxique pour le foie, selon l'épidémiologiste William Schaffner, chef de la médecine préventive au Vanderbilt University Medical Center. Du coup, lorsque les chercheurs ont découvert une nouvelle catégorie d'antibiotiques, moins toxique, la colistine a été abandonnée. Mais cette époque est révolue.

« Nous le ressortons aujourd'hui parce que certains microbes sont résistants à tellement d'antibiotiques que la seule chose qui nous reste, c'est la colistine », nous a expliqué Schaffner.

Il sert surtout pour les CRE (Entérobactéries Résistantes aux Carbapénèmes), une famille de germes qui sont résistants à une catégorie d'antibiotiques appelés les carbapénèmes. Le directeur des centres de contrôle et de prévention des maladies, le Dr Thomas Frieden, les appelle les « bactéries cauchemardesques ».

Mais la patiente de Pennsylvanie n'avait pas un CRE. Les analyses en laboratoire ont confirmé que la souche de E. Coli était aussi résistante à plusieurs autres catégories de bactéries, mais que les carbapénèmes pourraient toujours être utilisés pour traiter l'infection de la patiente.

Bien que ce soit réconfortant, il subsiste toujours une inquiétude car on ne sait pas avec certitude où la patiente a contracté la bactérie avec le gène mcr-1. Elle n'a pas voyagé en dehors des États-Unis depuis cinq mois.

Publicité

Pourquoi le gène mcr-1 est-il important ?

Le gène mcr-1 peut être transmis à d'autres bactéries, c'est pourquoi les responsables de la santé publique sont inquiets. Le gène n'a pas été trouvé dans le matériel chromosomique dont les bactéries ont besoin pour survivre. On le trouve dans ce qu'on appelle le plasmide, ce qui signifie que les bactéries peuvent perdre le gène sans endommager le cœur de l'ADN qui se trouve dans le chromosome. Ce qui signifie que le gène peut sauter vers d'autres bactéries.

« Cette souche est à un gène de devenir complètement résistante aux antibiotiques », a expliqué Chambers. « Que ce soit le plasmide qui se retrouve dans une souche qui est résistante à tous les autres antibiotiques, ou que ce soit le plasmide lui-même qui acquiert plus de gènes résistants et les apporte dans une autre souche. »

Le mcr-1 a été signalé dans d'autres pays, dont le Royaume-Uni en 2008.

Pourquoi la résistance aux antibiotiques est-elle un grave problème ?

La découverte des antibiotiques il y a moins d'un siècle a été un moment décisif pour la santé publique. Cela a sauvé d'innombrables vies. Bien que la résistance aux antibiotiques se développe naturellement avec la mutation bactérienne normale, les êtres humains l'ont accélérée en utilisant les antibiotiques de manière inadéquate.

Aujourd'hui deux millions de personnes par an développent aux États-Unis des infections résistantes aux antibiotiques, et 23 000 d'entre elles meurent de ces infections, selon le centre de contrôle et de préventions des maladies.

Publicité

« Nous risquons d'entrer dans un monde post-antibiotique », a déclaré Frieden avant de présenter aux membres du public la découverte du gène mcr-1.

•Que faire ?

Schaffner a assuré que les médecins et les patients peuvent commencer par limiter leur utilisation d'antibiotiques. Si le patient a un virus, par exemple, un antibiotique ne fonctionnera pas, donc les médecins ne devraient pas prescrire d'antibiotiques, même si le patient insiste. Et quand les patients ont réellement besoin d'antibiotiques, il est important de s'assurer qu'ils prennent le traitement jusqu'à la fin pour tuer chaque dernier germe causant des infections. Autrement le plus fort survit, subit une mutation et se répand.

La diminution de l'utilisation d'antibiotiques sur des animaux en bonne santé — par exemple utilisés dans la production de nourriture pour l'homme — c'est un autre pas important d'après Schaffner.

Il faut aussi motiver les entreprises pharmaceutiques à chercher et développer de nouveaux antibiotiques qui pour le moment ne représentent pas un marché incitatif.

« Ce n'est pas très attrayant pour les actionnaires », a déclaré Schaffner, ajoutant que l'IDSA (Infections Diseases Society of America) travaille avec le Congrès pour résoudre ce problème. L'IDSA pousse au développement de dix nouveaux antibiotiques pour 2020, mais les experts disent qu'il n'y a pas assez d'antibiotiques potentiels dans les tuyaux du développement de médicament pour remplir cet objectif.

Publicité

« L'armoire à pharmacie est vide pour certains patients », a déclaré Frieden. « C'est la fin des antibiotiques, à moins que nous agissions rapidement. »


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR

Cet article a d'abord été publié sur la version anglophone de VICE News.